1 1 1 1 1 Rating 5.00 (5 Votes)

La Poste, une banque 'citoyenne'.......... hahahahaha, comme ça vous saurez pourquoi le courrier n'est distribué que 3 jours sur 6, moi ça ne me gêne pas tant que ça (ça fait moins de factures), mais il est bon de comprendre pourquoi...  ; )))))))))

La Poste 08 04 2020

Par Robin Andraca  

La section SUD de la fédération des activités postales et de télécommunications accuse la Poste d'avoir dissimulé plus de 24 millions de masques depuis le début de la pandémie. La société se défend de toute rétention.

Question posée par Kevin le 07/04/2020

Bonjour,

Vous faites référence à un communiqué de presse de la fédération SUD des activités postales et de télécommunications, publié lundi.

Intitulé «Hallucinant, la Poste cache des millions de masques», le communiqué, repris notamment par le député insoumis Alexis Corbière, écrit que la Poste dispose de 24 millions de masques qui n’ont été fournis ni aux postiers ni au personnel hospitalier qui en manquent toujours.

Dans ce même communiqué, la fédération accuse Valérie Decaux (DRH du groupe la Poste) d’avoir tenu les propos suivants lors d’une réunion téléphonique lundi avec l’ensemble des groupes syndicaux : «Nous n’avons pas intérêt à ce que cela se sache car si nous sortons le chiffre, nous risquons de nous faire réquisitionner.»

Comment la fédération SUD a-t-elle obtenu ce chiffre de 24 millions de masques ? Grâce à une procédure judiciaire.

La fédération SUD PTT a assigné la semaine dernière en référé la direction de la Poste. «On a attaqué la Poste au tribunal de grande instance après la mise en danger, de notre point de vue, des postiers et postières depuis le début du confinement», résume Yann Le Merrer, membre du bureau fédéral SUD PTT, contacté par CheckNews.

C’est dans le cadre de cette procédure que le groupe syndical a eu accès à un document interne, que nous avons pu consulter, dans lequel la direction de la Poste affirmait, au 27 janvier, disposer de 486.000 lots de 50 masques (soit 24,3 millions d’unités), et précisait à propos de ceux-ci : «Ils sont vraisemblablement encore utilisables : il n’y a pas de péremption mais la qualité de l’élastique doit être vérifiée.»

«Droit de retrait»

C’est cette information, couplée aux mails reçus de la part de centaines de postiers dénonçant leurs conditions de travail depuis le début de l’épidémie, qui a poussé SUD à publier ce communiqué de presse. «Au moins 200 établissements nous ont écrit pour nous dire qu’elles utilisaient leur droit de retrait au début du confinement, mi-mars. On estime que cela correspondant à environ 10.000 postiers», explique Yann Le Merrer.

Qui ajoute : «Pourquoi la Poste a mis en place le service de trois jours ? Parce que les postiers ne veulent plus travailler. Ils l’ont mis en place sous pression.» Depuis le 30 mars, en effet, les facteurs et les personnels des centres de tri travaillent trois jours par semaine au lieu de six : le mercredi, le jeudi et le vendredi.

Voilà plusieurs jours qu’une vive tension sociale agite la société. Dans un courrier, que CheckNews a pu consulter, adressé au ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, ainsi qu’au PDG de la Poste, Philippe Wahl (avec en copie Emmanuel Macron et Edouard Philippe), l’ensemble des organisations syndicales alertaient dès le 20 mars sur la situation sanitaire et sociale au sein du groupe. En ces termes : «L’usage massif du droit de retrait, sur l’ensemble du territoire, par les postières et les postiers, témoigne d’une grande inquiétude des agents […] Par exemple, dans bien des établissements de la maison mère et des filiales, les moyens élémentaires pour faire face à l’épidémie et limiter sa propagation font défaut : gel hydroalcoolique, dispositif de séchage papier à usage unique, matériel de désinfection, masques…

Stock constitué en 2009

Que répond la société aux accusations qui émergent du communiqué de presse publié par SUD, publié lundi ? Contactée par CheckNews, elle ne conteste pas le chiffre de 24 millions (sans le confirmer) et affirme qu’elle «a constitué des stocks de masques à l’occasion de la crise sanitaire H1N1 en 2009 dans le cadre de sa politique de prévention sanitaire, pour répondre à une crise sanitaire d’environ deux mois. Il a été vérifié au cours du début de l’année 2020 que la plupart de ces masques pouvaient encore être utilisés».

 

En revanche, la Poste conteste l’affirmation du communiqué selon laquelle ce stock n’aurait pas été employé au profit des agents : «La moitié de ces masques a été acheminée en territoires dans les établissements dès le début du mois de mars pour les besoins des postières et des postiers et une grande partie est déjà utilisée.»

La société affirme également avoir fait des dons de masques depuis le début du confinement. Dans le détail, «1 million de masques chirurgicaux à l’AP-HP, 300.000 au ministère de l’Intérieur, de 500.000 à la RATP, 510.000 à Intermarché pour ses salariés».

Des chiffres qui laissent dubitatifs Yann Le Merrer, membre du bureau fédéral SUD PTT : «On a zéro chiffre sur rien, donc c’est difficile de vérifier. Lors de la réunion d’hier, la direction s’est engagée solennellement à ce que tous les masques soient arrivés aujourd’hui dans toutes les Postes. Nous ferons un point demain.» De son côté, Force ouvrière, également contacté par CheckNews, assure vouloir se concentrer uniquement, pour l’heure, sur le bien-être des salariés : «Il y a des masques, très bien. Il faut maintenant que tous ces masques soient distribués aux postiers le plus rapidement possible. La Poste nous a confirmé que ce sera fait rapidement.»

 

Réquisition

Dernier point : dans son communiqué, Sud insiste sur une phrase prononcée par la DRH du groupe La Poste, Valérie Décaux : «Nous n’avons pas intérêt à ce que cela se cache car si nous sortons le chiffre, nous risquons de nous faire réquisitionner.» Laissant penser que non seulement la Poste ne distribue pas ses masques, mais souhaite en plus dissimuler ses stocks pour ne pas être réquisitionnés.

CheckNews a pu se faire confirmer par un autre participant à cette réunion que la phrase a bien été prononcée. Elle n'a pourtant guère de sens. Car rien ne permettrait pour l’heure, dans le droit français, à l’Etat de réquisitionner les masques de La Poste.

Comme l’a en effet déjà expliqué CheckNews, le Premier ministre a signé, le 13 mars, un décret qui permet la réquisition par l’Etat des «stocks de masques de type FFP2 […] détenus par toute personne morale de droit public ou de droit privé». Les stocks de masques chirurgicaux sont également réquisitionnés, mais seules «les entreprises qui en assurent la fabrication ou la distribution» sont concernées.

 

Or, La Poste affirme ne détenir que des masques chirurgicaux simples en stock. Ce qui rend leur réquisition impossible.

Cordialement

Robin Andraca

 

Source : Liberation.fr

 

 

 

 

 

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow La Poste a-t-elle caché 24 millions de masques depuis le début de l'épidémie ? (Liberation.fr)