1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

À part l'adoption du Budget 2011, donc, a priori, sans fonds pour la recherche et l'enseignement, et l'année de détention pour Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, ce matin encore une fois rien de significatif. Aussi, je vous passe cet article sur les intentions d'Eva Joly concernant la candidature possible de Nicolas Hulot à Europe Ecologie. Deux icônes, qui par les temps qui courent, sont des références d'altruisme. Face à son optimisme sur la crise européene, j'indique à Eva Joly les variables concernant le montant du fonds de secours de Herman Van Rompuy soit 440 milliards d'aide et en opposition, simplement les 989,8 milliards de dette de l'Espagne et les 292,6 milliards de celle du Portugal... car il y a un bug : )

Ils dînent en tête-à-tête ce samedi soir. L'inspirateur du Grenelle de l'environnement et la déjà candidate d'Europe Ecologie-Les Verts à l'élection présidentielle ne se connaissent pas personnellement. Alliés ou rivaux ? Il va falloir le décider très vite, sous peine de plomber un peu plus l'ambiance chez les écolos.

Nicolas Hulot va-t-il refaire le « coup » de 2007 ? Porté par sa légendaire popularité, l'animateur d'Ushuaïa avait fait mariner les écolos pendant de longs mois, avant de finalement reculer. Il avait obligé les candidats de tous bords à s'engager sur son « pacte écologique » et beaucoup déçu les Verts… qui finirent à 1,57 % !

Toujours à la tête de sa fondation, il revient semble-t-il dans les mêmes dispositions : Hulot « s'interroge réellement », et le fait savoir. Notamment par la voix de son proche Jean-Paul Besset, eurodéputé et ancien journaliste. Depuis la démission fracassante de celui-ci, plus personne n'ignore que malgré l'unanimisme affiché à Lyon, la fusion entre les Verts et Europe Ecologie n'avait rien de naturel.

Sa popularité reste son principal atout : il n'était plus testé par le baromètre Ifop de Paris-Match, et quand il l'est à nouveau, il écrase tout le monde avec 82 % de bonnes opinions. Cinq points devant Dominique Strauss-Kahn ! A la question « Qui préférez-vous ? », 67 % des sondés répondent Nicolas Hulot contre seulement 29 % pour Eva Joly.

« Je ne suis pas une candidate de témoignage »

L'ancienne juge d'instruction bombardée candidate favorite à la primaire écolo ne regarde jamais la télé et assez peu les sondages, mais sait que monsieur Hulot peut lui savonner une planche déjà assez glissante. Alors ce samedi soir, dans les yeux, elle va lui dire qu'il faut qu'il se décide, et assez vite.

Avec Dany Cohn-Bendit, Joly a déjà presque obtenu d'avancer les primaires avant l'été. Elles sont pour l'instant prévues à l'automne 2011. Dans un monde idéal, Nicolas Hulot rejoindrait les Verts et soutiendrait Eva Joly sans lui faire d'ombre. Mais il a du mal à mettre son ego dans sa poche au service de la cause, et ce scénario semble de l'ordre du rêve à ce jour.

« Je ne suis pas une candidate de témoignage », aime à répéter Eva Joly. Ces derniers mois, elle n'a pas trop mal résisté aux attaques. C'est de son propre camp que sont venues les critiques les plus dures, son rival Yves Cochet ne se gêne jamais pour pointer ses lacunes en matière d'« écologie environnementale ».

Consciente de la nécessité de mieux se préparer à ces primaires, quels que soient ses adversaires, la députée européenne a décidé de mettre en marche un petit bataillon. Il faut être « plus professionnel », reconnaît-elle. Après un passage raté sur le plateau de « Mots croisés », elle ne veut plus revivre le cauchemar de l'impréparation.

Que déciderait Joly si Hulot y allait ?

Fin janvier, elle lancera donc un site internet, qui la fera mieux connaître du grand public et lui permettra de recueillir les idées des Français. Car elle devra aussi travailler sa connaissance du terrain, des attentes des électeurs, faire taire ceux qui la trouvent un peu trop norvégienne.

Quand elle s'est rendu compte que DSK, quoiqu'officiellement non candidat, avait une équipe de sept communicants, elle a décidé de recruter… des bénévoles.

Elle puise dans son carnet d'adresses, qui n'est pas celui des Verts, mais qui a de l'envergure, et est international. Elle a même trouvé quelqu'un qui a travaillé pour Obama pour lui faire son site web.

Offensive, elle tentera de s'imposer à Hulot, sans du tout savoir ce qu'elle fera s'il décidait d'y aller. Le problème est que lui-même semble ne pas vouloir se présenter si Jean-Louis Borloo était candidat…. Balle au centre.

Nicolas Hulot en conférence de presse à Nantes, le 15 janvier 2007 (Daniel Joubert/Reuters).
 
Source : Rue89.com
 
Informations complémentaires :

Le Nouvel Obs : Eva Joly mise en examen pour diffamation
Le JDD.fr : Le "pacte" Hulot-Joly
France-Soir : Eva Joly : "Je me suis trompée de lunettes"

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Joly et Hulot, un fauteuil pour deux