1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Il y en a qui vont faire une drôle de tête, s'ils se retrouvent en face du créateur de l'ex DARD et si en plus ils se rappellent qu'ils ont payé leurs places...

Jeudi 1er juillet, Laurence Parisot a été réélue haut la main mais sans grand enthousiasme à la tête du Medef. La patronne des patrons seule en lice, a obtenu un score coréen avec près de 94 %. Elle pourra peut-être comprendre cette bizarrerie lors de la prochaine université d’été, intitulée « L’étrangeté du monde mode d’emploi. »

Parisot
(photo: World Economic Forum - Flickr - cc)

Ce n’était en fait qu’une élection sans enjeu, après que les rares candidats à la candidatures ont été contraint de jeter l’éponge. Ainsi Sophie de Menthon, présidente d’Ethic, s’est-elle vue refuser l’accès à l’élection par le Medef Paris qui ne lui reconnaissait pas sa qualité d’adhérente. Résultat sans surprise donc. Les 488 votants ayant pris part au vote électronique digne des plateaux de « Qui veut gagner des millions ? » ont donc choisi à 94 % l’ancienne boss de l’Ifop, qui n’a, au passage, plus de mandat de dirigeant depuis. Trente patrons se sont donc abstenus. Quant aux 45 autres qui ont choisi de ne pas voter du tout, leur choix n’est pas anodin. Les statuts du Medef indiquent en effet que pour que le vote soit valide, un quorum des 2/3 des votants est requis.

Cette « grève » du vote renseigne sur le malaise qui règne encore au sein de l’organisation patronale. Certains n’ont pas encore digéré sa gestion de l’affaire UIMM, ni les brouilles successives avec ses deux directeurs délégués. Même si Laurence Parisot a choisi l’apaisement en ne faisant pas
appel de sa condamnation aux Prud’hommes pour le licenciement « abusif » de Jacques Creysse l.

D’autres ont encore en travers l’appel aux dons ordinairement lancé à la veille de l’université d’été du Medef qui se tiendra comme c’est l’usage maintenant sur le campus HEC du 1er au 3 septembre prochain. Il y a d’abord l’intitulé « L’étrangeté du monde mode d’emploi. » Pour des entrepreneurs censés agir sur leur environnement, l’anticiper, tendre ainsi la sébile en rappelant que « Nous ne sommes plus face au monde que nous connaissions, il nous est moins familier, il nous apparaît soudainement inquiétant, étrange en tout cas. » Pas sûr qu’ils dégainent volontiers leur portefeuille dans ces conditions. Moins encore quand ils auront pris connaissance de l’avant programme qui liste Patrick Sebastien comme participant à la table ronde intitulée « Et nous, et nous, et nous », au côté de Luc Chatel, le ministre de l’éducation.  

Source : Marianne2.fr

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow L'étrange élection de Laurence Parisot