4.5555555555556 1 1 1 1 1 Rating 4.56 (9 Votes)

Un verre de whisky le soir après le boulot, parce qu'on a bien bossé, puis deux verres, puis trois, moi c'est comme ça que j'ai sombré doucement, mais ... sûrement... dans l'alcool, et ça a gâché 15 ans de ma vie... Avant que je réussisse à m'en sortir définitivement grâce à l'Esperal...  Aussi, méfiez-vous....

Drogues Entreprises 30 10 2018
De fongbeerredhot via Shutterstock

Dans un ouvrage paru aux éditions Erès, trois chercheurs se penchent sur le phénomène du dopage en entreprise. Récompensé par le prix RH 2018, Se doper pour travailler soulève les raisons profondes qui poussent certains salariés à l'addiction.

C'est un fléau dont le sport n'a pas fini d'entendre parler. Malgré les techniques de plus en plus poussées des systèmes de dépistage, le dopage continue de sévir auprès de certains athlètes désireux de décupler leur performance pour décrocher les trophées. Mais ils ne sont pas les seuls. Loin des terrains de tennis ou des pistes d'athlétisme, dans les buildings de verre parsemés d'open space, le dopage aussi a trouvé sa place. Sous des formes différentes. Psychotropes, cigarettes, cafés ou longues lignes blanches rythment la vie de certains salariés et leur permettent de «tenir». Et bien souvent dans l'indifférence générale. Voire dans l'auto-acceptation.

» LIRE AUSSI - Travail manuel ou intellectuel, le clivage qui dure depuis des siècles

C'est à ce sujet délicat que trois intellectuels et professionnels du sujet ont choisi de s'attaquer l'année dernière. Avec succès, puisque leur essai baptisé Se doper pour travailler, paru aux éditions Erès, vient de recevoir le prix du livre RH 2018. Décerné par Science Po, le cabinet Syntec Recrutement et Le Monde, le prix RH récompense les ouvrages s'attaquant à des sujets pointus liés aux mutations que traverse le monde du travail. Se doper pour travailler est le résultat d'un travail de longue haleine mené par trois chercheurs, Renaud Crespin (CNRS), Dominique Lhuilier (Cnam) et Glady Lutz, docteur en psychologie du travail.

Remise en cause de «consommer moins c'est mieux»

«On s'est dit qu'il était temps d'aller voir sur le terrain ce qu'il en est aujourd'hui de ses consommations», explique l'un d'eux. Loin du cliché traditionnel de l'ouvrier alcoolique ou du publicitaire coké, le dopage quotidien, «très fréquent» selon les auteurs, ne serait pas réservé à une catégorie socio-professionnelle ni à un secteur d'activité particulier. Mais c'est surtout contre le discours de prévention officiel, qui vise à prévenir, détecter et sanctionner, sans se soucier des réalités, que les trois chercheurs ont dressé leur minutieuse étude. «Il y a un décalage entre l'adage préventif «consommer moins c'est mieux» et les pratiques réelles. Au cours de nos recherches nous avons pu constater que ces substances étaient au contraire utilisées comme un outil de régulation, pour tenir, se calmer, récupérer ou se stimuler».

» LIRE AUSSI - Une entreprise japonaise paye ses employés pour dormir plus

Bref, loin de provoquer des comportements déviants, l'utilisation de drogues permettrait de conserver une santé apparente et une certaine sécurité. Par l'addiction, les salariés se préserveraient même d'autres risques liés au travail : surmenage, burn-out, déclassement... En cause, une réalité de plus en plus pénible ou difficile, que ces drogues permettraient d'affronter. C'est donc l'ensemble d'un système, basé sur la pression, où les salariés ne sont parfois que des variables tenues de rentrer dans des moules informes, qui est pointé du doigt par cet ouvrage. «Parfois les salariés n'arrivent plus à transformer les situations de travail. Ils pensent alors que c'est en se transformant eux-mêmes qu'ils arriveront, en étant plus rapides, plus détendus, plus ouverts dans la relation client, plus productifs, plus plus plus, toujours plus. Logique puisque c'est grosso-modo ce qu'on attend des salariés aujourd'hui», explique Dominique Lhuillier sur le site Mode(s) d'emploi.

» LIRE AUSSI - Le jogging, remède miracle des salariés contre le stress

D'où les limites du discours de lutte contre les addictions et prises de drogues en entreprises. S'attaquer aux salariés sans parler du problème dans son ensemble revient à ignorer les causes tout en voulant lutter contre les effets. Autrement dit, retirer l'addiction sans modifier le contexte qui a poussé le salarié à cette addiction c'est le priver de son principal carburant face à une course tout aussi difficile. On comprend mieux dès lors pourquoi les trois chercheurs ont titré leur ouvrage «se doper pour travailler» et non «se droguer pour travailler», d'apparence synonymes. Dans le monde compétition qu'est l'entreprise, comme dans le sport, les drogues ne correspondent pas à un objectif récréatif pur, mais bel et bien de performance ou de compensation d'une pénibilité profonde liée à leur effort.

 

Source : Le Figaro.fr

 

Informations complémentaires :

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Dopage en entreprise : quand les salariés se droguent pour « tenir »