5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (2 Votes)

Bonjour ! Une nouvelle journée pleine de challenges s’ouvre à nous. Mais on va essayer de prendre un peu de distance avec tout ça…

Je me dois toutefois de vous faire bénéficier de la confirmation de cette information d’un « insider » (malgré lui, puisqu’il ne sait même pas que j’ai un blog) ... mais qui, travaillant dans le secteur, m’avait indiqué que l’État regroupait les fonds des caisses de retraites pour les « braquer ».

Alors, il semblerait que ce soit fait. Ce sont donc 50 milliards d’€uros qui sont partis dans les caisses de l’État (pour la dette ou autres).

Et ils n’ont laissé aux caisses que les fonds nécessaires pour assurer 6 mois de fonctionnement. En espérant que tous les autres « produits » proposés par ces fonds leur rapportent assez d’argent pour couvrir les retraites après janvier 2014.

Bref, pour faire plus simple, ils ont vidé le « buffer » (le tampon) entre nos caisses et les retraités, pour les mettre quasiment en flux direct avec les recettes et les cotisations.

Ce qui signifie qu’au moindre incident bancaire, les produits ne rapporteront plus, et donc le fonds ne sera plus alimenté que par nos propres cotisations, sans aucune marge de sécurité (Si ça tient ! Je ne suis pas dans le secret des dieux).

Alors, ce n'est pas étonnant qu'ils veuillent « réformer » les retraites...

Bien à vous,

L’Amourfou.

Retraites 04 07 2013

PARIS (Reuters) - Jean-Marc Ayrault rencontre ce jeudi des syndicats et des organisations patronales très divisés pour une première journée de concertation sur la réforme des retraites promise à l'automne pour réduire le déficit du système.

Le gouvernement doit annoncer à la fin de l'été les modalités de sa réforme, dont le président François Hollande a déjà dit qu'elle se traduirait par un nouvel allongement de la durée de cotisation.

Les cinq syndicats représentatifs et les trois organisations patronales seront reçus successivement par le Premier ministre et les ministres en charge du dossier, à Matignon.

Les plus opposés aux orientations du gouvernement sont la CGT et Force ouvrière pour qui l'allongement de la durée de cotisation constitue un casus belli.

"C'est une piste qu'on n'accepte pas", a répété jeudi le numéro un de FO, Jean-Claude Mailly. Si cette piste est confirmée, "je ne vois pas comment on ne peut pas appeler les salariés à se mobiliser", a-t-il ajouté sur France 2.

Les organisations patronales se refusent quant à elles à accepter une éventuelle augmentation des cotisations des entreprises qui plomberait davantage encore une compétitivité déjà faible.

Elu mercredi à la présidence du Medef, Pierre Gattaz a, au contraire, demandé une baisse de 100 milliards d'euros en cinq ans des charges et impôts des entreprises.

S'il a exclu un report de l'âge légal de la retraite réclamé par le patronat, François Hollande a promis que tout le monde serait mis à contribution - actifs, retraités et entreprises.

L'objectif est de trouver les sept milliards d'euros nécessaires au rééquilibrage du régime général à l'horizon 2020.

À plus long terme, l'ambition est d'assurer l'équilibre financier entre 2020 et l'inversion de la "bosse" démographique, prévue en 2035.

Seront reçus successivement à Matignon, la CGPME, la CGT, FO, la CFTC, la CFDT, le Medef et l'UPA.

Jean-Baptiste Vey, édité par Marc Joanny

 

Source : Reuters.fr

Informations complémentaires :

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Début de la concertation sur la réforme des retraites