5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (6 Votes)

Pathétique, le gouvernement sait la puissance des images sur internet, mais il ne sort pas grandit d'une telle opération qui était bon enfant. C'est ce que je disais en Une avec Enedis, on vous laisse vous exprimer, mais dès que ça devient sérieux, comme pour l'Europe, avec par exemple le Brexit, la dictature montre son vrai visage...

Homard Rugy 17 09 2019

C’est un événement à peine croyable qui a eu lieu aujourd’hui à Nantes. Une information à la fois drôle, pathétique, et effrayante. Mais bien réelle. Un énorme piège organisé par la police pour voler un homard en papier.
 
Pour la grande manifestation de ce samedi 14 septembre à Nantes, les organisateurs annonçaient un défilé festif, dynamique, et populaire, dans un esprit de convergence des luttes. Tout l’inverse du discours anxiogène des autorités. Ainsi, pendant plusieurs semaines, un « homard » en papier mâché, à la façon des chars de carnaval, était préparé patiemment. La figure en carton de deux mètres d’envergure devait s’installer en tête du défilé, comme un pied de nez à François de Rugy et aux puissants.
 
Ce midi, alors que le « homard » en papier était transporté en direction de la manifestation, un véritable guet-apens policier a eu lieu. Pas moins de 15 agents de la BAC, cagoulés et très énervés ont encerclé le camion et ses occupants. Et en renfort, une compagnie de policiers en tenue anti-émeute. Une véritable armée pour capturer un homard.
 
Après avoir détruit la sculpture en papier, les agents ont fouillé, molesté et arrêté les personnes présentes. Clefs de bras, brimades, et menaces du genre : « On va te faire fermer ta gueule. » 3 personnes ont été enlevées , sans motif, et emmenées en cellule. Le véhicule a été saisi, en dehors de toute procédure, par les autorités. Des juristes, peuvent-ils dire sur quelles bases juridiques peut-on saisir un véhicule et enfermer 3 personnes pour une grosse tête de carnaval en papier mâché ?
 
Le ridicule d’une telle opération signifie deux choses :
 
Les autorités ont considéré comme un enjeu prioritaire de voler un char de carnaval qui devait décorer une manifestation. Trente policiers prêts à l’attaque, qui cernaient les lieux, des camions cellulaires et des arrestations uniquement pour saboter une création.
 
Cette opération est le fruit d’un travail d’infiltration. Ce « homard » devait être une surprise. Il y a donc eu un travail de renseignement, probablement à l’aide de policiers infiltrés ou de balances dans l’organisation de la manifestation, chargés de déterminer où et quand cette sculpture devait être transportée.
 
Nous avons ce soir une pensée émue pour cette foule de policiers, d’infiltrés, d’enquêteurs et d’agents de la BAC, grassement payés par l’argent public, pour tendre un guet-apens à un homard.
 
Un régime qui met de tels moyens pour saboter une création festive est un régime qui touche à sa fin.
 
48h DE CELLULE ET UN PROCÈS POUR UN HOMARD ?
 
[...] Mais ce n'est pas fini. Hier, les gardes à vue des trois personnes arrêtées ont été « prolongées » sur ordre du parquet ! 48h enfermées en cellule pour un homard en papier. Pire : hier après-midi, les autorités faisaient savoir qu'elles voulaient les poursuivre pour « association de malfaiteurs » ! Vous avez bien lu : une qualification réservée au grand banditisme. Deux personnes trouvées plus tôt dans la matinée avec des parapluies seraient aussi concernées par ces poursuites délirantes.
 
3 personnes risquent donc de passer en procès aujourd'hui pour avoir transporté un homard en papier mâché après avoir passé deux jours enfermées. D'autres risqueraient le même sort pour des parapluies.
 
La police et la justice nantaises nagent en plein délire. C'est normal, puisque personne ne réagit, et que la presse ne parle même pas de ce scandale absolument gravissime. Alors faites le savoir autour de vous ! Réagissons.
 
 
Source(s) : Nantes révoltée / Facebook via Fawkes
 
Information complémentaire :
 
 
 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Nantes : guet-apens policier, 48h de cellule et un procès... Pour un homard en papier ! (Fawkes)