1 1 1 1 1 Rating 4.43 (7 Votes)

Alors Nicolas H. Ira ? Ira pas ? Eh bien, grâce à l'appui quasi indéfectible de l'incontournable EDF,  je pense avoir quelques indices pour essayer modestement de nous'éclairer'....

Ce qu'il faut savoir, c'est que l'on compte environ 10.000 assos environnementales en France, en enlevant les associations de riverains, des 1,2 millions d'associations loi 1901 actives sur le territoire (estimation du Ministère).

« La générosité publique et le mécénat d'entreprise en direction de l'environnement « génèrent » une dépense fiscale évaluée à 1,5 milliard d'euros  » (page 15)

« Les collectivités publiques contribuent pour moitié au fonctionnement des associations » (page 15)

Source : moto.caradisiac.com 

Soit 1.500.000.000 € /10.000 = 150.000 € / associations

Dont

1.500.000.000 € pour moitié de l'État

donc  = 750.000.000 €

= 750.000.000 € /  36.036.127 Françaises et Français plus ou moins soumis à l'impôt

 

Soit = 20,812 € x ....

Je suis profondément pour une meilleure symbiose avec la Nature, Mais en étant large, les mouvements altruistes 'écologistes' vous coûtent d'emblée très concrètement 20,812 € par an et par foyer fiscal français... Comme ça, au moins, vous pourrez dire que vous êtes écolo ! (LOL)

Au bout du compte ça va, mais, finalement ça dure depuis combien de temps... 10 ans, 20 ans ? Nicolas Hulot et les autres
« équilibristes motorisés » qui vous envoient de si belles photos et soulèvent tant de débats..., Semblent vous devoir déjà une  « fière chandelle ! », car ils sont financé à 50 % sur deniers publics et tournent pour le 'reste' à 50 % sur fonds 'privés', dont massivement : EDF, AREVA, L'OREAL, ou au hasard Bouygues... C'est marrant, il semblent y avoir un dénominateur commun qui m'échappe... Serait-ce la source des revenus de ces sociétés ?

Du reste, 'je pense' que comme conjonction de l'idée de la préservation indépendante de l'intérêt commun, on peut rêver mieux comme financement et donc membres du conseil d'administration et groupes de pressions, pour ces preux chevalier naviguant officiellement sous pavillons 'écologistes' ?.... Que des pollueurs électro-médiatiques notoires ou nucléaires, voire cosmétiques aimant la chair fraîche, c'est aussi une question de valeurs induites véhiculées...

Car j'adore la démocratie, mais surtout quand elle s'exprime en totale liberté de mouvement ! D'ailleurs, connaissez-vous l'... ? Ou M. Nicolas Dupon-Aignan ?

Alors c'est dans cette suite 'logique' de réflexion libératrice, que  : Vous êtes-vous demandé qui finance la campagne si télégénique et à coup sûr tout aussi téléguidée de M. Nicolas Hulot ? Et soyons utopistes ! Dans cette crise mondiale, il est possible que des 'valeurs pour le coup positives' (informations complémentaires) fassent
dans ce magma politique, la différence, et pourquoi pas que sa popularité (sondage devant DSK) et ses valeurs affichées arrivent à l'emporter ?

Alors, dans ce cas-là, une question me saute pragmatiquement à l'esprit, ce n'est pas vraiment : ira ou ira pas....

Mais plus immédiatement posons-nous calmement la question : n'en déplaise à son speed coaching d'apparat présidentiel de 2 mois, concrètement, entre quatre yeux ? En dehors de ma télé taïwanaise, qui, sous un beau pavillon devenu soudainement vert, va capitaliser sur sa mise initiale et va 'matériellement' gouverner la FRANCE des Françaises et Français, et prendre les décisions dans la pratique. Hum ?

Comme d'habitude moi ce que j'aime, avec Chalouette, c'est 'lancer des débats', libre à vous d'y adhérer... ou pas...

Car ce que l'on peut tenter d'en retenir avec d'autres... C'est que pour une fois qu'on nous donne la parole, nos dirigeants mondiaux semblent vraiment avoir peur que l'on fasse des « bêtises ».  Car sinon, comment expliquer que l'on soit si bien « encadré » par DSK, l'UMPS ou le FN, et maintenant N. Hulot (habillé providentiellement en vert, mais assis sur, et poussé par une association noyautée et téléguidée par des lobbies). Le tout en arrivant (à part avec le providentiel clown maçonique médiatique sieur Melenchon) à rendre inexistant médiatiquement, et pour le coup quasiment totalement inaudibles, les autres partis indépendants.

Avouez, il faut être vachement motivé ? Mais c'est encore un coup de mon sale côté sombre ! C'est moi qui voit des complots partout ? !!!! Alors soyez calme, détendez vous.... ; )

Car vu les intérêts et les enjeux, c'est un jeu qui n'est pas à la portée de toutes les ... bourses....

Mais rappelez-vous prolixement, ce qui compte, avant tout, c'est d'être factuel, et, à l'image des détectives, prendre en compte les traces... Pour avoir un regard analytique sur l'histoire, et son merveilleux sillon... ; ))). Comme cela on sera peut-être un peu moins pris pour des c....

Encore une fois, on remerciera chaleureusement Chalouette et son éléphantesque mémoire, pour notre information chiffrée à l'avant-garde des débats...

Ci-dessous un excellent article du Figaro et de 'Caradisiac' en informations complémentaires...


Nicolas Hulot pourrait créer la surprise en se... par BFMTV

Dans un rapport parlementaire, deux députés émettent des réserves sur la participation de grands groupes comme L'Oréal ou EDF au financement et à la gouvernance de Sa fondation. Un mélange des genres peu apprécié par les militants écologistes historiques.

Si sa décision de se présenter à l'élection présidentielle n'est pas encore prise, Nicolas Hulot s'y prépare ardemment. Il consulte beaucoup, travaille ses dossiers et peaufine déjà sa succession à la tête de sa Fondation. Car s'il saute le pas, l'écologiste a promis de prendre «toutes les précautions pour respecter l'indépendance» de la structure, qu'il a fondée en 1990. «La Fondation est et doit rester apolitique», écrit Hulot à ses adhérents. Question d'éthique, donc. Mais en quittant la présidence de la Fondation Nicolas Hulot (FNH) - qui devrait être rebaptisée Fondation pour la Nature et l'Homme -, l'animateur pourrait aussi maximiser son capital électoral.

Car chez les militants écologistes, la FNH n'a pas forcément bonne presse. En cause, ses liens étroits avec de grandes entreprises loin d'être «écolo-compatibles». Le groupe chimiste Rhône-Poulenc en est un membre fondateur et des représentants d'EDF, de L'Oréal ou de TF1 siègent au conseil d'administration. Tous participent au financement de la FNH : en 2009, la structure de Nicolas Hulot a ainsi récolté plus de 3,4 millions d'euros de dons de la part de ses généreux mécènes, soit environ 67 % de ses ressources. En échange, les représentants des entreprises peuvent participer à la gouvernance de la fondation : ils votent le budget et arrêtent le programme d'action.

«Liens troubles»

Un mélange des genres qui a suscité les réserves de deux députés auteurs d'un rapport parlementaire publié début février. Jean-Marie Sermier, député UMP du Jura et Geneviève Gaillard, élue socialiste des Deux-Sèvres, n'y vont pas par quatre chemins. Pour eux, les activités des groupes en rapport avec la FNH sont «problématiques» et les liens établis sont «troubles», alors même que «le Grenelle de l'environnement a procuré d'importantes responsabilités aux fondations écologistes et qu'elles doivent à ce titre être irréprochables». «EDF est une entreprise de pointe dans le secteur nucléaire. Quant à L'Oréal, elle est classée parmi les groupes de cosmétiques dont les produits font l'objet de test sur les animaux, au grand désarroi des opposants à la vivisection, notent les députés. Dès lors, comment interpréter, par exemple, la position très mesurée de Nicolas Hulot sur l'énergie nucléaire ? Quel poids donner à sa parole sur les activités principales de ses deux administrateurs ?».

«Tout est légal, mais on est un peu circonspects», assure Jean-Marie Sermier. Il met en avant le risque de «récupération de l'image de la Fondation au service d'intérêts privés» et conseille aux trois représentants de l'Etat présents au sein du conseil d'administration de la FNH d'être «plus perspicaces et plus fermes». Et d'annoncer qu'à l'issue de ce premier rapport parlementaire, la Commission du développement durable de l'Assemblée a décidé de poursuivre son travail de surveillance : de nouvelles auditions au sein de la Fondation auront bientôt lieu.

Nicolas Hulot, le DSK des écolos

Nicolas Hulot, lui, assume. Réaliste, l'écologiste va chercher l'argent «là où il est» et croit en la théorie du cheval de Troie : il veut «créer des passerelles plutôt que des fossés» en installant un dialogue avec les entreprises, y compris les plus polluantes. Régulièrement attaqué sur ce terrain, il rend coup pour coup. Il dément ainsi formellement avoir retouché la fin de son film Le syndrome du Titanic sous la pression de la SNCF, qui sponsorisait le projet. De son côté, la FNH précise, à titre d'exemple, que «la position de Nicolas Hulot dans le Pacte écologique sur le nucléaire - en particulier sur l'EPR - est très loin du copier-coller de celle d'EDF».

«Je n'ai jamais pensé que les hésitations de Nicolas Hulot sur le nucléaire étaient liées à ses liens avec EDF», concède de son côté Yannick Jadot, député européen EELV et directeur de campagne d'Eva Joly. «Mais pour une partie de l'électorat écolo, c'est pas forcément leur tasse de thé», ajoute celui qui aime comparer Nicolas Hulot à Dominique-Strauss Kahn. A l'instar du patron du FMI, qui devra quitter l'institution financière pour se lancer dans la course à l'Élysée, Nicolas Hulot sera forcé de couper les ponts - au moins provisoirement - avec sa fondation. Question d'indépendance, mais aussi, et surtout, de survie politique.

«Ça va devenir un vrai handicap pour lui dans le cadre d'une primaire des écologistes», confirme Daniel Boy, politologue du Cevipof. «Chez les adhérents des Verts, dont 70 % sont employés du secteur public, les liens avec l'argent et le monde de l'entreprise sont souvent mal perçus. Ils veulent un contrôle étatique ferme des groupes industriels, et pas un dialogue». L'animateur de TF1 réussira-t-il sa mue ? «S'il parvient à s'adapter à ce nouvel environnement tout en piquant des voix au centre, il pourrait atteindre les 10 % au premier tour», juge Daniel Boy. Bien loin des 1,57 % obtenus par Dominique Voynet en 2007.

LIRE AUSSI :

» Nicolas Hulot avance ses pions en vue de 2012

» Hulot plus près que jamais de 2012

Source : Le Figaro

Informations complémentaires :


Tchat avec Nicolas Hulot/SNCF/EDF 7 par ipsevidetis

 

J'adore les messages bénévoles de Labourse (1 post en retard désolé) sur AT, qui semble être un spécialiste des sillons, et donc un bon citoyen agriculteur. Il sait pour ses besoins vitaux labourer efficacement, ce n'est pas parce que l'on prône des bonnes valeurs que l'on est fondamentalement BON, l'habit ne fait pas le moine ! Il faudra que je vous parle du Thorium un jour ,vous verrez c'est étonnant !   ; )

En complément,

Et sans tomber dans les a priori, les procès d'intention et les jugements à l'emporte-pièce,
Nicolas Hulot devra quand-même donner de sérieux gages de sa sincérité, pour se démarquer du système oligarchique.

En effet, quelques extraits de sa fiche Wikipedia sèment... un léger doute.
_______________________________

Il fit ses études au lycée Saint Jean de Passy dans le 16e arrondissement de Paris.

Le grand-père maternel de Monique Hulot [sa mère], Georges Moulun, était l'un des industriels les plus riches de France

Un écologiste controversé

3196 310931



- son absence de critique du système économique capitaliste et financier, Hulot déclarant par ailleurs "qu'il [fallait] libérer le travail"

- « relations incestueuses avec le CAC 40 » – entre son discours anti-capitaliste et le généreux soutien dont il bénéficie de la part de multinationales

- Jean Lassalle, député Modem, déclare à l'assemblée nationale en octobre 2008 :
« (...) Il serait en effet prudent de le mettre à l’abri de la justice, qui risque de lui demander un jour des comptes : car c’est bien l’argent des grands spéculateurs les plus pollueurs qu’il blanchit, ou verdit, dans sa fondation ! »

— Hervé Kempf, pour Le Monde, souligne que son film Le Syndrome du Titanic (2009) pourrait faire de Nicolas Hulot une figure qui « dérange » si ce dernier accepte de cesser d'être « gentil » et commence à critiquer les « égoïsmes de classe », ceux de l'oligarchie qui cherche à « maintenir ses intérêts et ses privilèges »

Source : Wikipedia
______________________________

Prenons de la distance :

Niclolas Hulot est-il politiquement crédible pour viser la plus haute fonction de l'Etat ?

La candidature de Nicolas Hulot peut-elle servir une autre cause que celle d'émietteur de voix au service du bi-partisme oligarchique ?

La seule véritable alternative que les citoyens français peuvent appeler de leur voeux, c'est la création d'une plateforme nationale d'union, transversale et sans autre coloration politique que celle d'un intérêt général remis au centre de son programme.

Avec quelques thèmes simples et forts, redonnant une réalité à la notion de contre-pouvoir, tels que :

- Libération des media du joug de la finance et des multinationales
- véritable autonomie et transparence de la Justice
- inéligibilité à vie des politiques convaincus de malversations
- abrogation des lois visant à limiter la liberté de parole
(insultes, accusations mensongères et colportages de rumeurs infondées restant bien sûr répréhensibles)
- abaissement du seuil de signataires permettant de réclamer un referendum
- ...

et l'écologie trouvera naturellement sa place dans un cadre politique privilégiant l'intérêt général.

 

L'AT est à Labourse ce que Dieu est à la vie : un repère interprétable
Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Nicolas Hulot est-il le rayonnant candidat providentiel des Françaises et Français ?