1 1 1 1 1 Rating 5.00 (6 Votes)

Je vous jure, des fois quand je regarde mon pays, je me dis pauvre France... La contagion en milieu hospitalier malgré leurs combinaisons de cosmonaute est avérée, on parle de 15 cas je crois parmi le personnel médical chinois.

Alors, je ne sais pas s’il faut en rire ou en pleurer, en tout cas pas de screening thermique à l'arrivée en France. Bah vi, c'est déjà fait en Chine, alors pourquoi le faire en France, et là je me dis, caramba encore une histoire d'argent... (Je ne vois pas d'autres explications).

Ce n’est pourtant pas compliqué de mettre un scanner thermique sur un hall d'accès, ça doit coûter quoi ? 500/1000 € ??? Face à une menace bactériologique dont on ignore à peu près tout, je ne pense pas que l'on puisse se passer de ce type de précaution, même si son efficacité est relative, elle est réelle.

Et c'est là qu'on se dit que ça sera encore mieux et encore plus fluide quand notre 1re frontière nationale, à savoir ... ADP... sera privatisée.

Miracle du libéralisme, ils n'allaient quand même pas bloquer 450.000.000 de consommateurs chinois en Chine, bah nan... nan... en 2020, ce n'est même pas envisageable... lol.

Donc, excusez-moi de mon optimisme légendaire (mais c'est aussi ce qui me caractérise). Aussi je pense que d'ici une semaine on va se manger une pandémie, ça va être drôle (surtout avec nos hôpitaux tendus comme des élastiques) et même les structures d'isolements que j'ai vu à la télé, les infirmiers sont protégés avec une charlotte, lol, une charlotte et un masque... Pour se protéger d'un coronavirus inconnu... (là où les Chinois sont en combinaison NBC et ont quand même des contagions inter humaines...)

Excessif Folamour ? J'en sais rien, l'avenir nous le dira...

Mais en attendant, n'oubliez pas de vous laver les mains souvent, c'est bête, mais ça fonctionne contre la propagation des virus...

Amitiés,

f.

Buzyn Business 22 01 2020
La ministre de la Santé Agnès Buzyn, lors de son arrivée à Matignon le 19 décembre 2019. (MARTIN BUREAU / AFP)

La Chine recense désormais 300 cas confirmés de contamination au nouveau coronavirus apparu fin décembre sur un marché de Wuhan. Six personnes en sont décédées en Chine et plusieurs cas ont été confirmés à l'étranger dont un aux Etats-Unis. La Direction générale de la santé tenait, mardi 21 janvier, au soir une conférence de presse pour faire le point sur la situation en France. Voici ce qu'il faut en retenir.

Un risque d'arrivée en France "faible" mais pas "exclu"

"Le risque d'introduction en France est faible mais ne peut pas être exclu, d'autant qu'il y a des lignes aériennes directes" avec Wuhan, la ville chinoise épicentre de cette épidémie, a expliqué la ministre de la Santé. "Notre système de santé est bien préparé, les établissements de santé ont été informés et des recommandations de prise en charge ont été délivrées", a-t-elle souligné au cours d'un point presse au ministère. 

Des messages de précaution sont diffusés dans les vols directs en direction et en provenance de Wuhan et des affiches rappelant la conduite à tenir en cas de symptômes sont affichées dans les aéroports internationaux, a indiqué Agnès Buzyn.

Pas de contrôle systématique aux frontières

La France n'a, en revanche, pas mis en place de contrôle systématique de la température des voyageurs en provenance de Chine, contrairement à d'autres pays comme la Russie et la Thaïlande, car cette mesure n'est "pas recommandée par l'Organisation mondiale de la Santé", est "complexe à mettre en place" et "pas très efficace", a expliqué le directeur général de la Santé Jérôme Salomon. "Par ailleurs, les passagers au départ de Wuhan font déjà l'objet d'une détection", a-t-il rappelé.

L'OMS se réunira mercredi pour déterminer s'il convient de décréter une "urgence de santé publique de portée internationale". La Chine a recensé près de 300 cas de cette maladie respiratoire sur son territoire et six morts au total à Wuhan, l'épicentre de l'épidémie qui a contaminé plusieurs autres personnes au Japon, en Corée du Sud, en Thaïlande et à Taïwan.

Un cas suspect en France "totalement exclu"

Un citoyen français a présenté des symptômes respiratoires quelques jours après un séjour à Wuhan. Il a été pris en charge en isolement dans un établissement de référence. "Il va bien, est rentré chez lui, tous les examens virologiques (réalisés au Centre national de référence de l'institut Pasteur) sont négatifs", a expliqué Jérôme Salomon. 

En cas de doute, les personnes sont invitées à "rester à la maison" pour éviter les contacts et à appeler le 15, a ajouté Jérôme Salomon, soulignant aussi l'efficacité des "mesures barrières" (lavage de mains, etc.) pour éviter des contaminations. 

Zhong Nanshan, un scientifique chinois de la Commission nationale de la santé, a déclaré lundi soir que la transmission par contagion entre personnes était "avérée". C'était la première fois qu'une telle affirmation était faite publiquement.

 

Source : Francetvinfo.fr

 

Informations complémentaires :

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Coronavirus : ce qu'il faut retenir de la conférence de presse au ministère de la Santé (Francetvinfo)