4.2 1 1 1 1 1 Rating 4.20 (5 Votes)

Selon nos informations, Mayada Boulos de l’agence Havas Paris, la dernière candidate pressentie pour la direction de la communication, ne rejoindrait finalement pas l’Elysée. Énième épisode d'une impossible quête pour un poste vacant depuis trois mois.

Macron Com 11 04 2019
Sylvain Fort (à gauche) est parti depuis trois mois sans successeur. Sibeth Ndiaye (au centre) est devenue porte-parole
du gouvernement. - Martin Bureau / AFP

C’est une vacance qui risque de se prolonger. Emmanuel Macron n’a plus de conseiller en communication depuis le départ du dernier titulaire du poste, Sylvain Fort. En pleine crise des Gilets jaunes, les proches du président ont donc écumé Paris à la recherche de la perle rare pour le remplacer. Ils pensaient l’avoir trouvée en la personne de Mayada Boulos, l’ancienne conseillère de Marisol Touraine au ministère des Affaires sociales sous le quinquennat Hollande. Depuis septembre 2016, celle-ci émarge chez Havas Paris, en charge notamment de missions de développement à l’international. Sur le papier, cette spécialiste expérimentée de la communication de crise aurait le profil idéal pour s’installer à la présidence de la République. Mais selon nos informations, et sauf revirement de dernière minute, Mayada Boulos, dont la nomination était présentée comme acquise, ne devrait finalement pas rejoindre l’équipe élyséenne.

Trop proche du dossier saoudien

Un habitué du château pointe son CV qui se serait soudainement révélé problématique. Selon cette version, dans sa dernière vie chez Havas Paris, Mayada Boulos se serait occupée de bien trop près du délicat dossier Arabie Saoudite, et même du prince héritier Mohammed Ben Salmane (MBS), désormais accusé d’avoir commandité l’assassinat du journaliste Jamal Kashoggi en Turquie. Difficile dans ces conditions de prétendre s’installer dans le cœur battant de la République française.

En réalité, à Paris, trois agences se repartissent le budget com’ du royaume wahhabite : Publicis, via sa filiale Qorvis Communications, Image7, dirigée par Anne Méaux et, donc, Havas. Cette filiale de Vivendi s’occupe de la fondation Misk du prince MBS, mais aussi de la promotion du site archéologique Al-Ula, qui fait l’objet d’un partenariat franco-saoudien et grâce auquel le royaume espère attirer de nombreux touristes. Une opération dont Mayada Boulos est notamment chargée.

Organisation "foutraque"

Est-ce cette activité qui aux yeux de l’Elysée aurait constitué un handicap suffisant pour renoncer à son recrutement ? Contacté par Marianne, l’un des collègues de la jeune femme délivre une toute autre version : c’est la communicante qui a décliné l’offre. L’organisation qui lui était proposée était par trop « foutraque et dysfonctionnelle ». Emmanuel Macron n’aurait toujours pas véritablement tiré les leçons des « bugs » incessants mis en lumière par l’affaire Benalla, et envisagerait un nouvel organigramme, ambigu, comme il les affectionne. « Il n’a toujours pas compris qu’en séparant la tête et les jambes de sa com’, ça ne marche pas ! », déplore un observateur, aux premières loges du processus de recrutement. D’après nos sources, Mayada Boulos se serait retrouvée dans une situation très inconfortable, coincée entre la zone d’influence de Sibeth Ndiaye, ancienne conseillère presse devenue porte-parole du gouvernement et celle de Philippe Grangeon, le nouveau conseiller stratégie. En clair, sans véritablement beaucoup d’espace. « Or vous imaginez Pilhan ne pas avoir le droit de parler aux journalistes ! », décrypte un spécialiste de la communication, en référence à l’ancien stratège de François Mitterrand puis de Jacques Chirac.

Ce nouveau cafouillage marque l’énième épisode d’une impossible quête. Depuis trois mois, Paris bruisse des « castings » baroques organisés par le propriétaire de théâtres et ami des Macron Jean-Marc Dumontet, qui s’est piqué d’aider le président dans son recrutement. Des dizaines de profils ont été approchés. On sait que dans le lot Franck Louvrier, ex directeur de la communication de Nicolas Sarkozy, Clément Léonarduzzi, président exécutif de Publicis Consultants ainsi qu’un autre haut cadre d’Havas ont tour à tour décliné la mission. « En fait, vu la configuration du dispositif, ils auront les plus grosses difficultés à mettre la main sur un gros calibre car le poste offert est en réalité celui d’un attaché de presse senior, pas d’un dircom’ », assure une des personnes consultées.

Décidément piètre DRH, Emmanuel Macron a-t-il un plan B ? Un de ses interlocuteurs réguliers, visiblement déboussolé, soupire : « On ne sait même plus… »

 

Source : Marianne.net

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Encore un recrutement abandonné ! Macron ne trouve personne pour sa com' (Marianne)