1 1 1 1 1 Rating 5.00 (6 Votes)

La voilà la triste réalité, heureusement tout le monde n'est pas comme ça, mais beaucoup de Français le sont, égoïstes, irresponsables, et pire que tout, cons comme leurs pieds... Je vous jure, des fois c'est à désespérer de l'Humanité. Et au milieu de tout cela, au fruit du hasard, il y a des gens extraordinaires, comme ces infirmier(e)s et des gens 'ordinaires' tout à fait bien aussi... Je me dois de le souligner.

Update 06.04.2020 : Coronavirus : 5000 personnes ont mis à disposition leur logement pour les soignants sur la plateforme Appart Solidaire, annonce Julien Denormandie (Franceinfo)

Infirmiere Expulsee 03 04 2020
Une infirmière en service de réanimation (photo d'illustration). (ALEXANDRE MARCHI / MAXPPP)

Les propriétaires de Mélina, un couple de 75 et 80 ans, n'ont pas supporté qu'une partie de la famille de l'infirmière vienne la rejoindre pendant le confinement. 

C’est un témoignage fort qu’a pu recueillir France Bleu Hérault : celui de Mélina, infirmière à Montpellier, obligée de quitter le domicile de Montarnaud qu’elle louait à cause de ses propriétaires.

"C’est honteux, c’est lamentable", lâche cette infirmière anesthésiste au service réanimation du CHU de Montpellier, contrainte de quitter son logement avec ses deux filles, son compagnon et sa mère âgée. La raison : les propriétaires, qui vivent au premier étage, ne veulent pas prendre le risque d'être contaminés. Et ce couple de 75 et 80 ans qui ont tout fait pour que Mélina craque : coupure d'électricité, de chauffage et d'eau chaude notamment.

"On s'en fout que vous mouriez du virus"

"Je me suis retrouvée à devoir quitter mon logement parce que mes propriétaires n'étaient pas d'accord que ma mère et ma fille viennent y vivre pour le confinement, explique Mélina. Après, c'est parti en insultes. Ils disaient qu'on ramenait le virus."

Des mots très durs, se plaint l'infirmière aujourd'hui : "La femme du couple de propriétaires m’a dit : ‘On s'en fout que vous mouriez du virus, du moment que vous ne mourez pas chez nous. Vous n'êtes pas de ma famille. Que vous l'attrapiez et que vous vous le transmettiez entre vous, ce n'est pas mon problème.’ Il y a ensuite eu les coupures d’eau et d’électricité." 

« C’est parti crescendo, jusqu’à ce qu’on prenne la décision, mon conjoint et moi, de partir. On a abdiqué. On n’en pouvait plus. »

Mélina, infirmière au CHU de Montpellier à France Bleu Hérault

L’infirmière, qui devait dans le même temps "enchaîner des nuits interminables" au cours d’une semaine "hyper longue" où elle aura effectué "pas loin de 70 heures", finit donc par déménager.

Mais ça ne s’arrête pas là : les propriétaires ont promis d'envoyer la facture de la désinfection de l'appartement après le départ de Mélina et sa famille. "On n’est pas des blattes, ni des pestiférés, souffle l’infirmière héraultaise. Franchement, je vis un enfer !"

Un Airbnb pour travailler sereinement

Aujourd'hui, la mère de Mélina est en Ehpad, le reste de la famille vit dans le studio de sa grande fille âgée de 20 ans à Montpellier. La soignante elle, loge dans un Airbnb. Un appartement qui lui permet de continuer à travailler sereinement, sans risquer de contaminer sa famille.

"On a fait face à de l'égoïsme, souffle avec recul Mélina. Pour moi, c’est de la peur que j'entends de la part de mes propriétaires. Mais ce n'est pas une raison d'agir comme ça." 

« Je retiens toutefois qu'il y a quand même beaucoup plus de solidarité que de personnes malveillantes, malheureusement, on est tombés sur le mauvais cas. »

Mélina, infirmière au CHU de Montpellierà France Bleu Hérault

Face aux nombreux exemples de soignants "stigmatisés" en pleine épidémie du coronavirus qui se multiplient, Mélina se dit consternée. "J’ai plein de collègues à qui il arrive pas mal de mésaventures et je trouve ça déplorable. La nuit dernière, j'ai encore un collègue qui s'est fait casser sa voiture. Si on était vraiment en guerre, mais vraiment totale, ce serait le chaos. Parce qu'au lieu de justement tous s'unir et d'être soudés, certaines personnes s’avèrent malsaines. Malheureusement."

Une enquête ouverte

Le procureur de la République de Montpellier a ouvert une enquête préliminaire après le témoignage et la plainte de Mélina auprès des gendarmes de Castelnau-le-Lez. II s'agit d'établir si les conditions dans lesquelles Mélina est partie de son logement à Montarnaud constituent un délit pénal.

Interrogé par France Bleu Hérault, le maire de Montarnaud, Gérard Cabello, qui a découvert cette histoire dans la presse, s’est lui dit "catastrophé, consterné. C'est d'autant plus terrible qu'il s'agit d'une infirmière qui se bat tous les jours auprès des malades du coronavirus, à qui nous devons tout notre soutien".

Source : Francetvinfo.fr

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow C’est honteux, c’est lamentable : le désarroi de Mélina, infirmière à Montpellier, expulsée de son domicile à cause de ses propriétaires (Franceinfo)