1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)

Bonjour ! Enfin, le blog tourne à 95 %, restent 2 soucis qui ne vous gêneront aucunement, c’est de la cuisine interne. Mon Dieu ! Que m’a-t-il pris de déménager…. Enfin, c’est pour le bien de tout le monde, en attendant j’ai l’impression peu à peu de sortir d’un cauchemar. En tout cas, ceci prouve bien une chose, c’est que quels que soient la complexité et le peu d'emprise que vous ayez sur une situation, il ne faut jamais baisser les bras, l'avenir est ce que vous en faites...

Ce matin, c’est toujours notre dévoué Chalouette qui vous a dépiauté l’actualité française, ou plutôt belge… Alors que, tels des missiles à têtes chercheuses, les diverses enquêtes de 2012 se rapprochent toujours plus de notre ex-président, il semblerait que d’autres prennent leur envol…

Décidément, il fait des vagues ce passé… Merci à Chalouette ; )

Bonne lecture,

F.

Sarkoleon

Tiens donc ? Le Canard Enchaîné aurait soulevé un beau lièvre, qui agace bien les médias belges. Sarkoléon-le-tout-petit, dont on n'a décidément pas fini d'entendre parler dans le cadre de l'affaire Bettencourt, du financement de ses campagnes électorales par Khadafi ou Ben Ali également, de l'affaire Wildenstein, etc., est aujourd'hui impliqué dans une belle affaire de corruption liée à une vente d'hélicoptères d'EADS en 2011.

Que disent les médias belges ? Que Sarkoléon aurait fait accélérer le vote de la loi sur la transaction pénale en BELGIQUE pour vendre des armes d'EADS au Kazakhstan.

La "transaction pénale" c'est cette loi débile inspirée par les Etats-Unis, qui consiste à payer une amende au lieu de se prendre un procès au pénal, ce qui est une ineptie totale quand on connaît la justice à double, voir triple vitesse de nos pays qui n'ont plus de "démocratiques" que le nom. En France, ce machin a été décidé par une simple ordonnance (donc pas voté par les élus du "peuple") dans une loi sur la pêche, en 2010.

En Belgique, ces "transactions pénales" sont élargies à un grand nombre de délits, et peuvent être réalisées tout au long de la procédure pénale, même en appel. La Belgique est un laboratoire pour ce genre d'innovation, et on peut être certains que ça va se faire très rapidement en France aussi. Donc : si tu as du fric, tu pourras échapper à la prison, même si tu es en plein procès en appel et que tu sors ton chéquier parce que tu sens que tu es carbonisé. Si tu n'as pas de fric, ben tu vas en taule. Rappelons qu'il faut, du moins pour l'instant, l'accord de la victime pour mettre en place une transaction pénale.

Et puis ce genre de loi, à mettre en parallèle avec la "médiation" dans les cas de viols de mineurs, de vol et autres crimes, servent à désengorger une pseudo justice à laquelle on ne veut surtout pas donner les moyens de fonctionner normalement.

Revenons à Sarkoléon et à EADS

La Belgique examinait lentement ce projet de loi sur la transaction pénale au printemps 2011. Mais, Sarkoléon leur a dit de se presser et de s'arranger.

D'après Le Canard, le président du Kazakhstan Noursoultan Nazarbaïev aurait conditionné un marché avec EADS au fait que M. Sarkozy tire d'affaire un certain Patokh Chodiev, ami de Nazarbaïev, impliqué, en Belgique, dans le dossier de corruption Tractebel. Installé en Belgique, M. Chodiev et deux associés kazakhs étaient poursuivis pour blanchiment, faux en écriture et association de malfaiteurs.

80691499 PChodiev a la nationalité belge depuis 1997 et vit à Londres. Avec deux autres oligarques (Ibrahimov et Mashkevich) il a fait fortune dans le minerai, le gaz, le pétrole et la banque. Il est l'un des principaux actionnaires de Eurasian Natural Resources Corporation (ENRC), un des leaders mondiaux des ressources naturelles.

Sa nationalité belge, il l'a obtenue grâce à l'innénarrable bourgmestre de Waterloo, Serge Kubla, son voisin, qui a fait classer le sulfureux dossier Fortunato Israël, cette maquerelle qui tenait un réseau de call girls destiné à favoriser les gros contrats, et qui était aussi un client assidu du Dolo, le fameux club bruxellois dans lequel Nihoul, l'ami de Dutroux, avait ses habitudes.

On ne sera pas étonné que cette naturalisation ait été faite de manière illégale puisque Chodiev ne parlait pas un mot de français, de néerlandais ou d'allemand, les trois langues officielles.

En plus de cela, un rapport de la Sécurité d'Etat mentionnait les connexions mafieuses de Chodiev. Comme quoi, tous les immigrés ne sont pas logés à la même enseigne. D'ailleurs, la procédure concernant la bande de Chodiev a été incroyablement longue.

Alexander Mashkevich non plus n'est pas n'importe qui : jusqu'en 2011 il était président du Congrès juif eurasiatique, et il aurait aussi financé la campagne de  2005 du président d'Ukraine, Viktor Iouchtchenko, à coups de dizaines de millions de dollars. Il a aussi facilité la libération de soldats israéliens aux mains du Hezbollah.

Chodiev, le plus riche belge en 2007 selon Forves, et ses copains Ibrahimov et Mashkevich ont été impliqués dans une affaire remontant à 1996, pour de faux, usage, blanchiment et association de malfaiteurs dans le cadre des activités de la firme Tractebel. au Kazakhstan. 55 millions de dollars de commissions occultes auraient été versés dans le cadre d'un contrat.  

La clique de Sarkoléon s'emmêle

Chodiev est donc mal barré en Belgique, et le président Kazakh dit qu'il veut bien acheter des armes et verser toutes les commissions qui vont avec (à ceux qui ont facilité la signature dudit contrat...), mais seulement si Chodiev est tiré d'affaire. Des conseillers de Sarkoléon appellent alors Armand De Decker, ex vice président du Sénat belge qui a repris ses activités d'avocat (lire "de lobbyiste"), afin de s'assurer que "la proposition de loi sur l'extension de la transaction pénale à une série de délits serait votée sans retard et s'appliquerait à M. Chodiev et ses deux coïnculpés", nous dit l'agence de presse Belga. Evidemment, De Decker nie.

80691561 PMais, les faits sont là : la proposition de loi a été adoptée en mars 2011, et en août 2011, Chodiev et ses copains ont obtenu l'annulation des poursuites contre le paiement de 23 millions d'euros. En même temps, le président kazakh signait les contrats de vente de quarante-cinq hélicoptères.

L'affaire devait en effet être importante ; Claude Guéant, Jean-François de Rosaies, conseiller de l’ombre de Guéant, ex proche de Pasqua et grand ami de De Decker, et Catherine Degoul, avocate de Chodiev à Paris, auraient ainsi contacté De Decker.

Question : combien ont touché tous les intermédiaires du contrat ? En tout cas, ce n'est certainement l'hypothétique commission parlementaire d'enquête sur cette usine à gaz qui nous le dira. Déjà, les contre feux sont allumés, l'enfumage commence.

 

Source : Dondevamos.canalblog.com via Chalouette

 

Informations complémentaires :

 

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Les casseroles de Sarkoléon le VRP : pressions sur la Belgique pour une vente d'armes au Kazakhstan