1 1 1 1 1 Rating 5.00 (1 Vote)

Si vous êtes comme moi concerné par le nucléaire, j'ai tenté de faire le point ce matin sur une récente enquête avec cet article de France-Info, mais on n'en saura pas plus..., En tout cas, comme pour le rayonnement électro-magnétique, ces radiations mesurables (ou pas) avec l'appareillage dont nous disposons, ne sont en partie pas naturelles ; ce qui pour moi, les condamnent par défaut, c'est peut être un peu excessif mais comme pour l'excès de soleil c'est basé sur des constats, les radiations brisent les brins d'adn, c'est tout...

Je tiens à rappeler que les centrales peuvent aussi contaminer les nappes phréatiques avec leurs refroidissements par eau, notamment pour le cas de Fessenheim qui est innondable et située dans une zone sismique au dessus de la plus grande nappe d'europe et affluente du Rhin ! Centrale vieillissante et anxiogène qui à été construite en 1970 avec les normes de l'époque et une dalle de protection d'1m (vs 3 maintenant) sans cuve de récupération du corium et dont les pièces ne sont plus fabriquées. Mais contre toute attente reconduite pour... 10 ans...

Alors je pense que OUI, vue le désastre au Japon, les questions concernant l'énergie vont d'une manière ou d'une autres... Rapidement s'imposer à nous, Et contrairement à ce que j'entends le charbon étant à proscrire ce n'est pas avec des panneaux solaires ou de l'éolien que l'on alimentent en électricité un pays ! C'est trop faible en rendement mais surtout aléatoire comme production, et on ne stockent pas ou très mal l'électricité,

Mais vue la stérilité du débat je me permets de vous rappelez l'existence de la filière thorium promu par J. Cheminade (informations complémentaire) mais mis de coté à cause de son incapacité à fournir de l'uranium militaire, elles fonctionnent sur un procédé plus sure et totalement maîtrisable, contrairement aux réacteurs à base d'uranium.

Alors même si ce n'est pas la panacée le thorium me semble un bon intermédiaire accouplé à des machines sur numéraire magnétique comme celle de Mr Leon Raoul Hatem.

Comme pour la destruction des déchets par pyrolise, est ce que ces perspectives énergétiques dépasserons un jour le cadre de ce blog ? Rien n'est moins sûr ! Ou alors par votre vote ; )

Bon dimanche,

Amicalement,

Folamour,

Vivre à proximité d’une centrale nucléaire pourrait s’avérer plus dangereux qu’on ne le pense. Une étude menée par une équipe de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale, l’INSERM et par le Registre National des maladies hématologiques de l’enfant de Villejuif pose en tout cas la question. Dans ses conclusions, il y est dit que le nombre d’enfants atteints de leucémie est deux fois plus important près des centrales nucléaires que dans le reste du pays.

Des chiffres inquiétants

Et les responsables de l’étude de sortir leurs chiffres. Entre 2002 et 2007, 14 enfants de moins de 15 ans habitant dans un rayon de 5 kilomètres d’une centrale nucléaire sont tombés malades. Cette fréquence est deux fois plus élevée que dans le reste du pays où 2.753 cas de leucémies infantiles ont été diagnostiqués sur la même période.

Seule précaution à prendre avec cette étude, elle a été réalisée sur un échantillon faible. En effet, les effectifs concernés ne sont pas assez importants pour dresser des conclusions définitives. A cela s’ajoute un autre bémol. L’excès de cas de leucémies sur 6 ans relevé autour des centrales ne se vérifie pas  sur une période plus longue, en l'occurrence 18 ans.

Difficile d’y voir clair

Dans ce contexte, affirmer que vivre à proximité d’une centrale accentue les risques de leucémies est un raccourci un peu rapide. D’autant que Jacqueline Clavel, responsable d’épidémiologie à l’Inserm, le dit clairement, à ce jour "aucun lien" ne permet de prouver une telle accusation. Cependant, comme pour compliquer l’affaire, une autre étude, allemande cette fois, réalisée sur une longue période, avait montré également un doublement du nombre de cas de leucémies chez les enfants de moins de cinq ans résidant près d’une centrale nucléaire.

On le voit, il est difficile de trancher définitivement sur le sujet. On notera seulement que le réseau "Sortir du Nucléaire" a salué la publication de cette étude. Sortir du nucléaire qui contrairement aux scientifiques ne prend pas de gant pour en tirer sa conclusion. L’association estime que l’étude prouve une corrélation très claire entre la fréquence des leucémies et la proximité des centrales nucléaires.

Source : France-Info

Informations complémentaires :

 
Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Habiter près d’une centrale nucléaire « pourrait » augmenter les risques de leucémie