1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Les délocalisations ont fortement frappé la France depuis 1990. Cependant certaines entreprises font marche arrière et installent à nouveau, en partie, leur production dans l'Hexagone, à l'instar d'Easybike, propriétaire de la marque Solex.

Solex 06 09 2013
Capture d'écran Facebook Easybike

Qui a dit que la France manquait de compétitivité? Certes le coût de la main-d'œuvre y est plus élevé que chez la plupart de ses voisins européens, mais il ne constitue plus un frein à la relocalisation d'entreprises. Easybike est la dernière d'entre-elles. Propriétaire de Solex, la fameuse marque de cyclomoteur reconverti dans le vélo à assistance électrique (VAE), l'entreprise va transférer 30 % de sa production en France d'ici 2014. Trois milles VAE devraient être créés à Saint-Lô dans la Manche, sous l'égide de son patron Gregory Trebaold. 

Ce phénomène de relocalisation n'a rien d'une vague, ni d'un long fleuve tranquille. Restructuration, automatisation des chaînes de production, gains de productivité sont le versant de ces stratégies dont certaines obtiennent des résultats probants dès leur retour, à l'instar de Rossignol. Rachetée en 2008 au groupe Quicksilver par la société Chartreuse et Mont-Blanc, l'entreprise perd deux cent milles euros par jour.

Quatre mois après, la nouvelle direction continue les licenciements engagés précédemment et annonce vouloir se séparer de 30 % de ses salariés. Dès lors, la société se recentre sur son cœur de métier, le ski. Dans un premier temps, elle conserve ses usines à l'étranger. En septembre 2010, Rossignol fait connaître son intention de faire revenir la production de 75 000 paires de ski à Sallanches et crée 40 nouveaux emplois. En 2012, plus de la moitié des employés se situaient en France, soit 694 sur 1224. L'entreprise renoue avec les bénéfices. Ils atteignent cinq millions d'euros pour l'exercice 2012. En 2013, dix millions d'euros devraient être investis pour moderniser les différents sites, selon la direction.

Pour Jean-Yves Hepp, le fondateur de Unowhy, l'aventure a été un peu différente. Dès le départ, le fabricant de tablette numérique culinaire décide de produire en Chine à Shenzhen. Et en 2009, la tablette Qooq investit le marché français. Mais au bout de deux ans Jean-Yves Hepp décide d'installer sa production en France. « J'en avais raz le bol d'entendre dire qu'on ne pouvait rien faire en France. C'est vrai que ce n'a pas été facile. Pour y arriver, il a fallu faire des investissements très lourds dans la recherche et le développement. Nous avons redessiné la tablette. »

Résultat : la production est réalisée par un sous-traitant, Eolane. Une chaîne de montage automatisée au possible où deux à trois fois moins d’ouvriers travaillent. Des vis ont été enlevées et le processus de construction est raccourci. L'installation en France a permis de réduire les temps de livraison.

« Aujourd'hui, lorsqu'une entreprise fait une commande le lundi, la marchandise peut être livrée le mercredi dans son entrepôt. En Chine, ce n'était pas possible il y avait de une à quatre semaines de délais », confie Jean-Yves Hepp. « C'était un enfer de gérer une production à des milliers de kilomètres. Dès qu'il y avait un problème, je perdais pendant une semaine mon directeur technique. » Baisse des charges de transports, optimisation du produits, gain de productivité et de flexibilité. Tous ces éléments permettent aujourd'hui à l'entreprise Unowhy de vendre au même prix sa tablette numérique pour la cuisine que lorsqu'elle était fabriquée en Chine.

Toutes les relocalisations ne se terminent pas aussi bien. Sullair avait ramené de Chine la fabrication de compresseur pour l'industrie à Montbrison (Loire) en 2005. Les mêmes arguments que pour Rossignol ou Unowhy ont poussé le groupe américain à installer une usine en France : baisse des délais, gain de qualité, maîtrise du produit du début à la fin de sa production. Cinq ans plus tard l'idylle prend fin pour les cent douze salariés. Un manque de commandes qui a conduit l'entreprise à fermer.
 
D’autres facteurs expliquent cependant ces relocalisations improbables. Ainsi les multinationales ne rencontrent-elles pas les mêmes problèmes de logistique que les petites et moyennes entreprises et ont donc un intérêt moindre à revenir en France. Mais le consommateur a lui aussi sa part de responsabilité en désirant acheter toujours moins cher. Une logique de bas coûts, au détriment de la qualité.
 
 
Source : Marianne.net
 
Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Relocaliser en France, c’est possible