1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Ce qui est sûr en tout cas, c’est que la « pompe à fric », elle, est bien enclenchée, entre les radars fixes, les radars mobiles, les radars tronçons, les radars sur les feux rouge…

Honnêtement, si vous n’y perdez pas quelques points, ce n’est pas faute d’avoir essayé…

Tout ce que je peux vous conseiller, c’est de vous équiper en GPS et autre moyen de signalisation des « points chauds », et de tenter de calculer votre vitesse moyenne… (pour vous préparer avant la généralisation des radars tronçons).

Car eux, ils ne vous laisseront aucune chance… (informations complémentaires).

Radar Mobile 12 04 2013
Evry, hier. La caméra numérique fixée sur le tableau de bord est reliée à une tablette. Le flash infrarouge se situe
sous la plaque d’immatriculation. Dans un premier temps, seuls les véhicules doublant la voiture banalisée seront
contrôlés. | (LP/H.R.)

Ce nouvel outil, opérationnel depuis la semaine dernière en Essonne, traque les gros excès de vitesse. Reportage à l’intérieur de la Mégane banalisée.

Initialement annoncé pour le 15 mars dans le département, le radar mobile de nouvelle génération (RMNG) est désormais utilisé sur le terrain. La Mégane de couleur grise, équipée d’un appareil indécelable par les automobilistes, a été officiellement présentée hier après-midi au préfet du département, Michel Fuzeau.

Appelé également E.T.M. pour Equipement de Terrain Mobile, ce nouvel outil prévu pour lutter contre les grands excès de vitesse a été confié aux CRS de la compagnie Sud Ile-de- basée à Massy.

Homologué depuis le 18 février par le Laboratoire National d’Essais, ce radar de nouvelle génération a délivré ses premiers coups de flashs en Essonne, le mercredi 3 avril. Pour se rendre à la préfecture hier, la Mégane dotée du matériel, a emprunté l’Autoroute A6 et enregistré quatre excès de vitesse entre Massy et Evry. Des infractions relevées pour une moto et trois véhicules légers. La caméra numérique, fixée sur le tableau de bord, a un angle de 20 degrés. Elle est reliée, par l’intermédiaire d’un serveur situé dans le coffre, à une tablette numérique. Le flash infrarouge se situe en dessous de la plaque d’immatriculation. Laquelle abrite l’antenne radar.

Des coordonnées GPS indiquent le lieu de l’infraction

Le dispositif est discret. « Mais, on ne se cache pas », expliquent les deux fonctionnaires aux manettes. « Nous sommes en uniformes et les vitres ne sont pas teintées ». Dans un premier temps, seuls les véhicules doublant la voiture banalisée seront contrôlés. Mais cet outil pourrait un jour être paramétré pour prendre aussi les véhicules en excès de vitesse de face.

Bonne nouvelle toutefois pour les automobilistes distraits qui seraient en petit excès de vitesse. La marge d’erreur étant techniquement plus importante sur ce nouveau type de matériel, les véhicules ne devraient être flashés qu’au-dessus de 60 km/h en ville, 101 km/h sur les routes nationales ou départementales limitées à 90 km/h et 145 km/h sur autoroute. « Ce radar est conçu pour cibler les conducteurs responsables de grands excès de vitesse », martèle le capitaine adjoint Menard, responsable opérationnel.

Au moment de recevoir votre amende, vous risquez également d’être surpris. En guise de lieu géographique d’infraction, vous trouverez des coordonnées GPS (longitude/latitude). « Le principe a été validé par la Chancellerie » explique Michel Fuzeau. Il prévient : « Tous les grands axes du département vont être ciblés ». La Mégane banalisée devrait donc rouler souvent sur l’A 6, l’A 126, la Francilienne, la RN 118 ou encore la RN 440. « On peut également l’appeler en renfort sur d’autres opérations plus ciblées » prévient le préfet.

 

Source : Leparisien.fr

Informations complémentaires :

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Essonne : le nouveau radar mobile embarqué flashe depuis une semaine