5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (2 Votes)

A propos de la dignité humaine, ce nouveau "concept juridique" sur lequel Manuel Valls et la classe politique cherchent à fonder leur mise à l’index de Dieudonné… cet extrait d’un éditorial de Charles Sannat dans le Contrarien matin :

Olivier Demeulenaere

« L’atteinte à la dignité humaine !... »

"Lorsqu’un pouvoir politique avec la complaisance de l’opposition comme c’est le cas actuellement s’arroge le droit d’espionner chaque citoyen en temps réel sans même s’embarrasser de l’accord d’un juge, comme c’est le cas avec la nouvelle loi de programmation militaire votée en douce et en toute discrétion avant les fêtes de Noël, où est le respect de la dignité humaine ?

Lorsqu’une entreprise se permet de demander à ses clients de se mettre nus pour être gratifiés de cadeaux, où est le respect de la dignité humaine ?

Lorsque l’on demande à des peuples entiers de se sacrifier pour payer des dettes pas forcément légitimes, où est le respect de la dignité humaine ?

Lorsque l’on contemple au Parlement Européen tous ces grands pourfendeurs de la fraude fiscale alors qu’ils se sont votés eux-mêmes des lois les mettant à l’abri de tout impôt et de toute taxe, où est l’honneur ?

Lorsque des grandes compagnies sont prêtes à polluer pour l’éternité ou presque certaines terres pour s’enrichir à court terme… où est le respect de la dignité humaine ?

Lorsque nous vendons des armes qui, je le rappelle, servent en général à tuer… où est le respect de la dignité humaine ?

Lorsque nos dirigeants mentent pour nous envoyer faire la guerre ou justifier une guerre, comme ce fut évidemment le cas en 2003 avec la guerre en Irak qui fut l’objet de l’un des plus grossiers mensonges politiques aux USA et avec des centaines de milliers de victimes à l’arrivée… où est le respect de la dignité humaine ?

Lorsque les enfants sont considérés comme de simples marchandises, lorsque les enfants sont soumis à la publicité, lorsque les enfants, nos enfants, deviennent des objets, en contradiction avec le côté le plus sacré de l’enfance, de son mystère, de sa capacité d’émerveillement et de découverte et que nous les transformons en monstres d’égoïsme blasés pourris gâtés,… où est le respect de la dignité humaine ?

Où que vous regardiez, quel que soit le pays concerné, c’est ce système économique devenu fou tout entier qui représente le seul, l’unique et la plus grande menace pour la dignité humaine.

Ce système économique et politique, où l’homme n’est plus que l’ombre de lui-même, un simple potentiel de consommation, ce monde ou même un homme qui dort est désormais soumis dans son sommeil à la publicité, un monde où la seule liberté qu’il vous reste est celle de consommer et où si vous n’en êtes pas capable alors vous êtes inutile, presque nuisible puisque vous ne rapportez rien au système et vous pouvez lui coûter… dans un tel cas, inévitablement le système qui poussera sa logique jusqu’au bout finira par se poser la question de comment supprimer les nuisibles ou les inutiles. C’est d’ailleurs en réalité déjà le cas avec le débat sur l’euthanasie.

Un beau débat, de jolis mots, plein d’éthique dégoulinante pour vous expliquer qu’en gros… il faut aider à mourir tous nos anciens devenus « trop coûteux » ! La logique a été poussée au bout au Japon où le ministre des Finances a demandé à ses compatriotes âgés de se suicider lorsqu’il représentaient un coût pour la société. Alors dans tout cela, où est le respect de la dignité humaine ?

Lorsqu’un ministre, fût-il de gauche, vient me parler de respect de la dignité humaine alors que chaque jour lui-même et les autres incarnent un système profondément indigne, je sens en moi monter une forme d’exaspération réelle".

Lire l’intégralité de l’article dans Le Contrarien matin du 9 janvier 2014

 

Charles Sannat est directeur des études économiques chez AuCOFFRE.com

 

Source : Olivierdemeulenaere

Informations complémentaires :

Crashdebug.fr : Mort aux vieux !
Crashdebug.fr : Agenda 21
 

Bollos 11 01 2014

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow « L’ensemble du système actuel est une insulte à la dignité humaine » (Ch. Sannat)