1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

C'est au tour de Laurent Wauquiez de se faire épingler par la presse. Ces charmants hommes politques, pour parer à la loi de financement des partis, n'ont rien trouvé de mieux que de créer des micros-partis pour appeler les fonds. C'est sans compter sur la vigilance de la presse.

PhpThumb Generated Thumbnailjpg

La presse française a épinglé vendredi le comportement d’un nouveau ministre, le secrétaire d’Etat à l’Emploi Laurent Wauquiez qui a sollicité des dons d’hommes d’affaires à Londres pour financer ses activités politiques à l’occasion d’un déplacement ministériel fin juin.

Le Point et Libération affirment que M. Wauquiez a profité d’un déplacement à Londres le 28 juin, dans le cadre de ses fonctions, pour rencontrer des banquiers d’affaires et des gérants de fonds spéculatifs afin de solliciter des dons pour un « micro-parti », Nouvel Oxygène, qu’il a créé en 2008.

Ceci alors que le gouvernement était déjà empêtré dans le scandale-politico fiscal autour de la femme la plus riche de France, Liliane Bettencourt, avec des accusations de conflit d’intérêt contre le ministre du Travail Eric Woerth.

Selon l’hebdomadaire et le quotidien, M. Wauquiez a rencontré ces hommes d’affaires lors d’un dîner-débat dans un club de Mayfair, un quartier très huppé de Londres.

Le secrétaire d’Etat a reconnu auprès de Libération avoir collecté des fonds à cette occasion. « Franchement ce n’était pas des grosses sommes », a-t-il dit sans préciser le montant des dons « parce que les donateurs ne souhaitent pas que ce soit public ». Interrogé par Libération sur un éventuel conflit d’intérêts avec sa fonction ministérielle, M. Wauquiez a répondu : « Il n’y a pas de sujet. Les gérants de fonds n’ont rien à voir avec ce dont je m’occupe dans mon ministère ».

Il assure par ailleurs qu’il n’a pas imputé de coût de cette initiative personnelle au budget du ministère. « La première partie de la visite étant officielle, le billet aller a été financé sur fonds publics. Mais j’ai payé ma nuit d’hôtel moi-même ainsi que le billet de retour », a-t-il précisé.

De plus en plus de personnalités, dont au moins sept ministres ont créé ces dernières années des micro-partis. Ceci est de fait un moyen pour les grandes formations politiques de détourner la loi qui limite à 7.500 euros par an et par parti les dons des personnes privées.


Source :
Lesoir.be

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow France : un nouveau ministre épinglé par la presse