1 1 1 1 1 Rating 5.00 (1 Vote)

Bonjour, lundi retour de la « routine… ». En tout cas le week-end a été agréable et en partie ensoleillé, et c’est déjà ça de pris, de toutes manières côté météo on est sur une bonne dynamique. J’ai aussi remarqué nettement moins de « chemtrails » est-ce lié ? (Pure supputation).

Pour ce qui est de l’immédiat, j’en profite pour vous rappeler que nous n’avons plus que 2 jours pour faire notre télé-déclaration aux impôts, cela serait quand même bête de se prendre 10% pour une faute d'inattention…

Côté actualité, pas mal de spots. On va donc essayer de traiter ce que l’on peut. Du reste, puisqu’on reparle aussi du cas Claude Guéant, comment se fait-il que l’on n’ait toujours pas d’explication valable pour les 500.000 € d’argent en liquide retrouvés chez lui ??? ; )

Du reste, concomitamment, y aurait-t-il un lien dans tout ça pour que l'on veuille à tout prix s'assurer soudainement du silence de Ziad Takieddine ???

Amitiés,

F.

Richard 10 06 2013
Stéphane Richard était le directeur de cabinet de Christine Lagarde au moment de l'arbitrage sur l'affaire
Tapie. © Reuters - Charles Platiau

Entendu ce lundi par la justice, Stéphane Richard, l'ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde et actuel PDG d'Orange, a été placé en garde à vue ainsi que Jean-François Rocchi, l'ex-président du Consortium de réalisation. Les deux hommes doivent s'expliquer sur leur rôle dans la décision de recourir à un arbitrage pour mettre fin au litige entre Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais en 2007.

Les choix de Stéphane Richard, directeur de cabinet de Christine Lagarde, ont-ils été influencé par l'Elysée en 2007 dans le litige qui opposait Bernard Tapie au Crédit Lyonnais, c'est ce que va tenter de savoir la police judiciaire de Paris ce lundi. Le PDG de l'opérateur Orange doit être entendu en détail sur le rôle de Bercy et de l'Elysée dans le choix du recours à l'arbitrage.

L'ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde va devoir s'expliquer sur des réunions qui auraient eu lieu à l'Elysée sous la houlette de Claude Guéant, bras droit du président Nicolas Sarkozy. Stéphane Richard a affirmé à plusieurs reprises n'avoir reçu aucun ordre. Il a évoqué une "réunion de validation" avec le secrétaire général de l'Elysée mais en indiquant que l'idée émanait des liquidateurs des sociétés de Bernard Tapie et avait été relayée par Jean-François Rocchi, président du Consortium de réalisation (CDR), la structure chargée de solder le passif du Crédit lyonnais. 

Le rôle de l'Elysée en question

Mais, selon le Canard Enchaîné, Stéphane Richard a soutenu le contraire au journal évoquant une "instruction" transmise par Claude Guéant lors d'une réunion en 2007 avec lui-même et Jean-François Rocchi. Ce dernier doit d'ailleurs être entendu lundi par les policiers, selon une source proche de l'enquête, tout comme devrait l'être Bernard Scemama, président à l'époque des faits de l'EPFR, l'établissement qui exerçait la tutelle du CDR.

De son côté, Christine Lagarde a déclaré, lors de ses auditions devant la Cour de Justice de la République, n'avoir appris que plus tard que des réunions s'étaient déroulées à l'Elysée et qu'elle n'en avait pas connaissance alors.

Un arbitrage faussé

La parole de Stéphane Richard pourrait peser lourd dans l'enquête qui est actuellement menée autour de ce qui est appelé désormais "l'affaire de l'arbitrage Tapie". Son audition intervient alors que l'un des trois juges du tribunal arbitral, Pierre Estoup, a été récemment mis en examen pour "escroquerie en bande organisée".

A terme, l'enquête tentera de comprendre si la décision d'octroyer 403 millions d'euros à Bernard Tapie dans l'affaire du Crédit Lyonnais relève d'une décision de justice indépendante ou d'une organisation délinquante.

 

Source : Franceinfo.fr

Informations complémentaires :


Y-a-t-il une affaire Guéant ? par FranceInfo

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Arbitrage Tapie : Stéphane Richard et Jean-François Rocchi placés en garde à vue