Videos 22 07 2019
YouTube, Netflix, sites porno : via leurs vidéos en ligne, ils sont une catastrophe pour le climat (La Dépèche)

Notre Hébergeur Infomaniak, a lui un centre de donnée écologique En 2018, les vidéos en ligne ont généré 300 millions de tonnes de CO2 soit l'équivalent d'1% des émissions mondiales de gaz à effet de...

L'Europe fait face à une « épidémie de syphilis imminente » alors que les applications de mises en relations deviennent virales (Zerohedge)
L'Europe fait face à une « épidémie de syphilis imminente » alors que les applications de mises en relations deviennent virales (Zerohedge)

Soyez prévenus... L'essor des applications de recherche de partenaires sexuels et la baisse des taux de VIH dans les pays développés ont entraîné la réapparition d'une MST qui était, jusqu'à récemment, limitée...

« Les banques centrales sont tenues par les marchés ! » Olivier Delamarche (Grand Angle)
« Les banques centrales sont tenues par les marchés ! » Olivier Delamarche (Grand Angle)

Vous avez vu, le Père Duten parlait dimanche de cette période de mensonges permanents, qui annoncent la fin des temps. Aussi, elles ne sont pas franchement rassurantes, mais notre boulot c'est de vous donner des perspectives. Et si vous ne savez pas quoi faire,  achetez...

Les acheteurs de voitures neuves ont en moyenne 56 ans en France (BFMTV)
Les acheteurs de voitures neuves ont en moyenne 56 ans en France (BFMTV)

REPRISE :... La preuve de la ruine française par la consommation : Les acheteurs de voitures neuves ont en moyenne 56 ans en France Contributeur anonyme L’âge moyen d’un acheteur de voiture neuve est de 56 ans, cette année. Selon la marque choisie,...

LA VIE ETERNELLE, COMMENT ? LE CHÂTIMENT DES DERNIERS TEMPS, AIMER DIEU C'EST LE RETOUR... (P. Duten)
LA VIE ETERNELLE, COMMENT ? LE CHÂTIMENT DES DERNIERS TEMPS, AIMER DIEU C'EST LE RETOUR... (P. Duten)

L’homme aujourd’hui ne se pose plus la question de la vie éternelle, il ne pense même plus à l’éternité, il n’imagine pas que son âme est immortelle !  Seule la temporalité et l’immédiateté de ce qui...

Olivier Delamarche / Philippe Béchade : La répression financière. Gilets Jaunes Grand Est (Grand Angle)
Olivier Delamarche / Philippe Béchade : La répression financière. Gilets Jaunes Grand Est (Grand Angle)

Très bonne conférence pour essayer de savoir à quelle sauce nous allons être mangés, Philippe Béchade et Olivier Delamarche étant devenu experts en la matière.   Source : Youtube.com   Informations...

  • Videos 22 07 2019 YouTube, Netflix, sites porno : via leurs vidéos en ligne, ils sont une catastrophe pour...

    lundi 22 juillet 2019 17:26
  • L'Europe fait face à une « épidémie de syphilis imminente » alors que les applications de mises en relations deviennent virales (Zerohedge) L'Europe fait face à une « épidémie de syphilis imminente » alors que les applications...

    lundi 22 juillet 2019 15:30
  • « Les banques centrales sont tenues par les marchés ! » Olivier Delamarche (Grand Angle) « Les banques centrales sont tenues par les marchés ! » Olivier Delamarche (Grand Angle)

    lundi 22 juillet 2019 08:02
  • Les acheteurs de voitures neuves ont en moyenne 56 ans en France (BFMTV) Les acheteurs de voitures neuves ont en moyenne 56 ans en France (BFMTV)

    lundi 22 juillet 2019 06:43
  • LA VIE ETERNELLE, COMMENT ? LE CHÂTIMENT DES DERNIERS TEMPS, AIMER DIEU C'EST LE RETOUR... (P. Duten) LA VIE ETERNELLE, COMMENT ? LE CHÂTIMENT DES DERNIERS TEMPS, AIMER DIEU C'EST LE...

    dimanche 21 juillet 2019 12:12
  • Olivier Delamarche / Philippe Béchade : La répression financière. Gilets Jaunes Grand Est (Grand Angle) Olivier Delamarche / Philippe Béchade : La répression financière. Gilets Jaunes Grand...

    dimanche 21 juillet 2019 10:15
1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Voilà le piège est en place… Les médias avec 65 % d'avis favorables vous disent quoi voter avec ce sondage « OpinionWay ». Encore une fois je voudrais rendre hommage à la machiavélique intelligence de notre président, qui savait très bien ce qu’il faisait en forçant Strauss Khan à vivre son « American Dream » aux USA, et à lier de coupables alliances avec le FMI et ses lobbies. Ceci de façon à prendre un nouveau rythme de vie, rythme de vie lié à sa carte American Express dont il ne pourra jamais se débarrasser… Le ver est dans la pomme, ne croyez pas ce que l’on vous dit Strauss Khan ou Sarkozy c’est le même produit.

H 20 1898934 1264066679

Tout d'abord, une petite mise au point à usage préventif : je n'ai rien contre DSK. Je ne veux pas qu'on m'accuse de vouloir torpiller sa candidature éventuelle : s'il est finalement désigné candidat, je voterai pour lui avec plaisir et je pense qu'il battra tous ses adversaires, Sarkozy compris. Je pense que c'est un homme de gauche, qu'il est compétent, crédible, respecté et ferait un très bon président. En revanche je lui fais moins confiance qu'à Ségolène Royal pour tenir ses engagements à gauche (notamment sur le droit à la retraite à 60 ans, point sur lequel il cultive une certaine ambiguité par procuration).

Voilà, ça c'est fait. Maintenant on va pouvoir attaquer le fond du problème, à savoir la dernière livraison sondagière "La Pravda-OhPisNonMouais". Car ici on est en pleine fabrique du consentement pro-DSK, à tel point qu'on peut se demander si celle-ci n'est pas assortie d'arrières-pensées (allons allons, qu'allons-nous chercher des poux dans la tête d'un quotidien appartenant à un marchand de canon-sénateur UMP, associé à une officine pro-UMP spécialisée dans les sondages foireux). Commençons par le graphique suivant :

H 20 2254681 1286454901

Qu'y voit-on ? DSK semble écraser la concurrence Aubry/Royal/Hollande (on notera l'irruption récente de ce dernier comme candidat crédible), ce qui n'étonnera personne tant elle confirme l'offensive sondagière de ces derniers mois (la fabrique du consentement, vous vous rappelez ?). Regardons d'un peu plus près : en réalité DSK n'arrive largement en tête des 4 candidats socialistes que sur les deux premiers points, à savoir "Le rôle de la France dans le monde" et "La croissance économique", ce qu'on peut facilement attribuer à son poste de directeur général du FMI. Il reste en tête sur la question du pouvoir d'achat, qu'on peut associer aux questions économiques. En revanche il pointe en 3e position sur tous les points qui sont associés à des thématiques de gauche, comme "La protection sociale""L'éducation et la formation""Les inégalités sociales""L'environnement".

Reste la question de la sécurité. Ici il ne faut pas regarder les scores individuels des différents candidats mais plutôt la colonne de droite : une majorité de 30 % des sondés (à égalité avec DSK) estime en effet qu'aucun des candidats n'est crédible sur cette question. Le plus étonnant est le score de Royal : un misérable 16 %, incompréhensible quand on sait qu'elle et ses troupes ont beaucoup oeuvré pour réhabiliter cette question au sein de la gauche. De même, et plus étonnant, pour l'environnement. Ici encore les "Aucun" arrivent largement en tête avec 32 %.

Le premier enseignement qu'on peut tirer de ce sondage, c'est que DSK doit sa première place à son poste au FMI et à sa réputation passée dans ses fonctions ministérielles (l'une étant la conséquence de l'autre), mais qu'il est en revanche jugé peu crédible sur les thématiques de gauche. La seconde est que les socialistes sont jugés à la ramasse par leur propre électorat sur des thèmes pourtant cruciaux comme la sécurité et l'environnement.

Ce sondage serait sur ces seuls points suffisamment riche d'enseignements pour constituer matière à réflexion. C'est pourtant selon un autre angle d'attaque que Le Figaro  présente ses résultats : "DSK, meilleur socialiste pour battre Sarkozy". Et c'est là qu'oeuvre la fabrique du consentement. En effet, pour la plupart des médias, 2012 ne sera pas une élection présidentielle mais un sondage pour ou contre Nicolas Sarkozy. Fi des programmes, des idées, des débats, ici règne la pensée binaire.

On peut déjà y déceler un double paradoxe. Le premier tient à la construction médiatique de la candidature DSK. On a beaucoup reproché à Ségolène Royal d'avoir été une créature sondagière bâtie sur sa seule capacité théorique à faire battre Sarkozy ; cette image continue d'ailleurs à lui coller à la peau au point d'entretenir un certain révisionnisme au sujet de son score aux primaires de 2006 ( (image fausse selon moi, sinon comment expliquer ses performances au congrès de Reims en 2008 ?). Or que constate-t-on encore aujourd'hui à propos de DSK : que sa principale qualité tiendrait à sa capacité théorique à faire battre Sarkozy , de l'aveu même de l'organe de presse dominant à droite. Or ici personne dans la médiacratie pour dénoncer une éventuelle bulle sondagière chez DSK. Pourquoi une telle différence de traitement ? Et DSK n'était-il pas déjà crédible sur ce point en 2006 ? Si oui, comment expliquer sa déculottée devant Royal à cette époque ? Cette capacité théorique à faire battre Sarkozy est-elle le seul critère pertinent ?

Le second paradoxe tient à la focalisation médiatique sur la personnalité de Sarkozy, et partant, de la bipolarisation et de l'appauvrissement généralisé du débat politique en France. Peu importent vos idées, vos propositions, vos actes, ce qui compte est de savoir si vous êtes avec ou contre Sarkozy, et dans ce dernier cas si vous pouvez le battre. Or, corollaire de cette situation, le principal reproche adressé à l'opposition serait de se murer dans un "antisarkozysme primaire". Mais l'un ne serait-il pas la conséquence de l'autre ? Comment prendre au sérieux une telle critique quand ceux qui la formulent sont les mêmes qui l'entretiennent en permanence par construction médiatique ?

Mais que veut l'électorat de gauche exactement ? Tout d'abord, "battre Sarkozy" , c'est une évidence. Mais cet objectif n'est pas satisfaisant en soi. Un électeur de gauche vote avant tout pour des idées et un programme, et ensuite et de préférence pour le meilleur candidat capable de porter ce programme (on l'a bien vu en 2002 avec Jospin et son programme "pas socialiste"). Faire battre un candidat n'est pas un objectif suffisant pour assurer la victoire (cf. 2007).
 

Or on le voit ici, DSK est certes perçu comme le candidat le mieux placé pour "battre Sarkozy" (près de 2 ans avant l'échéance !), mais il est loin d'être le meilleur candidat pour porter le programme de la gauche. Or si les militants socialistes ont approuvé dans leur grande majorité le principe des primaires pour désigner leur candidat, c'est justement pour que celui-ci porte un programme, pas pour se mettre d'accord sur le simple objectif de"battre Sarkozy". Se focaliser sur ce seul objectif, comme le font Le Figaro et bien d'autres confrères, c'est acter le principe de "primaires de confirmation" (autrement dit, un plébiscite) cher aux tireurs de ficelles et autres malfaisants de l'ombre qui gangrènent Solférino. C'est non seulement une démission mais une trahison des militants et des sympathisants dont je suis. On comprend parfaitement pourquoi Le Figaro se livre à ce petit jeu : jouer la division alimente le sentiment abstentionniste chez l'électeur désabusé, et l'abstention à gauche sera la meilleure alliée du président sortant en 2012. En instillant la résignation et le découragement, la fabrique du consentement fonctionne à plein régime.

 

Et sinon, le PS, ça avance bien ce programme ?

Source : Le Post

Informations complémentaires :

Le Post : Ira, ira pas : l'improbable candidature DSK
Le Post :
DSK-Aubry: et s'ils devaient s'affronter pour 2012...
Le Post :
Martine, Ségolène, Dominique, Laurent, François, Manuel, Pierre : une famille en or


Dominique Strauss-Kahn - Gentleman Cambrioleur
envoyé par
PaturageWord. - Regardez les dernières vidéos d'actu.

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Actualités françaises Arrow DSK et la fabrique du consentement