5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (5 Votes)

C'est une évidence pour toutes les personnes qui vivent dans la vie réelle et font des courses. L'INSEE triche sur l'inflation depuis des années, tout le monde le sait. Pour calculer leur inflation ils prennent un panier de choses qui n'est pas représentative, comme l'électro ménager, ou la high-tech, alors que les choses comme l'énergie ou l'alimentation ne sont pas prises en compte, car trop jugé trop «  volatile » (je vous laisse apprécier si ces dépenses sont «  volatiles » dans votre budget). Ceci pour que les gens n'aient pas des arguments pour demander des hausses de salaires, dixit une lectrice de Pierre Jovanovic qui a refait les calculs avec ses données personnelles, l'inflation serait de 70% sur dix ans ! soit 7% par an... Or depuis 1983 Jacques Delors (un socialiste) a désindexé les salaires de l'inflation, donc, avec en moyenne grassement 1,5% d'augmentation de salaire par an au lieu de 7%,  je vous laisse donc calculer la baisse de pouvoir d'achat que nous avons eue depuis 36 ans... (7-1.5)x36=198% d'inflation RÉELLE minimum sur 36 ans... (qui aura été « entre autres » masquée aux Français par le passage à l'€uro).  Un jour, ces gens seront pendus haut et court.

"La hausse des prix est beaucoup plus élevée que ce qu'on nous annonce", a affirmé jeudi 24 janvier sur franceinfo Morgan Bourven, journaliste qui a piloté le dossier "pouvoir d’achat" du dernier numéro de la revue de l’UFC Que Choisir. Si, selon l'Insee, le pouvoir d'achat doit augmenter en 2019, l'association de consommateurs affirme qu'il a en fait baissé depuis 2014.

Une hausse de 5% selon l'UFC

L'Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) estime la hausse des prix à 3,65 % sur la période 2014-2018. Que Choisir l'évalue à 5%. "Nous avons repris leur base de calcul, qui est l'IPC (indice des prix à la consommation) et nous avons fait nos propres relevés, avec nos comparateurs de forfaits mobiles, de mutuelles, etc., que nous avons sur Internet, et nos relevés en supermarché, pour plusieurs de dizaines de milliers de prix", explique Morgan Bourven. Résultat, l'UFC Que Choisir constate une hausse de 5%. "Le smic, sur cette période, a augmenté de 4,6%, pointe Morgan Bourven. Ce qui se traduit par une perte nette de pouvoir d'achat pour les salariés au smic."

"On ne jette pas la pierre à l'Insee", explique le journaliste. Selon lui, la méthode de calcul est différente. L'Insee "applique à ses calculs un 'effet qualité' et calcule l'évolution à qualité constante : si un produit s'améliore et qu'il devient plus cher, il considère qu'il n'y a pas vraiment de hausse de prix".

« Nous, on a voulu vraiment prendre le panier du consommateur. C'est là qu'on a vu que quasiment tous les postes de consommation, à l'exception des forfaits mobile, augmentent beaucoup plus rapidement que le smic. »

Morgan Bourven à franceinfo

Selon le décompte réalisé par l'UFC Que Choisir, "l'alimentaire a augmenté de 6% environ, l'énergie a pris quasiment 8% et aussi beaucoup les dépenses constantes, comme les mutuelles : elles ont augmenté de 15%, contre une hausse de 7% pour l'Insee".

"Ces dépenses contraintes peuvent représenter jusqu'à 60% des dépenses des ménages. Et à la fin du mois, il ne reste pas grand choses sur le compte en banque pour se faire plaisir, explique Morgan Bourven. On a reçu beaucoup de courriers de consommateurs, d'abonnés, nous disant que les fins de mois étaient de plus en plus difficile, certains lecteurs ont dû se désabonner de Que Choisir en raison des différentes hausses, notamment la CSG."

 

Source : Francetvinfo.fr

Informations complémentaires :

Inflation 28 01 2019

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow « La hausse des prix est beaucoup plus élevée que ce qu'on nous annonce » : l'UFC Que Choisir a refait les calculs de l'Insee