1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Il est à noter que, pour son mandat présidentiel, Jacques Cheminade n'est plus président de Solidarité & Progrès. Il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain, mais une information se doit d'être intègre, chacun se fera son opinion. Comptez sur nous pour l'interroger au sujet de ses liens avec Lyndon LaRouche... ; )

Un exemple magnifique d'action marketing

15 janvier 2005

LYNDON LAROUCHE, CHEMINADE, SOLIDARITE ET PROGRES.

Laissez-moi vous narrer une anecdote qui m'est arrivé, pas plus tard qu'hier, alors que je me rendais chez un client.

A un feu, un homme passe parmi les voitures avec une pile de journaux et un carton autour du cou affichant une caricature de Bush comme on en voit plein chez les militants altermondialistes.

Je ne sais si c'est la représentation de Bush ou le titre du journal: "Constitution européenne : pour nous c'est non !" qui m'a fait ouvrir ma fenêtre, mais le fait est que je me suis retrouvé à prendre le journal en question. Le deal était simple : "Monsieur, je vous donne mon journal et je vous appelle une fois que vous l'aurez lu pour savoir ce que vous en pensez" et voilà que je donne mon numéro de portable ….

Ne riez pas, il s'agit d'un exemple magnifique d'action marketing et vous allez mieux me comprendre.

Je suis d'un naturel curieux en ce qui concerne les mouvements politiques et comme ma position sur la question de la constitution européenne est loin d'être aussi tranchée qu'au PS, je glane des infos. En gros, je fais comme de nombreuses personnes qui ont survolé pas mal de question de la constitution et qui ne sont pas convaincu…. Je suis donc un créneau marketing réceptif à ce type de campagne et ceux qui font cette distribution le savent.

J'ai lu en entier les 8 pages de ce journal et je peux vous affirmer, malgré ce que je vais dire par la suite, que c'est un exemple de déchiffrage parfait d'une communauté, un modèle de manipulation marketing d'une catégorie socio-intellectuelle à étudier dans les écoles de commerce.

Outre le titre accrocheur, la démonstration qui lui est attenante est claire, limpide et teintée de tous les petites références qui titillent le lecteur d'extrême gauche. On y trouve des articles sur la future constitution et des explications très réussies. Après cette démonstration, vient un texte sur les budgets alloués aux maires de France , dénonçant la forte disparité qui existe entre les villes puis une série d'écrits sur la Palestine où la mort de Yasser Arafat est décrite comme un tournant de l'histoire.

En bref, il s'agit de sujets qui ne peuvent que susciter un intérêt de la part de n'importe quelle personne un tant soit peu engagée politiquement à gauche.

Là où les choses se gâtent, c'est quand on arrive sur un grand texte d'un certain Lyndon LaRouche qui appelle à la résistance face à l'administration Bush. Encore une fois, le contenu ne laisse pas de doute quand à l'orientation politique du bonhomme. Il se présente lui-même comme un fervent démocrate, bien dans son monde et bien dans son parti. Cependant quelques termes mettent la puce à l'oreille, notamment un passage assez obscur sur le Sublime. Cette notion reste floue, presque en filigrane, et n'est jamais clairement explicitée mais ne demande que ça.

Quitte à me répéter, je tiens à ajouter que le contenu global est toujours de qualité, au point où l'on en oublie que ces journalistes sont complètement inconnus.

Puis viens un dernier texte. Sous forme de reportage de voyage, une jeune larouchiste française explique son séjour aux Etats-Unis au sein de la communauté américaine. Elle a passé une dizaine de jour avec eux, participé à toutes les actions anti-Bush menées par la cellule locale, dormit ensemble, et , nous glisse-t-elle, " nous avons pu participer à la préparation des présentations des jeunes sur la musique, la lumière, la chaînette, nos projets économiques, la création d'une cité sur mars ou encore le projet NAWAPA (grand projet d'aménagement des eaux allant de l'Alaska au Mexique ".

Nous nageons en plein délire

Mais encore une fois, qui est allé jusqu'au bout de la lecture ne remarque pas forcément ce "dérapage contrôlé" qui apparaît dans les dernières lignes du journal.

Raisonnons : si je ne suis pas en accord avec le contenu du journal, je ne vais pas jusqu'à la fin. Si je trouve le contenu intéressant, cet article un peu gnangnan, m'apparaîtra comme dérisoire et dès les premières lignes, je le survolerai. Mais si je trouve toute la théorie passionnante alors ce passage ne me choquera pas et pourra même éveiller un intérêt.

De retour au taf, j'ai surfé un peu sur le net et demandé à Gogole de me trouver des articles sur Lyndon LaRouche, le journal "Nouvelle solidarité" ou encore la branche politique officielle française de ce mouvement à savoir "solidarité et progrès".

Les infos sont faibles, les points de vue sont peu engagés, les articles sont très peu nombreux en dehors des sites officiels du mouvement.

C'est en allant chercher plus loin dans les pages que l'on trouve un article de Libé, un message sur le forum du Monde, un article d'un journal américain, un livre dédié à ce personnage ou encore un site tunisien qui nous dévoilent la véritable personnalité de Lyndon LaRouche.

Je vous laisse ici quelques florilèges du grand humaniste qu'est LaRouche

"Selon Lyndon" la principale source d'impotence, tant chez l'homme que la femme vient toujours de la mère", mais pire encore " la dégradation des mœurs venait du fait que les organes féminins étaient placés près de l'anus et que cela causait chez les femmes une confusion entre sexe et excréments"….

…"Peut-on imaginer quelqu'un de plus vicieusement sadique qu'une black ghetto mother"…

… Quant aux Chinois, LaRouche explique : " ils approchent des espèces animales les plus basses en manifestant une personnalité paranoïaque ".

… Selon LaRouche "seuls 1,5 million de juifs auraient péri dans les camps du nazisme. Et encore, en majorité à cause de la surcharge de travail, de maladie et de famine"..

" Smash the Kosher nostra ", "balayons la casher nostra" est un illustre jeu de mots de Lyndon. …

Et je vous passe les déclarations sur l'homosexualité et le sida. La personnalité trouble de ce gourou politicien est décriée.

Tantôt accusé d'antisémitisme, tantôt accusé de racisme, grand adepte de la théorie du complot sous toutes ses formes, il n'en reste pas moins dangereux.

Et puisque J. Cheminade se permet de représenter cet homme et ce mouvement en France, je le mets dans le même panier.

Je n'ai pas encore eu le coup de téléphone du distributeur de journaux mais ne manquerai pas de vous tenir informé. Je ne veux pas jouer les don Quichotte, les Zorro ou les donneurs de leçons, mais si je me suis retrouvé à lire ce journal c'est que je me suis fait avoir par cette accroche...

En conclusion, on pourrait dire que ce n'est pas parce que le discours est tentant que l'on ne traîne pas dans un des milieux les plus nauséabonds qu'il soit.

La force de ces gens est l'illusion, le mirage parfait d'un rêve de lendemains qui chantent.

Lyndon LaRouche

Source: http://www.prevensectes.com/solidarite3.htm

Né en 1922, Lyndon LaRouche a commencé son activité politique dès 1947 quand il rejoint le SWP (Socialist Wor- kers Party), principal groupe trotskiste aux Etats-Unis. En 1965, il quitte ce parti pour rejoindre un petit groupe trotskiste (American Commitee for the Fourth International). Tim Wohlforth voit le début du comportement sectaire de Lyndon LaRouche en 1968. Il est alors très actif lors des grèves de Columbia University et fonde le National Caucus of Labor Committees (NCLC), affilié au Students for a Democratic Society (SDS).

En 1973, il radicalise son mouvement, après avoir coupé ses liens avec le SDS, et tenté de prendre le pou- voir sur la gauche, en allant jusqu'à l'utilisation de la violence physique, lors de l'opération Mop-Up2. En 1976, il se présente à l'élection présidentielle sous l'étiquette du U.S Labor Party et en 1984, il crée le Schiller Institute, avec l'aide de sa femme Helga-Zepp LaRouche, une Allemande. En 1987, Lyndon LaRouche est jugé devant la cour de justice de Boston, pour une escroquerie présumée. Procès annulé en raison de délais de procédure trop longs. Un deuxième procès, en Virginie, en 1989, pour escroquerie financière et fraude fiscale, l'a condamné à 15 ans de détention. Il est libéré 5 ans après. Depuis, il s'est présenté régulièrement à l'investiture démocrate pour les élections présidentielles américaines, en essayant de se faire reconnaître comme membre du Parti Démocrate.

En France, Jacques Cheminade, dirigeant de Solidarité et Progrès et représentant de Lyndon LaRouche, s'est présenté aux élections présidentielles en 1995. N'ayant pas obtenu les 500 signatures nécessaires, il n'a pu renouveler l'expérience en 2002. Il a été, par ailleurs, déjà condamné à plusieurs reprises ' : en 1992 il a été condamné à 15 mois de prison avec sursis pour escroquerie (en janvier 1996 la 13e chambre de la cour d'appel de Paris a allégé cette peine), en octobre 2004 le tribunal correctionnel de Lyon l'a condamné à 15000 Euros d'amende pour diffamation publique. Ce jugement a été confirmé en février 2005 par la cour d'appel de Lyon (Jacques Cheminade aurait prévu de se pourvoir en cassation).

Particularités

Bien qu'on puisse trouver chez le militant de base d'un parti politique des caractéristiques d'engagement, d'enthousiasme très forts, certaines spécificités du mouvement de Lyndon LaRouche permettent de le différencier d'un parti politique traditionnel :

  • Culte de la personnalité : Lyndon LaRouche est pour ainsi dire le " Grand Homme ", dont les images et les écrits inondent les sites larouchistes.
  • Elitisme : les membres du mouvement sont les "Golden Souls" de Lyndon LaRouche.
  • Diabolisation de l'extérieur : famille, amis, et tous ceux qui attaquent Lyndon LaRouche.
  • Emprise sur l'individu : elle est très forte, le changement de personnalité d'un nouveau membre est très rapide. Sa famille ne le reconnaît plus et a du mal à communiquer avec lui.
  • Théorie du complot : fonds de commerce de LaRouche, marqué par des attaques incessantes contre les grands banquiers britanniques, un certain nombre de personnalités juives, l'administration américaine, etc.
  • Mode de recrutement : prosélytisme basé sur la séduction (" Tu as toutes les capacités pour améliorer le monde ") et le sentiment de culpabilité des personnes approchées (" Si tu ne viens pas avec nous, cela veut dire que tu ne veux rien faire pour améliorer le monde ").
  • Occupations quotidiennes : tous les jours, le membre s'auto-persuade du bien-fondé et de la haute valeur des idées larouchistes, simplement en pratiquant sa démarche prosélyte. L'occupation intellectuelle est permanente, 12 à 15 heures/jour, même le week-end.
  • Mode de vie : les membres sont regroupés dans des appartements, d'où un contrôle plus facile.

A la lecture des ces éléments, l'aspect coercitif de ce mouvement est clair.

Utilisation de la culture par LaRouche

Lyndon LaRouche s'est toujours intéressé de près à la culture et aux sciences. Le Schiller Institute est le bras culturel du mouvement. "Fidelio", et "21st Century Science & Technology", sont des parutions larouchistes. De même que "Fusion" revue française vendue en kiosque au rayon scientifique.

L'année 2004 a vu la sortie de leur pamphlet "Children of Satan 1113", dans lequel LaRouche s'en prend au Congrès pour la Liberté de la Culture.

Ce qui suit est une tentative pour mettre à jour l'utilisation par Lyndon LaRouche de la culture comme instrument de propagande largement utilisé en interne.

Le culte de la personnalité

A lire les écrits de Lyndon LaRouche, on ne peut nier la culture profonde de l'individu, même si son interprétation des faits historiques/scientifiques/culturels pourrait certainement faire l'objet de critiques d'experts. Tout est organisé autour de Lyn. Dans les articles écrits par ses collaborateurs, la référence est toujours Lyn, ce qu'il a dit, écrit ou fait.

Lyndon LaRouche est un grand communicateur. En 2003, le Schiller Institute a organisé 8 conférences ou écoles de cadre aux Etats-Unis, et 6 en 2004. Il faudrait y ajouter celles données en Europe et ailleurs. Lyndon LaRouche intervient longuement dans chacune de ces conférences. L'ego surdimensionné du per-sonnage éclate dans cet extrait de son article " Insanity as Geometry : Rumsfeld as Stangelove II" où il explique que la société actuelle a besoin d'un leader exceptionnel aussi bien politique que scientifique ou artistique et qu'il se voit obligé de jouer ce rôle.

Le site des jeunes larouchistes est un lieu privilégié de propagande. La page des "Classics" met en référence des auteurs, artistes, écrivains, scientifiques des siècles passés, avec un certain nombre de leurs écrits, à côté de Lyndon LaRouche, le présentant ainsi comme un grand homme ayant sa place aux côtés de personnages illustres. Par ailleurs, sa biographie interne le présente comme un économiste de renommée internationale.

L'utilisation de la musique comme instrument de recrutement des jeunes larouchistes

Dans le mouvement des jeunes larouchistes, l'utilisation de la musique est permanente, par le biais de chorales. Le but de l'apprentissage de chants est leur utilisation ultérieure, dans la rue, afin d'attirer l'attention des passants. Ces chants sont aussi l'occasion de présentations lors de leurs nombreuses conférences.

Ces chorales sont aussi un moyen pour ancrer l'individu dans un groupe soudé autour d'un certain nombre de valeurs, en lui donnant le sentiment d'être important, de faire partie d'une élite. Faire en sorte que les jeunes larouchistes se sentent importants est un des moyens de séduction utilisé pour les attirer dans le mouvement.

Des choix culturels manichéens

Lyndon LaRouche rejette un certain nombre de formes artistiques. Tout ce qui n'est pas "classique" est considéré comme de l'art dégénéré, ce qui rappelle un discours abondamment produit sous des régimes totalitaires. Un petit nombre de compositeurs trouvent grâce aux yeux de Lyndon LaRouche, comme Beethoven, J.-S. Bach, Mozart, Brahms, Verdi par exemple. Sont rejetés les compositeurs baroques, les contemporains, entre autres, les peintres impressionnistes ou fauvistes.

Beethoven tient une place particulière dans l'esprit de Lyndon LaRouche. En effet, selon Dennis Tourish et Tim Wohlforth, il a utilisé, dans les années 70, la musique de ce compositeur pour "déprogrammer" un membre, Alice Weitzman, qu'il pensait être un agent de la CIA, en la maintenant captive et en lui faisant écouter la musique de ce compositeur à fort volumes.

Le pamphlet larouchiste "Children of Satan-11f" montre bien la virulence avec laquelle des peintres contemporains, des compositeurs ou des écrivains sont rejetés. Des mots très durs sortent de la plume ou de la bouche du "larouchiste" Jeffrey Steinberg quand il en parle ("bruit hideux" pour qualifier un extrait du "Sacre du Printemps " de Stravinsky).

Les jeunes membres voient leurs choix culturels se restreindre. Les " bons " choix culturels viennent d'en-haut.

Le rejet des artistes juifs

Le complot juif mondial étant le fonds de commerce de Lyndon LaRouche, il n'est pas étonnant que les artistes juifs soient stigmatisés dans ses écrits. Quand on les examine, on réalise très vite que ses attaques envers les personnalités politiques ou artistiques visent la plupart du temps des personnalités juives (exemple, les néo-conservateurs américains Paul Wolfowitz, Richard Perle, ou H. Kissinger). De la même façon, les artistes juifs sont stigmatisés. "Le Congrès pour la Liberté de la Culture" comprenant un certain nombre d'artistes juifs, on ne s'étonnera pas que cette institution ait été la cible des larouchistes.

Lyndon LaRouche rejette même l'idée d'une culture juive. Comme il l'écrit en 1973, dans le dossier "The case of Ludwig Feuerbach", inclus dans la revue larouchiste "Campaigner" : il n'y a pas de culture juive autonome mais seulement une variété particulière de culture chrétienne.

Là encore, il s'agit d'un exemple parmi d'autres.

Stratégie sectaire

1. LaRouche est présenté comme le grand penseur-philosophe-politiciens-économiste-musicologue du siècle, et il est mis en parallèle avec des personnalités incontestables, Martin Luther King, Théodore Roosevelt, etc.

2. Le " grand homme " annonce un cataclysme économique sans précédent, mais il a La solution.

3. Son infaillibilité est présentée ainsi aux jeunes membres : " LaRouche ne s'est jamais trompé. "

4. Les sites larouchistes sont inondés des écrits du "grand homme" pour donner l'illusion d'une importance immense de l'individu. Le jeune larouchiste croit que toute cette communication est faite à destination de la planète entière, car c'est bien ce que mérite un "grand homme" : la diffusion de ses idées. C'est d'ailleurs ce qu'on lui demande de faire tous les jours dans la rue.

5. Les jeunes larouchistes n'ont plus qu'un seul horizon : LaRouche. Tout ce qui est externe est diabolisé, en particulier parents et amis, ainsi que toutes les idées artistiques, scientifiques, politiques qui n'auraient pas reçu l'estampille "LaRouche".

Source : info-sectes.ch

Informations complémentaires :

 

Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Jcm Avatar
Say something here...

You are a guest ( Sign Up ? )

or post as a guest

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow À propos de Jacques Cheminade : Solidarité et Progrès - Lyndon LaRouche