1 1 1 1 1 Rating 5.00 (2 Votes)

Depuis qu’il a quitté l’Elysée, l’ancien président français multiplie partout dans le monde ce type de conférences privées et confortablement rémunérées.

Sarkozy Conf 28 12 2013

Morgan Stanley propose à Sarkozy un job à 92 euros la seconde

Nicolas Sarkozy et Carla Bruni-Sarkozy sortent de l’hôtel Regina, après avoir rencontré l’opposante birmane Aung San Suu Kyi, à Paris, le 28 juin 2012 (Kenzo Tribouillard/AFP)

Selon Le Canard enchaîné, la banque Morgan Stanley est prête à débourser 250.000 euros pour une conférence de Nicolas Sarkozy de 45 minutes, « photos comprises ». Elle vient de le lui proposer.

Faites le calcul : cela donne la minute sarkozyenne à 5555 euros, et la seconde sarkozyenne à 92 euros.

Si Sarkozy assène par exemple « il faut travailler plus pour gagner plus », il gagne 276 euros. S’il s’insurge « m’enfin, c’est quand même extraordinaire », il palpe 184 euros. S’il tousse, sa rémunération sera d’environ 30 euros.

« Je pars faire du fric comme Clinton »

Nicolas Sarkozy acceptera-t-il la proposition ? Le Lab, rappelle que Nicolas Sarkozy a rêvé de faire ce genre de conférences, si l’on en croit un article du Point de juillet 2008, qui rapportait cette confidence :

« Quand j’vois les milliards que gagne Clinton, moi, je m’en mets plein les poches ! Je fais ça pendant cinq ans, et ensuite, je pars faire du fric comme Clinton, 150.000 euros la conférence. »

Nicolas Sarkozy ne sera pas le premier à s’adonner à des conférences lucratives, rappelle Le Lab qui est allé consulter le site Speaker Academy. Ce site recense les candidats à des conférences rémunérées. On y trouve notamment deux anciens ministres du précédent gouvernement, Bruno Le Maire et Frédéric Mitterrand ou un socialiste comme Jack Lang.

Combien valent-ils sur le marché du speaker ? Le site ne le dit pas, mais on peut demander à chacun un devis.

 

Source : Rue 89

Nicolas Sarkozy empoche 100.000 dollars de Goldman Sachs

L’ancien président de la République, qui assurait en 2008 que « le marché tout puissant qui décide de tout, c’est fini », a effectué ce lundi à Londres une conférence pour la banque de la finance par excellence, Goldman Sachs, lors d’un colloque à 80.000 euros la conférence.

Nicolas Sarkozy poursuit ainsi son petit bonhomme de chemin avec son commerce lucratif de conférences. En y ajoutant toujours plus d’ironie ou de cynisme. Le pourfendeur des paradis fiscaux lorsqu’il était à l’Elysée était déjà intervenu en novembre dernier pour une banque brésilienne surnommée la « Goldman Sachs des tropiques » spécialisée dans l’évasion fiscal. Une rencontre avec des « investisseurs » facturée aux alentours de 100.000 dollars (77.000 euros actuels).

Finance globalisée

L’ex-chef de l’Etat poursuit dans sa stratégie de « faire du fric comme Clinton, 150.000 euros la conférence », comme dévoilait une indiscrétion du Point dès 2008. Cette fois, il franchit un cap en louant ses services directement à Goldman Sachs. Soit le saint des saints de la finance globalisée. Là encore, il est le seul homme politique à intervenir, toujours contre 100.000 dollars, aux côtés d’économistes.

L’ex-président français, qui assurait en 2008 « l’idée de la toute puissance des marchés qui ne devait être contrariée par aucune règle, par aucune intervention politique, était une idée folle. Le marché tout puissant qui décide de tout, c’est fini », à la table d’un des instruments de cette toute puissance des marchés.

Rappelons juste que :

 

Source  : L’humanite.fr

 

Nigéria : Jackpot pour Sarkozy

Sarkozy 2

Selon le journal français Le Canard enchaîné, le 11 décembre, Nicolas Sarkozy s’est rendu dans la ville de Lagos au Nigéria. Dans quel but ? « A l’invitation de la banque nigériane Access, il a exposé sa vision de l’économie mondiale en compagnie de l’ancien président des Etats-Unis George W. Bush. Rien de très nouveau : depuis qu’il a quitté l’Elysée en mai 2012, Sarkozy multiplie les conférences très bien rémunérées. Par exemple, en juin 2013, il avait touché 100.000 dollars pour une conférence donnée à Londres à l’invitation de la banque américaine Goldman Sachs. Rien de nouveau donc, sauf le prix. Au Nigéria, Sarkozy aurait touché le jackpot. « D’après les spécialistes en la matière, cette escapade africaine a dû rapporter à Sarkozy près de 200.000 euros pour une heure et demie » de conférence, indique Le Canard. Soit le salaire annuel qu’il percevait en tant que président de la République. Une belle « prime de Noël » !

 

Source : infomediaire le tout via Actuwiki.fr

Information complémentaire :

Crashdebug.fr : Sarkozy et les affaires, portrait d'un homme en bande organisée

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Les contrats juteux payés par les banques à Sarközy de Nagy-Bocsa