Au début du mois d'Octobre 2012, le ministre de l'intérieur Manuel Valls déposait au Conseil des Ministres la prolongation du dispositif législatif anti-terroriste pour élargir la palette d'outils des services de renseignement nationaux. Quelques mois après la mystérieuse affaire Merah, de nouvelles excitations médiatiques venues d'outre-Atlantique allaient également prolonger le climat de psychose vis-à-vis de l'islam en France et par le monde, trouvant de frappantes illustrations dans les manifestations anti-blasphème à Paris et dans d'autres pays au Proche-Orient, ou encore par l'arrestation spectaculaire d'une cellule terroriste composée d'une série de personnages pour le moins pittoresques, de ces « …