1 1 1 1 1 Rating 4.56 (9 Votes)

Je confirme, j’ai un modèle année 2000, sa page de démarrage c’est « amazon.fr ». Pourtant il a eu aussi une éducation religieuse, mais tout ce qui compte pour lui, c’est son skate, ses copains, sa mèche, son modèle de téléphone portable du moment, et la qualité de la bande passante à la maison. Le plus dingue de tout, c’est que quand vous n’allez pas dans son sens, il ne s’exprime pas, il hurle… On dirait une sirène ! À un tel point que j’ai dû lui mettre les points sur les « i » méchamment, récemment.

Mais bon, c’est ça ou on se fait bouffer. J’ai aussi un autre modèle de mâle à la maison, mais de génération Y, donc de cinq ans plus vielle, c’est un peu le même schéma, mais quand même plus solidaire, car moins matérialiste et plus curieux. (Alors que lui n'as eu aucun enseignement religieux malgré son baptême petit)

Enfin, rassurez-vous, ce n’est pas pour ça que je ne les aime pas, hein ! Et puis des fois la génération Y sert d’intermédiaire pour la Z ; )

Mais je pars du principe qu’un enfant, ça a certes des droits, mais ça a aussi des devoirs, dont notamment le RESPECT.

Du reste accessoirement, je confirme aussi pour la cuisine, d’ailleurs c’est dans un domaine de ce genre que nous comptons le pousser.

Update 04.07.2014 : Ça vas mieux avec Alexandre, il ne hurle plus ; ), comme quoi des fois une bonne explication permet de régler les choses...

Generation Z
Et maintenant, la génération Z… et ça ne va pas en s’arrangeant Crédit Reuters

Une toute nouvelle génération commence à faire parler d'elle : la génération Z. Hyper-connectée et ambitieuse cette nouvelle génération élevée au milieu de la crise se veut indépendante mais souffre aussi de nombrilisme.

Atlantico : Qu'appelle-t-on la génération Z ? On parlait récemment de la génération Y, pourquoi ces deux générations se succèdent-elles si rapidement ?
 
Eric Delcroix : La génération Z est le nom donné à la génération d'adolescents nés après 1995. Étonnement, c'est un terme que l'on entend peu en France. Dans les autres pays, en Grande-Bretagne en Nouvelle-Zélande ou en Australie, de nombreuses études ont été menées sur cette génération mais ce n'est pas le cas en France, sans que l'on puisse expliquer pourquoi. Il existe deux écoles : la première dit qu'il n'existe pas de génération, que l'on ne peut pas ficher les gens comme cela. La seconde affirme l'existence des générations.


Des différences permettent de séparer les générations Y et Z. La génération Y a le souvenir d'un monde plus insouciant, pas la génération Z qui a connu la crise depuis sa naissance et qui a été marquée par le terrorisme. Si les générations se succèdent si vite c'est à cause de la rapidité avec laquelle se développent les nouvelles technologies. Les deux générations ont des modes de communication différents : la génération Y a connu le chat et la webcam, la génération Z passe beaucoup plus par l'image.

Quelles sont les caractéristiques de la génération Z ?

Cette génération est très entrepreneuriale, les jeunes pensent à créer leur société dans un domaine qui leur plaît, ce qui posera d'ailleurs problème aux entreprises : comment attirer ces jeunes, les retenir et les intéresser ? Contrairement à ce que l'on pourrait penser, la génération Z consomme moins d'alcool et de drogue que ses aînés. Et ce, afin de garder le contrôle de son image. Un autre élément apparaît : c'est l'intérêt pour la cuisine qui se développe de plus en plus, les jeunes souhaitent éviter d'acheter des produits tout faits et veulent revenir à une alimentation plus saine. Quant à la manière de gérer leur budget elle est différente de la génération Y : ils économisent beaucoup plus leur argent, ont recours a internet pour comparer les prix bien plus que la génération qui les précède et ce, dans le but d'acheter de manière réfléchie. Ils ont aussi une connaissance innée du système de marketing qui leur sert lors de leurs achats. Quant à leurs qualités et défauts : ils sont tolérants quant aux cultures et aux religions, l'injustice est inacceptable pour eux. Cependant  ils se révèlent très individualistes, ils veulent réussir et ne comptent que sur eux-mêmes. Ils ont une faible capacité d'attention par rapport aux personnes plus âgées mais sont plus réactifs et s'adaptent plus vite. Enfin, ils sont autodidactes, par exemple si un élève ne comprend pas un exercice en classe il va aller sur internet pour avoir une autre approche de l'exercice et le voir expliqué différemment.
 
Quel est leur rapport aux réseaux sociaux ? Le mythe de "l'hyper-connectivité" est-il vrai ?

Ils sont en effet hyper connectés. Pour eux, les applications et le web sont des outils. Ils ont toujours vécu au milieu des appareils connectés. L'évolution est dans leur usage : ils sont passés de Facebook à Snapchat en passant par Twitter. Chaque application ou site web a sa propre utilité. Les réseaux sociaux sont pour eux le moyen de se construire une image et un réseau. Ils pensent trouver leur futur emploi grâce à leurs activités sur les réseaux sociaux ou les forums. De plus, ils ont autour d'eux des exemples de réussite de cette manière ce qui les encourage à passer par cette voie : des blogueurs reconnus notamment.

Comment envisagent-ils leur futur emploi ? Un travail obtenu grâce à des diplômes ? Aux réseaux sociaux ? L'entrepreneuriat ?

La grande majorité d'entre eux envisage de créer leur propre société. On voit d'ailleurs des lanceurs de start-up de plus en plus jeune. Ils veulent tous travailler dans une filière ou un domaine qu'ils aiment. Les diplômes ne sont pas pour eux le gage d'un emploi dans le futur. De plus en plus, les recruteurs parlent de compétences et d'aptitudes. Les plus demandées : maîtrise des réseaux sociaux  et des nouveaux outils technologiques, créativité, adaptation, c'est-à-dire des compétences que cette génération maîtrise.

L'un des reproches qui peut leur être fait est le manque d'organisation. Quant au moyen d'obtenir un travail je l'ai dit plus tôt, ils pensent l'obtenir grâce à leurs activités sociales.

Quel sont leurs rapports avec leurs aînés ? Sont-ils plus respectueux ou irrespectueux que la génération Y ?

Il n'y a pas de respect dans cette génération pour leurs aînés. Il y a un énorme décalage, très peu de discussions entre les générations mais beaucoup d'incompréhension. Par exemple : pourquoi les profs ne sont pas sur les réseaux sociaux dans le but d'aider leurs élèves s'ils en éprouvent le besoin ? Les jeunes de cette génération Z font plus confiance aux personnes qui sont dans leur réseau numérique qu'aux membres de leur famille. Et pour les parents, le problème est qu'ils ne peuvent éduquer leur enfant comme ils l'ont été car les temps sont trop différents. Et quand leurs enfants leur demandent des conseils, il faut avoir une bonne connaissance du monde d'aujourd'hui et de demain pour leur répondre, ce qui n'est pas évident.

Sont-ils plus pessimistes ou optimistes par rapport à l'avenir ( crise, politique,  environnement...) Comment l'expliquer ?

La génération Z n'a connu que la crise et un monde en lutte avec le terrorisme. Elle ne connaît pas le monde rendu paradisiaque par les souvenirs de ses aînés. Elle est donc très optimiste et est convaincue qu'elle va vivre dans le meilleur monde possible.


Source : Atlantico.fr

Informations complémentaires :

 

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Et maintenant, la génération Z … et ça ne va pas en s’arrangeant