1 1 1 1 1 Rating 5.00 (2 Votes)

Le premier à en avoir parlé était Pierre Jovanovic... Enfin ne vous inquiétez pas, le « grand retournement économique » arrive… (Informations complémentaires).

C La Reprise 12 11 2015
Un magasin de vêtements virtuel, place Bisson à Guéméné-sur-Scorff

A Guémené-sur-Scorff, petite ville du Morbihan, deux vitrines de magasins sont virtuelles. Il s'agit de façades adhésives collées sur les devantures d'anciennes boutiques. Des trompe-l'œil de ce type sont également présents dans les villes de Faouët, Alençon et Domfront.

Auto-école, boutiques de vêtements... A Faouët et à Guéméné-sur-Scorff, deux petites villes du Morbihan, certaines façades de magasin sont en fait des autocollants géants. Dans les deux communes, au total cinq devantures d'anciens locaux commerciaux vides ont été remplacées par des vitrines virtuelles montées de toute pièce. Une initiative insolite financée par la communauté de communes du Roi Morvan et par le dispositif Odesca (opération de développement et de structuration du commerce et de l'artisanat). Le projet a été voté il y a un an, au terme d'une réflexion menée par la communauté sur les moyens de garder les centre-villes dynamiques et attractifs. «On cherchait une façon de relancer le commerce de proximité, dans notre ville» explique René Le Moullec, maire de Guémené-sur-Scorff. Une manière de valoriser les locaux vides restés longtemps inoccupés, afin d'inciter de potentiels acheteurs.

XVMf449beac 817a 11e5 9b88 76ffcda461ca 300x200Au total, une enveloppe de 12.500 euros a été mise à disposition pour 12 vitrines. Pour la construction des façades, la communauté du Roi Morvan a fait appel à un cabinet spécialisé qui s'est chargé de l'élaboration et de la mise en place. «Seulement pour la fabrication des adhésifs il faut compter 50 euros du mètre carré, soit 3.500 euros pour les cinq vitrines», souligne Aurore Le Bouguennec, animatrice commerciale à Roi Morvan. Du côté des municipalités, il a fallu convaincre les propriétaires des locaux vides. «Ils ne devaient rien payer, mais certains étaient réticents à l'idée que ces vignettes empêchent la vente de leur bien» raconte René Le Moullec. Finalement, sur les 12 magasins démarchés seulement 5 bailleurs ont accepté de faire «relooker leur devanture».

Des coûts jugés élevés

En dépit du succès indiqué par les municipalités, certains habitants ont quelques doutes. A Faouët on boude le coût de l'initiative, jugé trop important pour des vitrines factices. Mais à la mairie, l'exécutif parle d'un investissement à long terme qui a déjà porté ses fruits. De plus, d'après la communauté, ces trompe-l'oeil sont certes coûteux mais sont conçus pour résister aux intempéries pendant 5 ans. A Guéméné-sur-Scorff, le maire assure pour sa part qu'il n'a eu vent d'aucune objection pour l'instant. Par ailleurs, sur place d'autre dispositifs ont été mis en place pour optimiser le dynamisme économique, notamment le rachat de commerces vides pour le compte de la mairie. Concernant les vitrines virtuelles, René Le Moullec envisage d'autres installations en fonction «des retours spécifiques».

Un dispositif plébiscité

C'est la ville de Domfront, où des vitrines virtuelles sont installées depuis 2011, qui a inspiré les autres. Dans cette commune de Basse-Normandie, près de 12 façades ont été collées dans la cité médiévale à la demande de l'union des commerçants. Fabienne Guénantaine, co-présidente de l'association, précise: «nous avons dû trouver nous-mêmes des financements et grâce à l'aide de nombreux partenaires le projet a vu le jour». Les vignettes ont été sponsorisées notamment par le conseil municipal et la chambre de commerce et des industries. Pour la réalisation, la commune a fait appel à une agence spécialisée: City Dressing. Le cabinet a proposé à la ville de servir de «ville pilote» en échange de tarifs préférentiels.

Pour éviter de recréer des copies de magasins déjà existants, les autocollants représentent des commerces manquants dans la ville. «À Domfront on n'avait pas de librairie, on a donc fait une fausse façade» raconte Fabienne. Depuis, certains de ces locaux ont été rachetés ou remplacés par de vraies boutiques.

 

Source : LeFigaro.fr

Informations complémentaires :

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Des communes installent des vitrines virtuelles pour remplacer les commerces vides