1 1 1 1 1 Rating 5.00 (2 Votes)

Ce que je voulais souligner par là, c’est la présence de plus en plus interconnectée du travail et de la vie privée, grâce à l’informatique, il n’y a plus réellement de frontières.

Aussi, je tiens à dire que, comme pour la génétique ou l’économie, ce n’est pas parce qu’une chose est possible « techniquement » qu’elle est nécessaire, obligatoire ou même souhaitable.

Aussi, il faut que la voix des salariés soit correctement représentée dans les entreprises, et que la déontologie soit de mise de la part de ces dernières.

Car les salariés ont un lien fusionnel avec leur activité professionnelle, et des fois, il faut savoir aussi les protéger d'eux-mêmes.

Des horaires de mails, et plus généralement d'accès au réseau informatique de l'entreprise, qui commencent et s'arrêtent avec les horaires officiels de la société pour les salariés qui se connectent depuis l'extérieur, me semble une bonne chose.

Après, hélas, on va vous expliquer que l'on est en crise, que le monde entier est interconnecté 24h/7j, et qu'il faut être réactif et joignable en temps réel, que par ailleurs avec cette flexibilité on peut terminer à la maison le travail non fini de la journée, être en « home office » le mercredi...

Etc.

Malheureusement cela est une logique court termiste qui a aussi un autre coût,...

Mail 17 06 2014
7 salariés sur 10 sont sollicités par leur employeur en dehors des horaires de bureau.
Crédits photo : Tim Hall/Getty Images

Selon un sondage réalisé par l'Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail (Anact), plus de la moitié des salariés ne s'occupent pas autant de leurs enfants qu'ils le souhaiteraient.

La vie professionnelle déborde toujours plus sur la vie personnelle... Selon l'enquête annuelle réalisée par l'Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail (Anact), un tiers des salariés jugent qu'ils concilient plus difficilement qu'avant leur travail et leur vie privée. Les cadres sont particulièrement touchés par cette évolution, puisqu'ils sont près de 40% à constater cette année une dégradation en la matière.

Trois salariés sur quatre déclarent qu'il leur est globalement «facile» de concilier les deux. Mais dans le détail, un parent sur deux regrette de ne pas pouvoir s'occuper de ses enfants comme il le souhaiterait, et un salarié sur deux dit ne pas avoir assez de temps à consacrer à son conjoint. S'accorder des sorties est jugé difficile par la même proportion de salariés, sans parler des tâches ménagères ou des activités sportives, délaissées dans ce contexte... Le dilemme est tel que trois salariés sur quatre sont prêts à travailler en horaires atypiques pour arriver à tout faire.

Comment expliquer cette dégradation ? «Notre hypothèse à l'Anact est que cet enjeu s'est accru avec l'intensification des rythmes de travail que nous constatons lors de nos interventions en entreprise», explique Florence Chappert, chargée de mission à l'Anact. La vie en entreprise, en effet, évolue : le travail s'intensifie, les horaires atypiques et le travail de nuit progressent, les nouvelles technologies font entrer le travail à la maison... Selon une récente enquête Ipsos pour Edenred, 7 salariés sur dix sont régulièrement sollicités par leur employeur en dehors des horaires de bureau.

Doubles journées

Mais la vie personnelle aussi évolue, ce qui accroît les tiraillements dans la vie des salariés : les familles monoparentales sont plus nombreuses, de même que les salariés en charge de parents dépendants, souligne l'Anact. Ce sont autant d'obligations supplémentaires qui pèsent sur les épaules des salariés et impactent parfois leur vie professionnelle. Malgré cela, «l'empiètement des préoccupations professionnelles sur la vie privée l'emporte largement sur l'empiètement des soucis personnels sur le temps de travail», constate l'organisme.

Ces évolutions renforcent les attentes des salariés vis-à-vis de leur entreprise. Pour la première fois, ils placent cette année l'équilibre vie privée-vie professionnelle en tête des facteurs de satisfaction au travail, devant l'intérêt de leur tâche et l'ambiance au travail ! Pourtant, les entreprises semblent encore peu enclines à agir efficacement dans ce domaine, et se contentent souvent de mesures au cas par cas. Ce qui conduit souvent à «des impasses personnelles» - la fameuse double journée - et professionnelles, selon l'Anact : «le fonctionnement de l'entreprise sera forcément grippé si l'on se contente d'empiler des solutions personnelles», prévient l'organisme.

 

Source : Lefigaro.fr

Informations complémentaires :

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow La vie professionnelle empiète de plus en plus sur la vie privée