5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (2 Votes)

Une journée qui servira de « test » au gouvernement, et où il faudra frapper très fort du poing sur la table, NON nous ne sommes pas obligés de céder au chantage ! Maintenant à vous de manifester physiquement votre désaccord et de faire entendre votre voix.

Reforme Du Travail 10 02 2013 Bis

FO et la CGT appellent dans un communiqué commun à des manifestations et des arrêts de travail le 5 mars. Les deux centrales s'opposent à l'adoption du projet de loi (qui sera présenté le 6 mars en Conseil des ministres) reprenant l'accord sur le marché de l'emploi du 11 janvier qu'elles ont refusé de signer, à la différence de la CFDT. Le gouvernement va devoir gérer une montée des mécontentements.

Le gouvernement n'en a pas fini avec l'accord réfomant le marché du travail conclu le 11 janvier. Signé, côté syndical, par les "réformistes" CFDT, CFTC et CFE-CGC, il a, en revanche, été immédiatement refusé par FO et la CGT qui considèrent que le texte fait la part belle à la flexibilité. Dans ce contexte, le ministère du Travail, qui souhaitait une signature de FO, faisait contre mauvaise fortune bon coeur en espérant que la centrale de Jean-Claude Mailly n'en ferait pas trop contre le texte.

FO et CGT appellent à manifester contre le texte sur l'emploi le 5 mars

C'est raté. Après avoir préparé le coup depuis plusieurs semaines, FO et la CGT viennent de signer ce 8 février un communiqué commun appelant "les salariés à se mobiliser et à exprimer leur désaccord en direction du gouvernement, des députés et des sénateurs". Le communiqué appelle aussi "à des rassemblements, des manifestations et arrêts de travail (...)" le 5 mars prochain. Soit la veille du jour où le texte de l'accord du 11 janvier, repris dans un projet de loi, sera examiné en Conseil des ministres.

Le pouvoir d'amendement des parlementaires

La guerre des nerfs a donc commencé. FO et la CGT multiplient les rencontres avec les parlementaires pour qu'ils fassent jouer à fond leur droit d'amendement pour modifier le texte de l'accord. A l'inverse, le ministre du Travail Michel Sapin -appuyé par le Premier ministre et les présidents des groupes parlementaires PS-  tente de contenir le pouvoir d'amendement des députés et sénateurs PS et de leurs alliés. L'objectif étant de "ne pas toucher à l'équilibre de l'accord"... C'est déjà mal parti, avant même que le texte soit arrivé au Parlement, puisque Laurence Parisot (Medef) considère que le gouvernement est en passe d'effectuer une mauvaise transcription de l'accord dans le projet de loi sur un certain nombre de points. Notamment les "droits rechargeables" à l'assurance chômage. Une autre polémique devrait aussi bientôt voir le jour: L'accord du 11 janvier est-il majoritaire ou simplement minoritaire, puisque non signé par deux des trois principaux syndicats? En fait, la réponse varie selon que l'on s'attache aux règles sur la représentativité actuellement en vigueur ou bien si on anticipe celles qui s'appliqueront à compter du mois de juin.

Risque d'un coup de chaud social

Enfin, d'un point de vue plus politique, le gouvernement va devoir surveiller de très près cette journée du 5 mars. Entre la réforme des retraites qui se profile, les économies sur les dépenses sociales, le mécontentement des fonctionnaires et les polémiques autour du rôle à jouer par l'Etat sur les sites industriels en difficulté, cela fait beaucoup de sujets sensibles... Gare à ce qu'ils ne s'amalguent pas.

 

Source : Latribune.fr

Informations complémentaires :

 

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow FO et la CGT appellent à manifester contre l'accord sur l'emploi