1 1 1 1 1 Rating 5.00 (6 Votes)

Bon, je ne vais pas faire de longs discours, mais je ne peux pas faire l’impasse dessus, 10910 Visiteurs uniques pour la journée d’hier …Que dire !... A part,  Merci du fond du cœur... à vous tous et toutes et aux autres blogs..., Je crois savoir maintenant ce qui semble vous plaire, aussi on tentera de faire au mieux…

Ce matin, j’ai pisté un billet du Sydney Morning Herald repris chez notre provider officiel Blacklisted News, On avait la Police européenne avec le groupe « Eurogenfor ». Eh bien, il semblerait qu''il y ait bel et bien un projet  « d’Armée européenne », et bien plus...  Le tout articulé au sein de cette fameuse Europe Fédérale, sous couvert de « démocratie ». Car rassurez-vous, on vous demandera toujours de voter... (pour un des candidats du système bien sûr) mais inutile de vous dire que vous devrez dire adieu aux référendums nationaux….

Comme toujours, il faut savoir lire entre les lignes, alors je le dis avec mes mots, car on vous a prévenu depuis longtemps... En ce qui me concerne, ce que j'en déduis, c'est que ça s’apparente directement à une structure de …Dictature Paramilitaire… Avec comme il se doit en 2012 tous les apparats du choix démocratique et surtout TOUS les pouvoirs sur TOUS les pays d'Europe aux mains d'UN seul même dirigeant. Ein Reich, Ein Volks, Ein... (je vous laisse terminer), bien sûr comme d'habitude cela n'engage que moi ; )

Bonne lecture,

F.

Armee Europeene

Note du rédacteur : Est-il possible que quelque chose ait jailli des cendres de Merkozy qui tiendront le règne de la puissance dans l'UE, tout en jetant de côté leur démocratie pour de l'autocratie ?

Voyez également : Les propositions de l’UE pour une armée européenne détruiraient l'OTAN et menaceraient l'alliance transatlantique.

L'Allemagne, la France et neuf des pays les plus puissants de l'Europe ont réclamé un président élu de l'Union Européenne et une fin du veto de la Grande-Bretagne sur la politique de défense, dans un modèle prototype radical pour l'avenir du continent.

Dans un document publié après une réunion entre les 11 ministres des affaires étrangères à Varsovie, le bloc a dressé une carte d’une vision pour l’« avenir de l'Europe ».

Ainsi que l'appel pour un chef d'état unique, élu élu pour l’Europe, le bloc a exigé une nouvelle politique de défense, sous le contrôle d'un ministère des affaires étrangère paneuropéen commandé par la baronne Ashton, qui « pourrait par la suite impliquer une armée européenne ».

Dans le but  « d’empêcher un simple Etat membre de pouvoir obstruer des initiatives », en référence à l'opposition britannique à une armée européenne, le groupe dirigé par les allemands a exigé une fin des veto nationaux existants sur les politique, des domaines des affaires étrangères et de la défense. Ceci donnerait à l'UE la puissance d'imposer une décision à la Grande-Bretagne, si elle était soutenue par une majorité d'autres pays.

Le bloc a également réclamé une nouvelle force de police européenne patrouillant les frontières extérieures de la zone « sans passeport » de Schengen et un visa européen simple.

Le plan, qui a le support de l'Allemagne, de la France, de l'Italie, de l'Espagne, de la Pologne, de la Hollande, de l'Autriche, de la Belgique, du Danemark, du Luxembourg et du Portugal, est susceptible d'augmenter les demandes pour un référendum britannique sur l'adhésion à l'UE.

Le document a également proposé plus de puissance pour le Parlement européen et la division supplémentaire de l'UE, en créant une nouvelle sous-chambre parlementaire pour les 17 pays de la zone euro.

Dans une déclaration commune, Guido Westerwelle et Radek Sikorski, les ministres des affaires étrangères de l'Allemagne et de la Pologne, ont réclamé la création d'un simple président de l'UE, afin de faire fonctionner la commission et de surveiller les sommets réguliers, directement élus par des électeurs dans un vote à travers l’Europe « le même jour et dans tous les États membres ».

 « Pour que l'Europe soit un acteur véritablement fort et un chef global, elle a besoin d'une installation institutionnelle forte, » a dit M. Westerwelle et M. Sikorski. « Elle a besoin d'un président directement élu qui nomme personnellement les membres de son gouvernement européen. »

Les 11 pays ont également indiqué que des changements aux traités européens devraient à l'avenir être adoptés et mis en application » à une majorité super-qualifiée des États membres d'UE » au lieu de l'unanimité, la signification des traités pourrait ne plus être bloquée par des « non » à des votes dans des référendums.

Le document suit l'appel de la semaine dernière du président de la Commission européenne, Jose Manuel Barroso, pour que l'UE devienne une «  fédération » et pousse les réclamations en Grande-Bretagne pour un référendum sur n'importe quel nouveau traité ou constitution européenne.

Un porte-parole du gouvernement britannique a dit : « C'est une contribution à la discussion, qui commence juste. Le Royaume-Uni jouera un rôle plein et actif au cours de cette discussion. »

Nigel Farage, le chef du parti BRITANNIQUE de l'indépendance, a décrit les propositions, qui ont émergées en réponse à la crise de zone euro, comme « un nouveau règlement européen ». Il a dit qu'il était « entièrement hostile aux espoirs et aux aspirations de ce pays » et qu’il était temps « d'offrir aux personnes un choix sur notre adhésion à l'UE ».

 

Source : smh.com.au, Blacklistednews

Traduction Folamour, Reproduction libre à condition de citer la source ainsi que celle de la traduction.

 

Informations complémentaires :

 

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow « Futur de l’Europe » le groupe commandite des plans pour une force militaire européenne