1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Aujourd’hui, pour essayer de combattre la tendance actuelle et augmenter le nombre de visiteurs par jour, j’ai décidé  d’éviter à 75 % d’entre vous de fuir dès la première page et d’être consensuel… ; )

Aussi je vous joins l’analyse de l’année 2010 et les perspectives de Reuters pour 2011.

Cependant fidèle à ma volonté d'informer : ), j'ajoute une vidéo sur un système financier à sombre consonance car méconnu, qui n’a pas encore été perverti par l’avarice. Il pourrait servir d’inspiration pour une alternative possible sans heurts, tout en faisant le bonheur de tout un chacun, et en gardant en vue les notions de notre héritage commun qui pourtant semble remonter à Abraham.  Il est fort possible que je me trompe, mais c’est depuis le départ, je pense, une des motivations profondes de la conspiration des attentats du 9/11.

Bonne lecture et visionnage.

par Marc Angrand et Jean-Baptiste Vey

PARIS (Reuters) - Après la récession de 2009, la France a connu en 2010 une reprise économique bienvenue mais insuffisante pour faire baisser fortement le chômage et la crise des dettes publiques dans la zone euro a accru la pression en faveur de l'assainissement de ses finances.

Tout en participant au sauvetage de la Grèce puis de l'Irlande, les autorités françaises ont ainsi dû s'employer à rassurer les investisseurs sur leur détermination à réduire les déficits et leur capacité à conserver à la France sa note "triple A", désormais considérée comme un trésor national.

Sur le seul front de la croissance, 2010 restera comme une année de (relativement) bonnes surprises: alors que le gouvernement n'espérait il y a un an qu'une reprise très molle, avec une hausse du PIB limitée à 0,75 %, il a pu revoir ses ambitions à la hausse au fil des mois.

La prévision officielle a été portée à 1,4% en janvier, "au moins 1,5 %" en septembre et 1,6 % quelques semaines plus tard. Il y a quelques jours, la ministre de l'Economie, Christine Lagarde, évoquait "un gros 1,6 %". Une remontée graduelle qui illustre la méthode adoptée cette année par Bercy: fixer des objectifs prudents... pour mieux les dépasser.

Cette tâche risque d'être plus ardue en 2011, la conjoncture ayant déjà contraint l'exécutif à revoir ses ambitions à la baisse. Le budget de la France pour 2011 est bâti sur l'hypothèse d'une croissance de 2,0 %, contre 2,5 % espéré début 2010. La plupart des économistes n'attendent au mieux que 1,6 %.

La reprise de 2010 n'aura pas suffi, loin de là, à effacer les pertes des deux années précédentes. Ainsi, la production industrielle en France se situe encore 10 % en dessous de son niveau d'avant la crise.

Les dépenses de relance auront pourtant été conséquentes : plus de 38 milliards d'euros au total depuis 2008, dépensés pour soutenir le crédit, renflouer les trésoreries d'entreprises, ou doper les ventes de voitures à travers la prime à la casse.

"RILANCE"

Ce dispositif aura permis aux constructeurs automobiles d'enregistrer au moins 600.000 ventes supplémentaires cette année, un chiffre comparable à celui de 2009, pour un coût d'environ un milliard d'euros à la charge de l'Etat.

Symbole du soutien public à la reprise, la prime à la casse ne survivra pas au réveillon du Nouvel An. Et si Christine Lagarde a pu oser en juillet le néologisme de "rilance", mélange inédit de rigueur et de relance, pour caractériser la politique économique française, la relance a bel et bien vécu.

Reste la rigueur.

La réduction des déficits publics restera un enjeu clé en 2011, sans doute davantage encore qu'en 2010.

En faisant chuter les recettes fiscales et en obligeant l'Etat à dépenser pour soutenir l'économie, la crise se soldera cette année par un déficit public record à environ 7,7 % du produit intérieur brut, dont l'essentiel correspond à un trou de 150 milliards d'euros pour le seul budget de l'Etat.

Le gouvernement entend amorcer l'an prochain un mouvement de baisse durable du déficit pour atteindre 6,0 % fin 2011, 4,6 % fin 2012, 3,0 % fin 2013 et 2,0 % fin 2014.

Au menu amer de 2011, le budget prévoit de conjuguer maîtrise stricte des dépenses, réduction des effectifs de la fonction publique et coup de rabot sur les niches fiscales, en attendant une remise à plat de la fiscalité du patrimoine au printemps.

Mais pas de mesures douloureuses comme par exemple la hausse de la TVA qui attend les Grecs, les Britanniques et les Portugais, souligne le ministre du Budget, François Baroin, qui ne manque pas une occasion de fustiger la "dépendance à la dépense" de certains services de l'Etat.

Un chiffre illustre l'urgence du dossier: au premier semestre, la dette publique française s'est alourdie de 102,5 milliards d'euros, soit l'équivalent de six mois de smic... par seconde !

"DIGÉRER LA CRISE"

L'envolée des dettes publiques constitue désormais le principal sujet de préoccupation des marchés financiers, qui cherchent à identifier les prochaines éventuelles victimes de la crise de la dette.

Après les plans d'aide à la Grèce en mai et à l'Irlande en décembre, le Portugal et l'Espagne sont jugés menacés. Et la France, malgré son statut de pivot de la zone euro, ne paraît plus totalement à l'abri.

Ces turbulences et ces écarts auront fait une victime collatérale : l'euro, qui a perdu plus de 17 % de sa valeur entre le 1er janvier et le 7 juin, tombant de 1,43 à 1,19 dollar, et qui, après un répit estival, a subi de nouvelles turbulences à l'automne.

"2011 ne sera pas une année facile", a prédit le Premier ministre, François Fillon, devant les préfets le 13 décembre.

Durant cette année pré-électorale, l'Elysée et le gouvernement devraient axer leur politique économique sur deux thèmes : la présidence française du G20, occasion en or d'afficher le volontarisme de Nicolas Sarkozy en matière de réforme du système monétaire international, et la lutte contre le chômage, avec la priorité donnée à l'apprentissage et à l'alternance pour aider les jeunes et les 340.000 contrats aidés qui ciblent les chômeurs de longue durée.

Car sur le front de l'emploi, 2010 n'aura rien réglé. Monté à 10 % fin 2009, le taux de chômage en France (Dom compris) n'a reflué qu'à 9,7 % et plus de quatre millions de personnes restent inscrites à Pôle Emploi.

"Le tissu économique français est en train de digérer les conséquences de la crise économique et la digestion n'est pas terminée", résume Karine Berger, chef économiste du groupe d'assurance crédit Euler Hermes. "C'est en 2011 qu'on aura vraiment une reprise. Ou pas."

Edité par Patrick Vignal
 
Source : Reuters
 
Informations complémentaires :
 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Economie, crise, reprise... re-crise ?