5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (1 Vote)

Les Français ont de la mémoire, ça c'est vrai, mais sauront-ils échapper au piège du Front National ? (Informations complémentaires)

Sapir 09 03 2017

« Ce que l’on appelle « l’affaire Fillon » pose de manière inattendue la question de la souveraineté et de la légitimité. En cela, elle s’avère autrement plus profonde que les faits qui sont aujourd’hui reprochés à l’ancien Premier-ministre. Non que ces faits soient sans importance. Mais leur signification réelle est avant tout dans le domaine du symbolique. Le comportement de la classe politique française, et ses méthodes souvent douteuses, illustre cependant bien le parti-pris anti-démocratique qui anime un bon nombre de ses membres.

L’affaire Fillon

Le cas de l’affaire Fillon est emblématique des problèmes de démocratie dans notre pays. Non que ce qui soit reproché à François Fillon soit sans importance. On a écrit à de multiples reprises, y compris dans ce carnet, que les actes qui lui sont reprochés, au-delà de toute qualification pénale, posent un problème très sérieux pour un candidat qui s’était fait le chantre et le héraut de la vertu en politique. Que l’emploi de sa femme comme assistante parlementaire soit « réel » ou non, que le travail qu’elle est supposée avoir fourni à la Revue des Deux Mondes soit avéré ou non, les montants perçus, au regard de ce que touchaient à la même période d’autres personnes pour un travail identique, sont scandaleux. Mais, d’une part ces actes, pour répréhensibles qu’ils soient n’entament en rien la légitimité clairement construite d’un homme vis-à-vis de son camp. Avoir voulu lui substituer un Alain Juppé, largement battu lors du vote de la « primaire », voir un Baroin, sorti d’on ne sait où, dit amplement le mépris que les cadres des « Républicains » ont pour leur propre électorat mais aussi le peu de prix qu’ils attachent au principe de légitimité.

Cette crise, que François Fillon semble avoir résolu à son avantage pour l’instant à la suite de la manifestation du Trocadéro, aurait pu n’être qu’une pantalonnade. Elle illustre clairement le degré de décomposition atteint par les dirigeants d’un camp politique qui ne pensent que manœuvres et qui se moquent bien des idées qu’ils sont supposés défendre. Il n’y eut que quelques voix dignes dans ce charivari. Elles ne se comptent même pas sur les dix doigts.

Trahisons « socialistes »

Mais, si on regarde dans un autre camp, celui des prétendus « socialistes », on verra que, pour moins spectaculaire, la situation n’y est pas meilleure. Ce parti a lui aussi organisé une « primaire ». Benoît Hamon fut celui qui triompha. Quoi que l’on pense de son personnage et de sa campagne, c’est lui qui incarne la légitimité de son camp. Or on apprend, par la presse, que certains des plus éminents représentants de ce camp envisagent déjà de rejoindre la marionnette des intérêts financiers qu’est Emmanuel Macron[1]. Ceci n’est pas moins scandaleux que les manœuvres auxquelles se sont livrés les partisans d’Alain Juppé ou de Nicolas Sarkozy chez les « Républicains ». Voici donc des responsables de haut rang qui nous disent tout de go que peut importe un vote et qu’il faut voter (au premier tour cela s’entend) d’une manière toute différente. Mais, alors, à quoi cela a-t-il donc servi d’organiser cette « primaire » ? Ils ne se rendent pas compte, et c’est une évidence, de la violence de leur mépris affiché pour le vote de leurs propres sympathisants. En passant, signalons que cela donne amplement raison à la stratégie de Jean-Luc Mélenchon, qui fut pourtant à l’époque tant attaqué. Et cela souligne le ridicule de la posture de Pierre Laurent, le dirigeant de ce parti-zombie qu’est devenu le PCF quand il implorait Mélenchon de participer à cette « primaire ». Toutes les voix qui criaient « unité », n’est-ce pas Gérard Filoche, doivent être bien déconfites aujourd’hui alors que devient évident la manœuvre que l’on pouvait pressentir depuis plusieurs semaines, depuis ce jour de décembre où François Hollande renonça à se présenter.

De quoi Macron est-il le nom ?

Car c’est bien d’une manœuvre dont il s’agit. Il est donc question de construire la candidature d’Emmanuel Macron comme la seule opposition à Marine le Pen, et cela par tous les moyens, des plus odieux aux plus subtils. Mais, ce faisant, il faut amuser la galerie pour que les Français cessent de réfléchir. Car, justement, si on réfléchit bien, de quoi Emmanuel Macron est-il le nom ? D’abord, et on l’a dit dans ce carnet, du désastre économique que fut la politique économique de François Hollande, tout d’abord en tant que son conseiller pour l’économie puis en tant que ministre. Une politique qui, rappelons le, s’est traduite par une forte hausse du chômage, venant après celle provoquée par la politique de François Fillon. Ensuite, une politique de soumission aux intérêts allemands dans le cadre de l’Union européenne. François Hollande avait bien parlé de renégociation de traités dans sa campagne, et nous sommes tous témoins qu’il n’en a rien fait. De cela, aussi, Emmanuel Macron est le nom. Enfin, d’une politique que l’on nomme « l’Ubérisation » de la société, et qui aboutit à étendre le statut d’entrepreneur individuel mais non pour favoriser des activités nouvelles ; au contraire, c’est une forme généralisée de sous-traitance individuelle que l’on veut favoriser, forme qui émiettant les travailleurs les rends plus vulnérables et plus démunis face à leurs « donneurs d’ordres ».

Le programme d’Emmanuel Macron est une farce : sur les 38 pages de ce dit programme, 11 sont des photos avantageuses du candidat. Mais son projet existe bel et bien, et l’on a rarement vu de projet aussi régressif pour l’immense majorité de la population en France.

Il est l’heure du règlement des comptes

Il reste cependant un problème fondamental. Ce que les dernières péripéties de la campagne de François Fillon démontrent, ce que les trahisons qui entourent celle de Benoît Hamon confirment, c’est un mépris total et violent pour la souveraineté des électeurs, et donc du peuple. C’est un mépris non moins total et violent pour le principe de légitimité dont, comme je l’ai expliqué dans mon ouvrage Souveraineté, Démocratie, Laïcité, découle en fait de la souveraineté.

Nul ne s’en étonnera, si on y réfléchit un peu. La souveraineté, tous ces gens, que ce soient les soi-disant « Républicains » qui ont bien usurpé leur nom tout comme les « socialistes » le leur, la souveraineté donc, ces gens s’en moquent. Et, se moquant de la souveraineté ils se moquent de la démocratie qui est fille de la souveraineté, et ils se moquent du peuple, conçu comme un corps politique. On ne s’étonnera donc pas que la démocratie s’étiole et que le peuple se divise en communautés sur diverses bases, qu’elles soient religieuses, ethniques ou autres. Si nous sommes entrés dans une situation où le mot sécession prend tout son sens c’est bien à cause de ce mépris, qui s’étale devant nous depuis que ces dirigeants, qu’ils soient de « droite » ou de « gauche », ont décidé de piétiner le vote démocratiquement et régulièrement émis par les Français lors du référendum sur la projet constitutionnel européen en 2005, il y a douze années de cela.

Les peuples ont de la mémoire. Ils se souviennent des bienfaits comme des méfaits commis. Cette élection présidentielle s’annonce comme l’écho assourdi, mais clairement perceptible, du référendum de 2005. Elle est devenue l’heure pour cette classe politique en décomposition de rendre des comptes. Une heure qu’attendent les 55% de Français ayant voté « non » depuis maintenant près de douze ans ».

 

Jacques Sapir, RussEurope, le 8 mars 2017

 

[1] http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/2017/03/06/35003-20170306ARTFIG00195-les-hollandais-se-reunissent-pour-evoquer-un-eventuel-soutien-a-macron.php

Rappels :

Jacques Sapir : « La crise européenne profitera massivement à Jean-Luc Mélenchon et à Marine Le Pen »

France : Encore une horrible campagne présidentielle – L’Etat profond monte à la surface (D. Johnstone)

Macron, symbole de l’escroquerie d’un monde politique en perdition

Lire aussi :

Patrimoine non déclaré de Macron : pourquoi les médias et la justice sont-ils muets ?

 

Source : Olivierdemeulenaere

Informations complémentaires :

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow L’heure de rendre des comptes (J. Sapir)