1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)

Ce gouvernement est autiste et arrogant. Ils pensent qu'ils sont intouchables. Mon beau-frère est routier, et ses frais de route représentent une bonne partie de son salaire. Si effectivement ils veulent les annuler ou les modifier, les routiers vont fortement se mobiliser (et on les comprend). Du reste, pensez-vous être épargnés par les ordonnances ? Aussi soyez solidaires et compréhensifs...

Routiers 29 09 2017

Aucun accord n'a pu être trouvé hier soir entre représentants de salariés et patrons du secteur routier, reçus par Elisabeth Borne. Les syndicats évoquent même des discussions très tendues, et se tiennent prêts à de nouvelles actions. Une nouvelle réunion est prévue la semaine prochaine pour tenter de calmer le jeu.

Après une semaine de mobilisation en demi-teinte des routiers, l'on pouvait espérer que cette réunion d'hier, entre syndicats et patrons au ministère des Transports, rassurerait chaque parti, donnerait lieu à quelques adaptations et constituerait un point final aux tentatives de paralysie du réseau routier. Mais, patatras, rien ne s'est passé comme prévu. Pire, au cours des 5 heures de discussion, de nouveaux sujets de discorde sont apparus.

Le représentant de la CGT Transports, Jérôme Vérité, s'est dit «effaré» en quittant le ministère vers 21 heures, décrivant des discussions «très tendues» sur l'application de la réforme du travail par ordonnances. «Le patronat ne veut rien lâcher», selon Patrice Clos de FO. «Très énervée», la CFDT a carrément claqué la porte au cours de la réunion, décrivant des «discussions très tendues avec un patronat qui ne veut lâcher absolument rien».

Dans un communiqué publié à l'issue de la réunion, la ministre a, plus sobrement, «pris acte» du fait que «de nouveaux sujets sont apparus lors de la discussion», et proposé une nouvelle rencontre la semaine prochaine.

Les frais professionnels remis en cause

Dans le détail, les syndicats (CFDT, CGT, FO, CFTC, CFE-CGC) n'ont «rien obtenu de concret» et, pire, ont appris «avec stupeur que les ordonnances venaient impacter les frais de route», ce qui représente un «coup de tonnerre» pour la profession. Ces indemnités (repas, frais de nuit, etc.) peuvent représenter jusqu'à «1000 euros par mois sur la fiche de paie pour un conducteur zone longue», a-t-il expliqué à l'AFP, FO évoquant de son côté entre «600 et 1200 euros par mois» selon le type de mission. Les ordonnances permettent la remise en cause, entreprise par entreprise, de «toutes les primes» qui jusqu'à présent étaient garanties par les conventions collectives, c'est-à-dire les frais de route, primes d'ancienneté ou encore le 13e mois, a indiqué à l'AFP Christian Cottaz, pour la CFDT. Les syndicats ont exigé que ces primes soient sanctuarisées.

À nouveau autour de la table le 4 octobre

«Ces sujets vont être expertisés, et le dialogue doit se poursuivre dans un esprit constructif et responsable», a-t-on indiqué au ministère des Transports. L'expertise devra porter sur «les frais de déplacement spécifiques aux chauffeurs routiers», précise le communiqué, qui ajoute qu'Elisabeth Borne a «proposé par ailleurs que les accords d'entreprise sur les rémunérations dans le transport routier fassent l'objet d'un suivi par les observatoires de la négociation». Un geste envers les syndicats, qui ne semble pas avoir eu l'effet escompté. Sur le dossier de la concurrence étrangère, le ministère annonçait le lancement d'une mission parlementaire pour «préparer des propositions».

 

Source : Le Figaro.fr

Informations complémentaires :

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Les syndicats de routiers « effarés » après leur rendez-vous au ministère