5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (6 Votes)

Toujours le même leurre, depuis 30 ans ils veulent faire « une nouvelle Europe », alors qu’à 27 cela est juridiquement impossible, puisqu’un seul pays peut mettre son veto à chaque modification de traités, et vous pensez que la Pologne voudra mettre un terme aux travailleurs détachés ? Ou que le Luxembourg voudra mettre fin à l'évasion fiscale ? Bref, restont sérieux, et puisqu’on parle d’Europe, sachez de quoi vous parlez…. Et remontez à ses origines pour bien comprendre QUI sont les fascistes dans cette histoire

Quant à savoir quoi voter, je crois que le choix est effectivement assez simple, et ce n’est certainement pas LREM ou RN. Mais le seul parti qui prône réellement le FREXIT, à savoir l’UPR. Et vous gagnerez ainsi l'équivalent 464€ de pouvoir d’achat par mois, en plus de redonner à notre pays sa souveraineté nationale... Et donc sa capacité à prendre les décisions qui la concernent. Et non pas tout déléguer à Bruxelles comme à l'heure actuelle.

Macron 12 03 2019

Un clip de campagne mis en ligne par La République en marche confirme le ton simpliste adopté par Emmanuel Macron et ses troupes pour les élections européennes du 26 mai 2019 : il y a les gentils et les méchants. C'est tout.

Des inondations dramatiques. D’inquiétants manifestants aux drapeaux noirs. Des soldats dressant des barbelés alors que des migrants affluent. C’est le scénario un poil anxiogène du clip mis en ligne le 6 mars par l’équipe de campagne de La République en marche (LREM) pour les élections européennes. La voix d’Emmanuel Macron retentit : « Regardez notre époque, regardez-la en face et vous verrez que vous n’avez pas le choix. » Des mots prononcés en septembre 2017, lors de son discours de la Sorbonne sur l’Europe.

La "renaissance" contre les "nationalistes"

« Pas le choix. » Ces trois mots confirment la tonalité de la campagne macroniste pour le scrutin du 26 mai 2019 : il y a les pro et les anti-Europe. Les partisans du « progrès » et ceux du « repli ». Les gentils et les méchants, en somme. La suite du clip est à l’avenant. Macron pourfend les « nationalistes », « ceux qui détestent l’Europe », tandis qu’apparaissent les visages de Matteo Salvini, Steve Bannon et Marine Le Pen. Le président appelle les électeurs à prendre leurs « responsabilités », pour « une Europe plus forte, plus démocratique », horizon illustré dans la vidéo par les visages de jeunes gens souriants, apparemment conquis par la « renaissance » qu’Emmanuel Macron appelle de ses vœux.

Et au cas où l’on n’aurait pas saisi le message, le site de campagne de LREM en remet une couche : « Le 26 mai, il n’y aura qu’un seul tour. » Sous-entendu : ne vous éparpillez pas et votez pour les seuls à même de sauver l’Europe.

Cette stratégie de la dramatisation manichéenne n’est pas nouvelle. En octobre, le gouvernement avait déjà conçu un clip censé - officiellement - encourager les citoyens à se rendre aux urnes. Le résultat était sensiblement du même acabit : musique angoissante et images apocalyptiques, se concluant par l’apparition de Matteo Salvini et Viktor Orban, tenants du camp des « nationalistes » pourfendu par Macron. A l’époque, les oppositions avaient protesté contre cette utilisation douteuse des fonds publics.

Pas de quoi dissuader les macronistes de jouer à fond le duel avec Marine Le Pen. Pour l’instant, les sondages les confortent dans cette voie : la liste LREM est au coude-à-coude avec celle du Rassemblement national - même si les intentions de vote pour Les Républicains frémissent depuis quelques jours. A croire qu’il n’y aurait, dans cette élection, pas de place pour la « pensée complexe ».

 

Source : Marianne.net

 

Informations complémentaires :

Crashdebug.fr :

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow « Vous n’avez pas le choix » : la campagne toujours plus manichéenne du camp Macron pour les Européennes…