5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (5 Votes)

**FAKE NEWS** : ... Le TGI de Paris craint le contentieux de masse ... Facebook va supprimer des comptes comme en Indonésie ... GAFA jugées trop molle contre la lutte

1 ... Avec un référé pour au minimum une fake news, 1000 procédures par jour est possible quel que soit le support
2 ... Avec le temps de traitement du contentieux, il se passera un an
3 ... Comme pour la loi casseurs/manifestants, pour résoudre le problème du contentieux de masse, je pense qu'on se dirige vers un renversement du charge de la preuve dans le futur :

  •         En posant le principe d'interdire ou de supprimer d'office ou par avance une fake news présumé
  •         Seule exception au principe : à charge pour l'auteur de saisir la justice pour autoriser sa diffusion en prouvant que ce n'est pas une fake news

En clair, on dira, on ne peut tout traiter donc le mieux est de tout interdire.

Les juges inquiets de l'application de la loi «fake news»

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2019/01/31/01016-20190131ARTFIG00274-les-juges-inquiets-de-l-application-de-la-loi-fake-news.php

Élections européennes : à Bruxelles, l'inquiétude autour des ingérences russes

http://www.lefigaro.fr/international/2019/01/31/01003-20190131ARTFIG00277-elections-europeennes-a-bruxelles-l-inquietude-autour-des-ingerences-russes.php

«Fake news» : la macronie en quête d'outils de riposte en vue des européennes

http://www.lefigaro.fr/politique/2019/01/31/01002-20190131ARTFIG00299-fake-news-la-macronie-en-quete-d-outils-de-riposte-en-vue-des-europeennes.php

Facebook se prépare aux élections européennes

http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2019/01/31/32001-20190131ARTFIG00234-facebook-se-prepare-aux-elections-europeennes.php

François Bazin : «Ce ne sont pas les “fake news” qui décident des élections»

http://www.lefigaro.fr/politique/2019/01/31/01002-20190131ARTFIG00241-francois-bazin-ce-ne-sont-pas-les-8220fake-news8221-qui-decident-des-elections.php

Facebook : en Indonésie, suppression massive de comptes face au fake news

https://siecledigital.fr/2019/02/01/facebook-en-indonesie-suppression-massive-de-comptes-face-au-fake-news/

Indonésie : Facebook supprime des centaines de comptes liés à des "fake news"

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2019/02/01/97001-20190201FILWWW00049-indonesie-facebook-supprime-des-centaines-de-comptes.php

FAKE NEWS : ... GAFA trop molle dit l'UE ... Indonésie

Les Gafa sommés de mettre la gomme contre les fake news

https://plus.lesoir.be/203550/article/2019-01-29/les-gafa-sommes-de-mettre-la-gomme-contre-les-fake-news

Indonésie : Facebook supprime des centaines de comptes liés à des "fake news"

https://www.latribune.fr/depeches/reuters/KCN1PQ3UQ/indonesie-facebook-supprime-des-centaines-de-comptes-lies-a-des-fake-news.html

 

Contributeur anonyme

Update 02.02.2019 : === MACRON, LE CHAMPION DES « FAKE NEWS » ======== par Yavar SIYAHKALROUDI (UPR)

Emmanuel Macron a déjà été la cible d'intox. Au sein de La République en marche, le risque d'ingérence pendant la campagne est pris très au sérieux.

C'est une péripétie de campagne qui a marqué les esprits. Entre les deux tours de l'élection présidentielle, plusieurs documents avaient surgi sur les réseaux sociaux, accusant Emmanuel Macron de posséder un compte offshore aux Bahamas. L'équipe du candidat avait alors déposé plainte. À quatre mois d'un nouveau scrutin, et quelques jours après une nouvelle vague d'intox sur le traité d'Aix-la-Chapelle signé par le président de la République et la chancelière allemande Angela Merkel, la menace est prise très au sérieux par La République en marche. Au QG de campagne, où les instances sont en train d'être structurées, une stratégie et des outils de riposte sont à l'étude pour mieux armer les équipes. «On prendra très au sérieux toutes les tentatives d'ingérence», fait savoir Mounir Mahjoubi, le secrétaire d'État chargé du Numérique. Le directeur de campagne, Stéphane Séjourné, redoute un niveau d'ingérence très important pendant cette campagne, si bien que l'ancien conseiller réfléchit à anticiper le mieux possible la propagation d'intox avec des éléments de déconstruction. Au besoin, une contre-offensive pourra prendre la forme de conférences de presse improvisées ou l'instauration d'une cellule de «fact-cheking» interne.

«Pour moi, les “fake news” sont le principal défi démocratique, et je suis très inquiète de leurs conséquences, fait savoir la députée de Paris Olivia Grégoire. Donc, la question, c'est comment on anticipe, et comment on démonte.» Si le droit français est désormais plus protecteur en période électorale, rien n'empêche certains «adversaires politiques» de procéder à «des achats de publicité depuis des pays de l'est de l'Europe», anticipe-t-on au QG de campagne.

Au sein du groupe La République en marche à l'Assemblée nationale, la multiplication des intox est aussi source de préoccupations. De plus en plus de députés, à l'image de la porte-parole Aurore Bergé, sont la cible de campagnes de désinformation sur les réseaux sociaux. À l'Élysée, aussi, on est sur ses gardes. Emmanuel Macron, qui a fait voter une loi contre les «fake news», n'a cessé, au fil des réunions du grand débat, de rappeler les risques de manipulation de l'opinion publique. Le Brexit? «C'est un référendum qui a été manipulé, manipulé de l'extérieur par beaucoup de ce qu'on appelle aujourd'hui les infox, où on a dit tout et n'importe quoi et maintenant on dit “débrouillez-vous” et, bilan des courses, on a menti aux gens», lance-t-il devant les 600 maires de Grand-Bourgtheroulde (Eure). À Bourg-de-Péage (Drôme), le chef de l'État s'alarme qu'on soit «entourés d'infox». «J'en reçois des boucles de mails», témoigne-t-il. Parfois, c'est «de la folie furieuse, c'est n'importe quoi», s'étrangle le président. Comment lutter contre le phénomène? En misant sur «l'éducation», en reconstruisant «le rapport à la vérité».

L'exécutif compte aussi beaucoup sur la profession de journalistes pour qu'elle instaure une forme d'«autorégulation». Dans le viseur de l'Élysée: encore et toujours, la chaîne de télévision Russia Today, financée par l'État russe. Ce média, jugé propagandiste par la présidence, est mis au ban de l'Élysée. L'accès au château est refusé à ses journalistes. À une exception près: un point presse du porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux leur a été ouvert, récemment. Une expérience sans lendemain. «Il y a des interrogations sur le traitement de l'actualité, notamment à propos des “gilets jaunes”, juge un conseiller du Palais. La présentation des faits est loin d'être exhaustive.»

 

Source : Le Figaro.fr

 

Informations complémentaires  :

Crashdebug.fr : Pierre Jovanovic : Les Élections présidentielles sont manipulées (Planètes 360)
Crashdebug.fr :

Censure Preventive 02 02 2019
Jugée propagandiste, la chaîne de télévision Russia Today a été mise au ban de l'Élysée. -
Crédits photo : Sébastien SORIANO/Le Figaro
Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow « Fake news » : la macronie réfléchit aux moyens de riposte en vue des élections européennes