1 1 1 1 1 1 Rating 1.00 (1 Vote)

J’ai de plus en plus le pressentiment que, quoi qu’il arrive en 2017, on va s’en prendre plein la tronche…

f.

Valls 15 11 2016

LE SCAN POLITIQUE - Alors que le premier ministre s'est lancé dans une stratégie d'émancipation vis-à-vis du chef de l'État pour préparer son éventuelle candidature de recours, il multiplie les marques d'intérêt pour 2017.

Ses intentions sont de plus en plus transparentes. S'il n'a jamais dissimulé ses ambitions présidentielles, Manuel Valls semblait jusqu'à présent viser plutôt l'élection de 2022 que celle de 2017. Mais la situation catastrophique de François Hollande - dont l'impopularité déjà record a été aggravée par la publication de l'explosif livre-confessions Un président ne devrait pas dire ça... - est venue rebattre les cartes. Désormais, le premier ministre prépare son éventuelle candidature de recours pour se lancer dans le cas où le chef de l'État renonce à se présenter.

S'il a décidé de rester loyal au président, le chef du gouvernement ne se prive pas de multiplier les marques d'intérêt pour le scrutin de mai prochain.

Une «envie d'apporter des réponses»

Ainsi de son intervention aux «Rendez-vous de l'éthique», ce lundi soir à Évry (Essonne), lors d'une rencontre-débat animée par le journaliste Thierry Guerrier. Balayant les questions sur ses ambitions présidentielles, ironiquement qualifiées de «lourdes», l'hôte de Matignon a cependant confié que les défis posés par l'islamisme et l'embrigadement de la jeunesse «(décuplaient son) envie d'apporter des réponses à toutes ces questions».

«L'exercice de l'État est une exigence, et il ne faut jamais l'oublier. C'est une concentration permanente et une empathie en même temps. (...) Gouverner dans ces moments-là, même si on préférerait ne pas avoir à le faire, donne à voir ce que peut être la noblesse de la politique et de l'exercice du pouvoir», a-t-il encore estimé. Un propos qui sonne comme une dénonciation du mode de gouvernance François Hollande, bien qu'il a toujours loué et défendu sa gestion des attentats terroristes qui ont endeuillé la France.

Autre exemple de cette présidentialisation, intervenu plus tôt ce lundi : le discours qu'il a prononcé à la mairie de Bapaume (Pas-de-Calais). «Le pays attend et demande de la force - et j'ai cette force, comme chacun d'entre vous sur le territoire - pour aider la Nation, cette communauté de destin, pour l'aider à se penser davantage unie», a-t-il lancé. Une formule qui le place clairement au centre du jeu, mais qu'il a toutefois adoucie en prenant son auditoire à témoin, quitte à sortir de son texte.

Valls Twitter 15 11 2016

De même, l'hôte de Matignon a poursuivi son envolée hors-discours, en rebondissant et s'attardant sur un mot bien précis. «“Unie”... Nous manquons de cette unité. Ce que vous êtes capables de faire sur le terrain les uns et les autres, nous ne sommes pas capables de le faire au niveau de la Nation», a-t-il déploré. Une posture rassembleuse déjà adoptée à Tours, fin octobre, lorsqu'il a tendu la main à «Arnaud (Montebourg), Benoît (Hamon), Aurélie (Filippetti) et Emmanuel (Macron)». Loin des gauches «irréconciliables», autrefois théorisées par le premier ministre.

» Voir l'extrait, isolé par BFMTV :


Manuel Valls - 'Le pays attend de la force et... par folamour_dailymotion

 

Source : Le Figaro.fr

Informations complémentaires :

 
Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Face au déclin de Hollande, Valls cherche à se présidentialiser