1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Les précisions commencent à converger dans le Karachi Gate. Le juge devrait demander des informations à Bakchich sur Bacchus et Verbatim, au moins il aurait les pistes qu’a le petit public de crash :). On peut constater la maestria de notre président qui ne peut adopter que deux positions, et a vraissemblablement choisit son camp. Sachant qu’il a une formation d’avocat à la base (oui ça aide), je suis sûr qu’il calcule toutes les nuits l’impact en plein début de campagne pour 2012 d’éventuelles traces. Qu’il ait servi de couverture ou ait bénéficié lui-même de ces rétros commissions, cela risque fort de lui poser des soucis majeurs. Ceci même alors qu’il préside le G20 et G8, et qu’il clame mondialement l’arrêt de la corruption lors de son discours au sein de l’Onu, il fait donc freiner des 4 fers la justice, tout en prommetant transparence et clarté... Décidément l’histoire nous dira ce que l’on retiendra de lui surtout à l’étranger. De plus comme je le disais, défier les journalistes ou les traders est un mauvais calcul… Il ne semble pas connaître et appliquer un des adages de Jules César : « tiens tes amis près de toi et tes ennemis encore plus près ». C’est peut-être ce qui le perdra…

Sarkozy Balladur Karachi Motus

Dominique de Villepin est sorti du Pôle financier du tribunal de Paris. L'ancien secrétaire général de l'Elysée été entendu comme témoin par le juge Renaud Van Ruymbeke, dans le cadre de l’enquête sur l’affaire de Karachi. Son audition devait durer tout l'après-midi.

A l'issue de 5 h d'audition, Dominique de Villepina assuré qu'il n'y avait "aucun lien" entre l'arrêt des commissions sur des contrats d'armements en 1995 et l'attentat de Karachien 2002.

Dominique de Villepin a confirmé devant le juge que, selon lui et selon une enquête menée par les services secrets en 1995, l'argent versé pour des commissions légales avait été en partie détourné pour revenir en France sous forme de "rétrocommissions" frauduleuses, a déclaré son avocat Oliver Metzner.

Le juge a demandé à l'ancien Premier ministre s'il pouvait fournir des noms : "Il est resté silencieux dix minutes montre en main", toujours selon l'avocat des familles de victimes de l'attentat, qui a assisté à l'audition.

Regardez les images de la déclaration de Dominique de Villepin à la sortie du Pôle financier.

(Source : i>télé ; merci à Fred-Lille pour la vidéo)

Et voici la déclaration d'Olivier Morice, avocat des familles de victimes.

(Source : BFM-TV ; merci à Fred-Lille pour la vidéo)

"J'ai souhaité apporter mon témoignage au juge van Ruymbeke, comme je le ferai dans les prochains jours auprès du juge Marc Trévidic. J'ai indiqué au juge qu'il ne peut y avoir à mon sens aucun lien entre l'attentat de Karachiet l'arrêt du versement des commissions. Je cherche à ce que toute la lumière soit faite", a expliqué Dominique de Villepin.

Dans cette affaire, le juge Van Ruymbeke souhaite connaître les conditions et les raisons qui ont poussé les plus hautes autorités de l’Etat français à mettre fin au versement des commissions.

Le versement de ces commissions étant prévu dans le cadre de la vente de sous-marins Agosta au Pakistan.

Vendredi soir, Dominique de Villepin avait indiqué avoir de "très forts soupçons" de corruption dans cette affaire.

 

Sources : Le Post, BFM-TV, i>télé

Informations complémentaires :

Libération : Karachi: le document qui contredit Sarkozy
Le Monde.Fr : Karachi : des documents contredisent Nicolas Sarkozy
Le Monde.Fr : Karachi : En 1995, Sarkozy, influent porte-parole de Balladur

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Karachi : Villepin confirme les rétrocommissions devant le juge