1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Creuse

La colère gronde en Creuse pour le Centre de radiothérapie. Près de 500 élus de 260 communes, de droite comme de gauche, ont fait entendre le son de leurs voix.

C'est à l'unanimité, hier matin, que les maires et adjoints de la Creuse ont voté un plan d'actions de rupture avec l'État, de mobilisation de leurs administrés et de médiatisation hors Creuse pour exiger la réouverture du service de radiothérapie.

La grande salle de la mairie de Guéret avait, hier matin, des airs de Jeu de paume (1) tant l'atmosphère était « révolutionnaire ». 400 à 500 maires et adjoints étaient présents lors de cette assemblée générale extraordinaire de l'ADM (2).

De tout le département, de droite comme de gauche, ils ont réclamé la même chose : la réouverture du service de radiothérapie de l'hôpital de Guéret.

Sur ce seul ordre du jour, le bureau va avoir trois expressions, parcourant tout le champ politique : le président, Michel Vergnier (PS), les vice-présidents Pierre Brignolas (UMP) et Claude Guerrier (PCF). Un bureau qui va présenter un plan d'actions avant de laisser la salle s'exprimer - et elle le fit avec énergie - et de voter un programme jamais vu en Creuse. Et peut-être ailleurs.

Dès lundi, les avocats de Michel Vergnier - agissant aussi pour l'ADM - déposeront un recours auprès de Conseil d'État pour faire casser la décision du président du tribunal administratif de Limoges qui, le 29 juin, a rejeté le référé en suspension de fermeture. Les avocats veulent arguer que le juge a rendu une décision sur le fond et non sur l'urgence. Voté à l'unanimité.

L'objectif est d'inscrire la Creuse dans un mouvement national des élus (à distinguer de l'action que les collectifs de services publics pourraient engager) sans perdre de vue que l'objectif reste creuso-creusois : la réouverture de la radiothérapie. Voté à l'unanimité.

Équipée, prochainement, d'un numéro vert, cette cellule enregistrera les plaintes de tous les patients qui n'auront pas bénéficié dans un délai convenable - et indispensable à leur guérison - d'un traitement de radiothérapie.

Rappelons que l'idéal est de fournir, au moins trois semaines après la découverte d'un cancer, les rayons nécessaires.

Le plan d’actions : rupture, mobilisation, médiatisation… démission :

1. Recours au Conseil d’État.

Dès lundi, les avocats de Michel Vergnier – agissant aussi pour l’ADM – déposeront un recours auprès du Conseil d’Etat pour faire casser la décision du président du tribunal administratif de Limoges qui, le 29 juin, a rejeté le référé en suspension de fermeture. Les avocats veulent arguer que le juge a rendu une décision sur le fond et non sur l’urgence. Voté à l’unanimité.

2. Prise de contact avec les élus de la Coordination des hôpitaux de proximité.

L’objectif est d’inscrire la Creuse dans un mouvement national des élus (à distinguer de l’action que les collectifs de services publics pourraient engager) sans perdre de vue que l’objectif reste creuso-creusois : la réouverture de la radiothérapie. Voté à l’unanimité.

3. Création d’une cellule de veille pour les patients. 

Équipée, prochainement, d’un numéro vert, cette Cellule enregistrera les plaintes de tous les patients qui n’auront pas bénéficié dans un délai convenable – et indispensable à leur guérison – d’un traitement de radiothérapie.

Rappelons que l’idéal est de fournir, au moins trois semaines après la découverte d’un cancer, les rayons nécessaires.

La Cellule, composée de quatre maires, dont le président de l’ADM, Michel Vergnier ; du Dr Loufti et de René Jeansannetas, de la Ligue contre le cancer de la Creuse, et auquel devraient être invités à se joindre les Dr. Slaouti (CMN de Sainte-Feyre) et Capella (CH de Guéret) accompagnera ensuite les malades qui le souhaitent pour déposer une plainte auprès de la Cour de justice de la République (apte à juger les ministres) pour mise en danger de la vie d’autrui contre Roselyne Bachelot. Voté à l’unanimité.

4. Mobilisation des Creusois. 

L’ADM va faire imprimer 100.000 cartes qui seront envoyées dans chaque chef-lieu de canton, charge à tous les maires et leurs conseils municipaux de les faires remplir dans leur commune « jusque dans le plus petit hameau ».

L’objectif est d’au moins rassembler 50.000 signatures de Creusois avant le mois de septembre afin de les amener au ministère de la Santé. Il a aussi été décidé de créer un site Internet afin d’informer le plus largement possible sur le sujet de la radiothérapie, de sa fermeture et de l’action des maires, et d’inscrire l’adresse du site sur ces cartes. Voté à l’unanimité

5. Rupture avec l’État.

Les maires ont voté, après un débat qui a clairement mis à jour les risques que cela représente pour eux, la rupture avec l’État. Concrètement, ils ne siégeront plus – ni individuellement ni collectivement – dans aucune des réunions ou commissions appelées par le préfet, ils n’inviteront plus le préfet aux leurs, ne renverront plus des documents tels que les sondages ou enquêtes de l’État et n’expédieront plus leurs délibérations au contrôle de légalité en préfecture. « Attention, nous votons cela contre la préfecture, pas contre le préfet en tant qu’homme, pas contre Hugues Moutouh ». Mesure applicable jusqu’à ce que le service de radiothérapie rouvre. Voté à l’unanimité.

6. Banderoles. 

Sur proposition de la salle, toutes les communes de la Creuse afficheront à l’entrée de leur bourg une banderole sur laquelle sera imprimée : « Pour la réouverture du service de radiothérapie de la Creuse ». Voté à l’unanimité moins 6 voix (la banderole est à la charge de la commune).

7. Démission collective.

Après plusieurs demandes de la salle, un ultimatum est lancé à l’État : si le service n’est pas rouvert en septembre, dans la deuxième quinzaine de ce mois, les maires tiendront une autre assemblée générale extraordinaire et mettront au vote une démission collective de tous leurs conseils municipaux. Voté à l’unanimité.

Éric Donzé

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

(1) C'est dans la salle du jeu de paume que se retrouvèrent les délégués des États généraux, le 20 juin 1789 pour prêter serment qu'ils ne se sépareraient pas avant d'avoir doté la France d'une constitution. 

(2) Association des maires et adjoints des élus des 260 communes creusoises.


Source:
Le Populaire.fr

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Radiothérapie. Les maires de la Creuse ont voté des actions rompant avec l'État