5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (2 Votes)

Je profite de l’occasion pour revenir sur le cas Montebourg. Honnêtement, je l’aime bien, des fois il dit des choses sensées. Mais le fait est qu’au final ce n’est qu’un traître, qui surfe sur la vague tant bien que mal en vendant notre pays, car il a été à bonne école... Je vous rappelle que lui aussi c'est un « Young Leader », et qu'il est membre de la French-American Foundation (FAF). (Cherchez bien, il y en à d'autres !)

Alors avec la pression du MEDEF et le Traité Transatlantique en toile de fond, faut-il réellement s'étonner de l'éjection de Delphine Batho manu militari, puis de telles prises de positions juste après ??? ; )))

Bref, comme on le voit, ces  brigands n'ont aucun sens de la patrie et n'ont pas peur du ridicule, du reste ils sont capables d’hypothéquer notre avenir commun pour le bénéfice de quelques chefs d'entreprises.

Alors que, comme le dit Olivier Delamarche, aux États-Unis (puisque l’on fait référence à eux), le prix actuel du gaz (4us$/u) ne couvre pas les frais d’exploitation de ces forages (8us$/u). Ce qui veut dire qu’ils font de l’extraction à perte ! (vidéo informations complémentaires).

Dans ce cas de figure, est-ce que cela en vaut vraiment la chandelle ? Allez-vous laisser polluer nos nappes phréatiques pour quelques deniers ?

Je vous rappelle (comme on l’avait souligné à l’époque), que nos bienveillants députés ont interdit la « Fracturation Hydraulique » (la technique), mais pas l’exploitation des Gaz et Huiles de Schiste…

Et s'ils veulent une solution pour une énergie « sûre » et quasiment « infinie », ça fait déjà 2 ans qu'on vous a présenté le concept des centrales à base de Thorium... Ça dépoterait déjà nettement mieux que des éoliennes... Bon, j'avoue qu'il y aurait quand même la problématique des déchets (mais beaucoup moins que dans le cas des centrales nucléaire à base d'uranium), et au moins ça ne risquerait pas de nous sauter à la figure à tout instant....

Bien à vous,

F.

Montebourg 11 07 2013
Arnaud Montebourg

Mardi 9 juillet, auditionné par la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale, Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, s'est déclaré favorable à la création d'une "compagnie publique et nationale" pour exploiter le gaz de schiste. Il s'agit d'"une position tout à fait personnelle qui n'engage pas le gouvernement", a-t-il pris soin de préciser.

Son entourage, interrogé par l'AFP, confirme que le ministre souhaite que l'exploitation des gaz de schiste soit confiée à une compagnie nationale publique et non au privé si une technique non polluante était mise au point.

Réduction du nucléaire contre gaz de schiste

Devant les parlementaires, Arnaud Montebourg a expliqué que l'exploitation des hydrocarbures non conventionnels par une entreprise nationale permettrait que "la rente captée par cette compagnie [serve] notamment à financer la mutation écologique et à améliorer la compétitivité de l'industrie française".

Bien sûr, cette exploitation se ferait dans le cadre fixé par le président de la République, c'est-à-dire sans fracturation hydraulique, précise l'équipe d'Arnaud Montebourg. "Quant à l'hypothèse de trouver une technique d'exploitation des gaz de schiste respectueuse de l'environnement, je pense qu'on arrivera avec la technologie dans très peu de temps au gaz de schiste écologique", a estimé le ministre devant les députés.

Enfin, reprenant une des propositions essentielles du scénario négaWatt (sans pour autant le nommer), Arnaud Montebourg a semble-t-il proposé un compromis aux "écologistes raisonnables" en conditionnant la réduction du nucléaire à l'exploitation du gaz de schiste. "J'ai noté que dans tous les scénarios d'alternative au nucléaire, on préconisait l'augmentation de l'usage du gaz", a-t-il expliqué, ajoutant que "nous avons là peut-être la possibilité de nous sortir de l'impasse dans laquelle se trouve aujourd'hui notre équation énergétique".

 

Source : Actu-environnement.com

Informations complémentaires :

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Gaz de schiste : Arnaud Montebourg veut confier l'exploitation à « une compagnie publique nationale »