1 1 1 1 1 Rating 4.86 (7 Votes)

Vous pouvez retrouver ici le témoignage de Frédéric Pierucci, ex-cadre d'Alstom, otage économique des États-Unis, détenu en quartier de haute sécurité pendant presque 2 ans, dans le cadre de la vente d'Alstom.

GE 16 07 2019

Emmanuel Macron a accordé la Légion d'honneur à Corinne de Bilbao, directrice générale de General Electric France de 2016 à 2019. Une nomination qui n'est pas anodine quand on connaît les conditions de la vente d'Alstom à General Electric, qu'il a actée, alors qu'aujourd'hui le groupe américain supprime 1000 emplois sur son site de Belfort.

Alstom, General Electric, Emmanuel Macron. Voilà trois noms qu’il devient commun de voir associés dans une affaire dont l’issue paraît sans cesse repoussée : la vente de la branche Énergie d’Alstom à General Electric en 2014. Le dernier épisode en date remontait à l’annonce de la suppression d’un millier d’emplois par le groupe américain sur son site de Belfort (Bourgogne-Franche-Comté) le 28 mai dernier, suscitant la colère de ses salariés et de vives réactions politiques. Un plan social et une attitude gouvernementale vivement critiqués le jeudi 11 juillet en audition devant le Sénat par l’ancien ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, opposé à la vente en 2014 et qui qualifie volontiers ces suppressions d’emplois d'"humiliation nationale", arguant que "l’État aurait la possibilité" d’annuler la vente. Mais voici que la promotion de la Légion d’honneur de ce 14 juillet 2019 révèle une nomination fort peu anodine, tant elle interroge sur la volonté d’Emmanuel Macron de faire face aux suppressions d’emplois de General Electric en France…

Car, aux côtés de Jean-Paul Belmondo et Thomas Pesquet, figure une certaine Corinne de Bilbao : l’ancienne directrice générale de General Electric France, de mars 2016 à avril 2019, avant que son successeur Hugh Bailey ne prenne les commandes pour mieux mettre en œuvre la communication du plan de licenciement – une nomination également controversée puisque Hugh Bailey était conseiller pour les affaires industrielles d’Emmanuel Macron à Bercy quand ce dernier a acté la vente d’Alstom Énergie à General Electric, en 2014.

Quand GE promettait 1000 emplois

Si Corinne de Bilbao s'est entretemps recasée à la direction de Segula Technologie et de Vallourec – deux grands groupes industriels français moins exposés que General Electric –, la temporalité de sa nomination au grade de chevalier de la Légion d’honneur par Emmanuel Macron pose question, au moment où les salariés de Belfort luttent contre la suppression de 1000 emplois dans leur usine. Qui plus est, lorsque l’on se rappelle que General Electric avait formulé au gouvernement français, lors du rachat d’Alstom, la promesse contraire, à savoir… de créer 1000 emplois ! D’autant que les récents déboires de General Electric France ne s’arrêtent pas à ce plan social : dès le mois d’octobre 2017, le fossoyeur d’Alstom Énergie annonçait la suppression de 350 postes sur 800 sur son site de Grenoble, avant de mettre en place un plan de départs volontaires concernant 280 emplois dans sa division Énergie début 2019, en lieu et place d'"Alstom Power System".

S’il est vrai que les 1000 emplois supprimés à Belfort concernent l’entité de production des turbines à gaz vendue en 1999 à General Electric et non la branche Énergie cédée en 2014, ce plan social participe d’une restructuration globale du groupe au détriment des unités de production françaises. Comme le rappelle Frédéric Pierucci, ancien cadre d’Alstom et "otage économique" pendant plus de deux ans aux États-Unis, lorsque General Electric fit pression sur Patrick Kron, PDG d’Alstom, pour vendre sa branche Énergie. La vente de 2014 a permis à General Electric de se sauver : "Pour General Electric, le but était d’acheter la compétence d’Alstom dans ces domaines, anticipant la chute du marché des turbines à gaz. Sans cette acquisition d’Alstom Energie en 2014, la situation de General Electric serait encore bien plus grave car elle aurait subi, sans rééquilibrage possible sur d’autres activités - notamment le nucléaire - la profonde crise du gaz actuelle. C’était un enjeu de survie."

Dans cette opération désastreuse pour l’industrie énergétique française, Corinne de Bilbao, directrice générale de General Electric France de 2016 à 2019, a de facto occupé un poste stratégique. Une restructuration qui n’a pu voir le jour qu’à partir de 2019 étant donné que le site de Belfort était "sanctuarisé" jusqu’au 31 décembre 2018 grâce à l’accord négocié en 2014 par l’ancien ministre Arnaud Montebourg. Dès lors, les suppressions d’emplois sur le site de Belfort devenaient une menace. Menace face à laquelle l’impuissance de l’État français déconcerte. En apprenant que General Electric ne respecterait pas sa promesse de créations, le gouvernement n’a pu infliger qu'une amende de 50 millions d’euros au groupe américain. "J’aurais dû mettre une clause de retour en l’état antérieur si les accords n’avaient pas été respectés, j’ai un regret : c’est de ne pas avoir été plus dur", confessait d'ailleurs Arnaud Montebourg le 11 juillet, admettant que ces 50 millions d’euros sont bien dérisoires au regard des douze milliards d’euros du prix de la vente d’Alstom.

« Le légionnaire doit contribuer au "bien public par la création d’emplois… »

Entre l’urgence sociale et l’urgence stratégique pour les centrales nucléaires françaises, le secteur des turbines vapeur (les fameuses turbines "Arabelle"), le site de General Electric de Belfort est donc hautement décisif mais reste entièrement à la merci de la direction de General Electric France, dont Corinne de Bilbao a été la dirigeante jusqu’au mois d’avril dernier. Laquelle ne semblait donc pas partir avec le meilleur palmarès pour correspondre aux critères de nomination de la Légion d’honneur. Selon le premier article du code de la Légion d’honneur, la plus honorifique des distinctions françaises est "la récompense de mérites éminents acquis au service de la nation soit à titre civil, soit sous les armes". Le communiqué de presse de l’Élysée portant sur les promotions de ce 14 juillet nous rappelle même que "les légionnaires œuvrent au bénéfice de la société et non dans leur intérêt exclusif", et qu’"ils contribuent au bien public par la création d’emplois (sic), le développement de l’enseignement, le soutien aux déshérités".

Le Journal officiel de la République française nous apprend quant à lui que Corinne de Bilbao est nommée chevalier de la Légion d’honneur en sa qualité d'"ancienne présidente et directrice générale d’un groupe industriel, directrice générale d’un groupe spécialisé dans l’ingénierie", et rend hommage à ses "30 ans de services". Une étrange qualification pour une personne n’ayant jamais exercé dans un groupe français (hormis un passage de deux ans chez Areva entre 2008 et 2010). En novembre 2017, Emmanuel Macron se prononçait d’ailleurs pour une revalorisation de la Légion d’honneur en rappelant que cette distinction n’est pas "un témoin d’usure, mais une marque d’engagement", et que "le mérite doit être désormais le seul et unique critère retenu". Les futurs ex-employés de General Electric à Belfort apprécieront certainement celui retenu ici…

 

Source : Marianne.net

 

Informations complémentaires :

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Macron donne la Légion d'honneur à l'ex-directrice de GE France... qui supprime 1000 emplois à Belfort (Marianne)