5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (2 Votes)

 

Encore un fois, ce sont toujours les mêmes qui sont la « variable d’ajustement » du système. Tout ces prix sont largement sur-évalués, et TOUT le monde le sait,

Et si vous croyez que les choses vont évoluer toutes seules, favorablement dans votre sens, vous êtes bien naïfs… : (

Quant à ceux qui sont déjà propriétaires et peuvent jouer à l'ascenseur immobilier, ils tirent les prix vers le haut et ont profité des prix du passé...

Du reste, je n'ai pas passé de nouvelles hier, car aucune n'a trouvé grâce à mes yeux, ça ne veut pas dire qu'il n'y avait pas d'infos, mais j'ai trouvé qu'elles n'avaient aucune réelle valeur ajoutée ; )

Alors, dans ces cas-là, je vous conseille d'aller faire un petit tour sur la Defcon Room, il peut y avoir des infos pertinentes que je n'ai pas vues ; )

Et puis, vous avez ... (Maître Confucius), qui vous balance plein d'infos en temps réel dans le Chat (fenêtre à gauche « The Black Hole »), et on le remercie infiniment pour la veille informationnelle ; )

Du reste, tout le monde y a accès, aussi si vous avez une information pertinente à partager avec les autres, n'hésitez pas ; )

Amicalement,

L'Amourfou

Loyer 26 03 2014
Francetv info - Le coût du logement, facteur de grande pauvreté pour 350.000 ménages en Ile-de-France

Certains ménages de la région n'ont plus les moyens de se nourrir et de s'habiller, une fois le logement (loyer, charges ou emprunt) payé.

Le coût très élevé du logement alimente la grande pauvreté en Ile-de-France. Quelque 350.000 ménages (7%) n'ont pas les moyens de faire face aux dépenses vitales de nourriture et d'habillement tout en assurant celles liées à l'habitation, selon une étude de l'Institut d'aménagement et d'urbanisme, publiée mercredi 26 mars.

140.000 de ces ménages, installés au sein du parc locatif privé, doivent trouver de quoi payer un loyer mensuel moyen de 541 euros, pour un revenu moyen de 826 euros, selon l'étude. Le "reste à vivre" de ces ménages, malgré les aides au logement perçues par 54% d'entre eux, les place sous le seuil de pauvreté, qui est de 589 euros. Près de 126.000 ménages, locataires du parc social, sont dans une situation similaire avec un "reste à vivre" de 414 euros par mois, un seuil considéré comme insuffisant pour s'habiller et se nourrir.

Les propriétaires aussi

76.000 ménages propriétaires de leur logement sont également touchés de plein fouet par cette pauvreté. Car même si 58% d'entre eux ont fini de rembourser leurs emprunts, les charges et travaux d'entretien sont trop importants par rapport à leurs revenus.

La Fondation Abbé Pierre, dans son dernier rapport annuel, affirmait que les situations de mal-logement s'étaient encore aggravées en 2013. Elle estime à plus de 10 millions le nombre de personnes touchées par la crise du logement en France. Le rapport mettait notamment en cause "une hausse non régulée du coût du logement", avec des loyers qui ont augmenté de 55% en 13 ans.

 

Source : Francetvinfo.fr

Informations complémentaires :

 

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Le coût du logement, facteur de grande pauvreté pour 350.000 ménages en Ile-de-France