1 1 1 1 1 Rating 5.00 (1 Vote)

La dernière usine Technicolor en France a déposé le bilan. Hewlett-Packard pourrait supprimer 400 emplois en France. La multinationale américaine doit faire face au chinois Lenovo, qui produit massivement en Chine. Un dossier difficile pour Arnaud Montebourg.

957225 1131646

Arnaud Montebourg a promis de faire ce dossier une « priorité ». L’usine Technicolor d’Angers, qui fabrique des décodeurs, vient de déposer le bilan, le redressement judiciaire pourrait être prononcé dans les jours à venir avec une reprise en vue. Durant la campagne, Montebourg, devenu ministre du Redressement productif, mais aussi Bayrou avaient fait de cette usine le symbole du « produire français ». Les salariés seront reçus ce mardi par Fleur Pellerin, ministre déléguée à l’Economie numérique.
 
Ce n’est pas la seule mauvaise nouvelle sur le front de la hi-tech française. Hewlett-Packard vient d’annoncer la suppression d’ici à 2014, de 8 % de ses effectifs mondiaux. Le groupe espère ainsi économiser de 3 à 3,5 milliards de dollars. La France avec 5000 salariés devrait être concernée avec la perte de 400 emplois à la clé. La division services est la première visée suivie de la division PC et imprimantes. Une dégraissage massif qui n’a pas empêché HP de relever son dividende de 10 %.  Son bénéfice net est de 1,6 milliards de dollars en baisse de 31 % en un an.
 
Que l’industrie française soit sur le déclin, ce n’est pas nouveau. Et, s’il était besoin de le rappeler, même sur les produits de haute technologie, la France se fait dépasser. En effet, derrière la crise d’HP se pointe une multinationale chinoise : Lenovo. N° 2 mondial de la vente de PC, Lenovo était encore n° 4  l'année dernière. L’entreprise qui a racheté la division PC d’IBM en 2005 et l’allemand Medion en 2011 ne s’est lancé sur le marché mondial grand public qu’en 2008 (2006 pour les entreprises).

Lenovo, le concurrent chinois

Et l’entreprise est en plein boom. Son chiffre d’affaires est en hausse de 37 % pour 2011 et de 28,1 % pour le premier trimestre 2012. Elle compte également se diversifier. Déjà présente sur le marché des tablettes, Lenovo va se lancer dans le marché de la télévision connectée (d’abord en Chine ) et devrait commercialiser ses premiers smartphones (conçus avec Intel) en Europe en 2013.
 
Car si Lenovo talonne HP et a dépassé Dell sur le marché mondial des PC, sur le marché EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique), elle dipose encore d'une marge de progression. Sur cette zone, Lenovo n’arrive en effet qu’en 5e position, ses revenus dépendent largement du marché chinois où elle réalise 46 % de son chiffre d’affaires. Toutefois, Lenovo se revendique n° 2 du marché des PC en France et en Europe de l'Ouest et n° 1 des portables. Les Américains gardent toutefois un avantage : la marque Lenovo est encore peu connue en France malgré ses parts de marché.
 
Mais si HP licencie pour contre-attaquer face à Lenovo, c'est toute sa stratégie mondiale qui est en question. Lenovo a naturellement la majorité de ses sites en Chine, notamment ses usines. En Europe, elle ne possède qu’une direction commerciale à Courbevoie.

Guerre économique

Pourra-t-on encore fabriquer des produits de haute technologie en France ? HP avait déjà fusionné ses branches PC et imprimantes en 2011 en vue d'une restructuration. Son PDG Meg Whitman a d’ores et déjà annoncé ses trois priorités : le cloud computing, la sécurité informatique et l’analyse de données (big data). Whitman a dû toutefois rassurer sur le maintien de ses activités dans le matériel : « Même si, avec 30 % de croissance, l'activité logicielle de HP a été la plus performante, on ne va pas transformer HP en une société de soft, mais centrer l'activité sur la sécurité ou l'analyse de données ». Comme un symbole, cette annonce a été faite depuis Shanghaï.
 
À HP France, on s’inquiète d’une mutation à la IBM qui a vendu sa branche PC à Lenovo. Leo Apotheker, prédécesseur de Whitman, avait déjà évoqué une séparation de la division PC d’HP du reste de l’entreprise.  La Chine va-t-elle devenir inexorablement le plus grand atelier du monde ? Apple fait déjà fabriquer ses iPad et iPhone dans l’Empire du milieu dans des conditions plus que douteuses. 
 
Le cas aussi se pose pour Technicolor. L’entreprise a été victime des revirements d’Orange et Bouygues qui ont préféré faire fabriquer leurs décodeurs en Asie. Mais aussi d’une décision de l’OMC qui a obligé l’UE à lever les droits de douanes de 14 % sur les décodeurs. La défense de l'industrie française devra donc passer par l'affrontement avec la Chine. Arnaud Montebourg est désormais au pied du mur.
 
 
Source : Marianne2.fr
 
Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow HP, Technicolor : Montebourg face à la Chine