1 1 1 1 1 Rating 5.00 (1 Vote)
Arnaque Pole Emploi Bis 04 08 2016
Un Pôle Emploi à Gravelines, dans le nord de la France, lors d'un forum. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Les cadres de Pôle emploi ont reçu un document détaillant le plan pour inverser la courbe du chômage. Objectif : formation.

Le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A (sans activité) a augmenté de 5400 en juin. Mais le gouvernement ne se laisse pas abattre : François Hollande a posé une inversion de la courbe comme condition à une candidature pour 2017. Et Pôle Emploi a un plan pour y parvenir.

Il est détaillé dans un document distribué aux cadres de Pôle emploi que "Le Canard enchaîné" s'est procuré. Le projet, annoncé en janvier 2016 par le gouvernement, consiste à orienter 500.000 chômeurs supplémentaires vers des formations professionnelles. Ils glisseront ainsi de la catégorie A à la catégorie D, qui n'est pas comptabilisée dans les chiffres du chômage diffusés chaque mois par le gouvernement. L'objectif est d'atteindre le chiffre de 1 million de chômeurs en formation (500.000 de plus que les années précédentes donc).

Lire aussi : Chômage : "Il y a une reprise mais elle reste molle"

2,2 millions de personnes à mobiliser

Le document obtenu par l'hebdomadaire détaille un savant calcul.

  • On part du principe que 19% des demandeurs d'emplois "[portent] leur propre projet", c'est-à-dire qu'ils trouvent eux-mêmes leur formation ;
  • Pôle Emploi doit encore parvenir à 705.000 "attestations d’entrée en stage nécessitant une intervention de type conseil en formation attestations d’entrée en stage nécessitant une intervention de type conseil en formation" ; 
  • Problème : si l'on propose une formation à trois chômeurs, un seul ira jusqu'au bout. Il faut donc solliciter trois fois plus de personnes que le nombre que l'on veut envoyer en formation ;
  • Ce qui fait donc "2,2 millions de demandeurs d'emploi à mobiliser".

Concrètement, indique "Le Canard enchaîné", chaque conseiller référent de Pôle emploi doit solliciter 15 demandeurs chaque mois pour les orienter vers des formations.

Formation pour tous

Pour mettre en place ce grand projet "inversion de la courbe", 1 milliard d'euros ont été débloqués en janvier pour les formations, ainsi qu'une rallonge de 80 millions de la part des partenaires sociaux qui gèrent le fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels, détaillait alors "Le Monde".

Un conseiller Pôle emploi interrogé par "Le Canard enchaîné", raconte : 

"L'an dernier, [...] on disait non à presque tout le monde, il n'y avait plus un rond pour financer les formations. Maintenant, c'est tapis rouge, on dit oui à tout et sans trop de précautions, la scrupuleuse procédure de validation des stages est abandonnée."

Pour mobiliser les demandeurs d'emplois, Pôle Emploi met à contribution depuis mai des centres d'appel privé, et n'hésite pas à couper sur les appels d'offres auprès des centres  de formation, "trop long, trop fastidieux", précise même l'hebdomadaire.

"Rien de caché"

"Ce basculement en catégorie D est transparent, il n'y a rien de caché", assurait la ministre du Travail Myriam El Khomri lors de la présentation du plan en janvier :

"Si nous avions voulu faire un traitement statistique comme nos prédécesseurs, nous aurions convoqué les demandeurs d'emplois pour les radier. Or les radiations sont à un niveau très bas."

En revanche, l'effet du plan sur la catégorie D lui se voit déjà : en juin, ses effectifs ont atteint le niveau record de plus de 300.000 inscrits, soit une augmentation de 11,3% sur le trimestre. Ainsi, près de 90.000 sont sorties des catégories A, B, et C pour entrer en formation, contre 40.000 à 50.000 avant l'entrée en vigueur du plan.

Permettent-elles au moins de trouver du travail, ces formations ? Pôle emploi assure que 57% des demandeurs d'emploi qui y ont accès trouvent un emploi dans les six mois qui suivent.

 

Agathe Ranc

 

Source : Nouvel Obs

Informations complémentaires :

 

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Le plan miracle de Pôle Emploi pour inverser la courbe du chômage