1600 morts et plus de 15 millions de sinistrés

(Temps de lecture: 2 - 4 minutes)
0.0 of 5 (0 Votes)

Regardez comment notre pauvre Gaïa se meurt sous nos yeux, avec ses soubressauts d'agonie, en réponse aux sorts que nous lui infligeons. Partout dans le monde, à cause de notre négligence. En Russie, en Chine et en Floride. Le Pakistan pâtit de sa fureur, et c'est des millions de sans abris qui sont livrés aux eaux montantes et à un gouvernement impuissant.

Sous le déluge, la et le désespoir. En proie à des sans précédent depuis une semaine, le Pakistan se noie et appelle à l’aide pour venir en aide aux victimes de cette mousson dévastatrice. Selon les autorités locales, les intempéries ont fait près de 15 millions de sinistrés. Les opérations d’évacuation se multiplient mais, d’après l’ONU, au moins 1600 personnes ont d’ores et déjà péri dans la catastrophe.

Après avoir d’abord touché le nord-ouest et le centre du pays, les intempéries ont progressivement atteint la province du Sind, dans le sud de ce pays d’Asie du Sud déjà très pauvre. Une alerte rouge a été lancée face à la menace « imminente » et « extrême » d’inondations alors que les services météorologiques ont encore tablé sur de nouvelles précipitations.

 

Le Premier ministre fait appel à la communauté internationale

 

« Il y a des zones où les habitants ne veulent pas quitter leur maison et abandonner leurs biens. Nous les obligeons à partir car il en va de leur vie », relate le ministre de l’Irrigation du Sind, qui a constaté que le niveau des eaux le long du fleuve Indus qui traverse la région est « exceptionnellement élevé ».

La montée des eaux a fait de très gros dégâts. Des centaines de villages ont été dévastés, envahis par la boue et, pour les rescapés, la survie s’organise tant bien que mal. « Les inondations ont tué nos proches, détruit nos maisons et même emporté les tombes de nos aînés. Jusqu’à présent, nous n’avons reçu aucune aide du gouvernement », confiait en fin de semaine au quotidien « Dawn » une sinistrée de la région du Sind. Face à l’ampleur de la catastrophe, le Premier ministre pakistanais, Yousouf Raza Gilani, a lancé vendredi un appel à la communauté internationale pour une aide immédiate à son pays confronté à ce qu’il a qualifié de « pires inondations de son histoire ». « Les pertes en vies humaines et en infrastructures sont immenses », a-t-il ajouté. Sur le terrain, les secours tentent de faire face au désastre. Selon l’ONU, les besoins sont « impressionnants ».

Le programme alimentaire mondial estime que 2,5 millions de personnes vont devoir bénéficier d’une assistance alimentaire dans les trois prochains mois. La va verser une aide d’1 M€, répartie entre les sinistrés et les organisations humanitaires. Dans un contexte général de pénurie de nourriture, d’eau potable et de tentes, les humanitaires se trouvent également confrontés aux difficultés d’accès à certaines populations coupées du monde. Les pluies diluviennes qui frappent le Pakistan ont également provoqué des inondations en Inde, faisant au moins 132 morts et des centaines de disparus dans l’Etat du Cachemire dans le nord du pays.


Source :
Le Parisien