5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)

C'est comme les cigarettes qui servent à recycler des déchets, ce n'est pas parce que cela se fait à l'étranger qu'il faut le faire en France... Mais on comprend pourquoi ça revient sur le devant de la scène en 2019 (l'article date de 2013), c'est un gros enjeu pour l'industrie du nucléaire de pouvoir se débarrasser de leurs saloperies dans tous les foyers français...

Update 03.02.2019 : Dites NON au recyclage des déchets dits très faiblement radioactifs dans votre environnement quotidien (CRIIRAD)

Dechet Radio Actif 03 02 2019

« Les métaux, plastiques, gravats... issus du démantèlement d'installations nucléaires pourront servir à la fabrication de ciment ou d'acier. Ces produits contaminés seront utilisés pour la construction de maisons, voitures, bateaux, vélos... » Directrice de la Criirad (association indépendante spécialisée dans le nucléaire), Corinne Castagnier ne fait pas de la science-fiction. Elle commente un récent arrêté ministériel.

Un enjeu énorme pour l'industrie nucléaire

Ce texte, publié au Journal Officiell le 14 mai, constitue une dérogation au Code de santé publique. Il permet de contourner l'interdiction, prise en 2002, d'utiliser des substances radioactives dans les biens de consommation et les produits de construction. L'Autorité de sûreté nucléaire avait pourtant émis un avis défavorable, rappellant « la position constante de la France d'éviter la dilution des déchets, notamment en les ajoutant à des biens de consommations ». Contactée hier, l'ASN maintient sa position. Les quatre ministères - Santé, Écologie, Logement et Économie - sont passés outre.

L'enjeu pour l'industrie nucléaire est énorme. « Avec la déconstruction d'installations importantes, comme la centrale de Brennilis (Finistère), elle se retrouve devant des montagnes de produits radioactifs dont elle ne sait que faire », indique la Criirad. On parle de millions de tonnes de rebuts à traiter dans les décennies à venir. Trouver des sites où les stocker ne va pas être simple et le coût financier sera élevé.

Pour contrer la décision des ministères, la Criirad a « engagé une requête devant le conseil d'État pour excès de pouvoir. Ce dernier a déjà expédié des mises en demeure aux ministères en question. On attend leurs explications ». Corinne Castagnier en saura peut-être plus lundi. « Nous avons rendez-vous le matin au cabinet de Jean-Louis Borloo », le ministre de l'Environnement.

Ce n'est pas la première fois que l'industrie nucléaire tente de se débarrasser de ses déchets peu contaminés. En 2004, le tribunal administratif de Lyon a fait capoter le projet d'une filiale d'Areva. La Socatric prévoyait de recycler ses déchets via la fonderie Feursmetal. « Ils voulaient fabriquer des tracteurs avec 15 % de métal contaminé. »

Montres au radium

« Ce nouvel arrêté pose des problèmes de santé et d'environnement, s'inquiète la Criirad. On s'apprête à disperser des produits contaminés alors que dans le même temps, l'Andra récupère les objets radioactifs disséminés dans les foyers (montres au radium ou paratonnerres à l'américium). » Il est aussi en contradiction avec la lutte contre la présence de radon, gaz radioactif naturel et nocif, dans les habitations.

 

Jean-Pierre BUISSON.

 

Source : Ouest-france.fr via France Info (03.02.2019)

 

Informations complémentaires :

Crashdebug.fr : Fukushima le désastre oublié...

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Des déchets radioactifs dans les biens de consommation et les produits de construction ?