Case Corea 21 02 2020
Les cas confirmés de COVID-19 doublent en Corée du Sud pour atteindre 204 ; la Chine révèle une éclosion alarmante dans les prisons, plus de 500 personnes sont déjà infectées (Zerohedge)

Mise à jour (0725ET) : Le Liban a confirmé son premier cas de COVID-9. BREAKING: Lebanon reports 1st case of coronavirus https://t.co/eUoE2b20hL — BNO Newsroom (@BNODesk) February 21, 2020 Le minuscule État du Levant, qui s'est gonflé ces...

Retraites : face à l'enlisement, la majorité prépare les esprits au 49.3 (Les Echos)
Retraites : face à l'enlisement, la majorité prépare les esprits au 49.3 (Les Echos)

Bonjour à toutes et à tous, désolé rien dans l'actualité hier, mais ce matin ce billet des Echos pisté chez les Moutons qui confirme ce que l'on redoutait. Vous remarquerez qu'à chaque fois que la démocratie leur pose un...

« Comme quelque chose sorti du livre de l'Exode » : Les armées de sauterelles dévorent des fermes entières au Kenya « en 30 secondes seulement » (Michael Snyder)
« Comme quelque chose sorti du livre de l'Exode » : Les armées de sauterelles dévorent des fermes entières au Kenya « en 30 secondes seulement » (Michael Snyder)

Spartou tenait à vous partager ce billet, aussi le voici. Bonne fin de journée, f. Les armées acridiennes, qui se comptent par milliards, ravagent absolument de grandes parties de l'Afrique orientale et de vastes étendues du Moyen-Orient. On nous dit...

C'EST CASH ! Le cas Tesla pour comprendre les dérives de la Bourse (RT)
C'EST CASH ! Le cas Tesla pour comprendre les dérives de la Bourse (RT)

  Source(s) : Youtube.com via Contributeur anonyme Information complémentaire :  

Fin de l'anonymat, contrôle des réseaux sociaux : quand l'affaire Griveaux réveille les tentations liberticides du pouvoir (Marianne)
Fin de l'anonymat, contrôle des réseaux sociaux : quand l'affaire Griveaux réveille les tentations liberticides du pouvoir (Marianne)

  Ça pue, et Barbier qui cite la Chine comme exemple. Enfin ils montrent leurs vrais visages. C'est sûr que eux ils ne risquent pas de sortir une info, donc ils n'ont pas besoin d'anonymat. Heureusement, ils n'y connaissent absolument RIEN... Mais c'est ce qui...

Pourquoi le documentaire « Radar, machine à cash » ne sera pas diffusé à la télé ? (Caradisiac)
Pourquoi le documentaire « Radar, machine à cash » ne sera pas diffusé à la télé ? (Caradisiac)

Très dérangeant ce reportage, qui n’a pas trouvé de diffuseur pour informer les citoyens ? On va le regarder grâce aux réalisateurs qui l’ont mis en ligne, pour connaître le niveau de manipulation. Ça décoiffe !! Voir la...

Edward Snowden, Julian Assange et Chelsea Manning nominés pour le Prix Nobel de la Paix 2020 (Themindunleashed)
Edward Snowden, Julian Assange et Chelsea Manning nominés pour le Prix Nobel de la Paix 2020 (Themindunleashed)

Allez, on rehausse un peu le débat, d'ailleurs je suis en train de lire le livre de Snowden Mémoires vives, mais ça démarre doucement. Je ne lis pas très vite en plus, mais c'est intéressant, car il a tout un livre pour s'exprimer, donc pas la...

  • Case Corea 21 02 2020 Les cas confirmés de COVID-19 doublent en Corée du Sud pour atteindre 204 ; la Chine...

    vendredi 21 février 2020 13:30
  • Retraites : face à l'enlisement, la majorité prépare les esprits au 49.3 (Les Echos) Retraites : face à l'enlisement, la majorité prépare les esprits au 49.3 (Les Echos)

    vendredi 21 février 2020 09:23
  • « Comme quelque chose sorti du livre de l'Exode » : Les armées de sauterelles dévorent des fermes entières au Kenya « en 30 secondes seulement » (Michael Snyder) « Comme quelque chose sorti du livre de l'Exode » : Les armées de sauterelles dévorent...

    mercredi 19 février 2020 14:23
  • C'EST CASH ! Le cas Tesla pour comprendre les dérives de la Bourse (RT) C'EST CASH ! Le cas Tesla pour comprendre les dérives de la Bourse (RT)

    mercredi 19 février 2020 11:10
  • Fin de l'anonymat, contrôle des réseaux sociaux : quand l'affaire Griveaux réveille les tentations liberticides du pouvoir (Marianne) Fin de l'anonymat, contrôle des réseaux sociaux : quand l'affaire Griveaux réveille les...

    mercredi 19 février 2020 08:00
  • Pourquoi le documentaire « Radar, machine à cash » ne sera pas diffusé à la télé ? (Caradisiac) Pourquoi le documentaire « Radar, machine à cash » ne sera pas diffusé à la télé ?...

    mardi 18 février 2020 17:40
  • Edward Snowden, Julian Assange et Chelsea Manning nominés pour le Prix Nobel de la Paix 2020 (Themindunleashed) Edward Snowden, Julian Assange et Chelsea Manning nominés pour le Prix Nobel de la Paix...

    mardi 18 février 2020 12:58
1 1 1 1 1 Rating 4.50 (6 Votes)

Pour info, comme je n'avais pas de nouvelles, j’ai dû payer 70 € pour l’abonnement au support du template (l’habillage du site). Il reste corrompu, j’attends leur aide. Du reste, j’ai mis la douloureuse dans la caisse du blog à droite.

D'autres part merci pour le petit plus sur les votes sur les articles, c'est agréable de voir que vous appréciez les billets,

A ce sujet je vous rappel que j'ai rajouté une barres sous ces derniers permettant de les relayer sur les réseaux sociaux, je ne vous cacherais pas que cela nous aiderait beaucoup.

Pour le reste…. ; )

Bonne journée,

Amicalement,

F.

Sarkozy Aussi
Nicolas Sarkozy le 10 mars à Nice. (Photo Reuters)

Selon Mediapart, l’écoute de la ligne utilisée sous le nom de «Paul Bismuth» par l’ex-président confirme une accablante opération de corruption d’un magistrat de la Cour de cassation.

Ils se moquent de la justice, des juges et du droit. Mardi soir, le site Mediapart a révélé une synthèse des écoutes réalisées par les juges sur le téléphone de Nicolas Sarkozy entre le 28 janvier et le 11 février. Ce sont les conversations de l’ex-président avec son avocat Thierry Herzog qui ont amené le parquet national financier à ouvrir une enquête pour trafic d’influence et violation du secret de l’instruction le 26 février.

Après avoir acquis des téléphones portables à puces, se croyant à l’abri des grandes oreilles des juges, l’ancien chef de l’Etat et son avocat se livrent a une opération de corruption d’un magistrat à la Cour de cassation. Mettant à mal la théorie du complot politique ou celle de la revanche des juges d’instruction, voici le fond de ce dossier, accablant, qui est dévoilé.

L’annulation de la saisie des agendas

Dans le cadre de l’enquête ouverte sur un possible financement de sa campagne électorale de 2007 par la Libye, Nicolas Sarkozy est placé sur écoute. Pour court-circuiter ces interceptions téléphoniques dont il a été averti, il se procure un nouveau portable, enregistré sous le nom de «Paul Bismuth», mais celui-ci est également «branché» par les enquêteurs. Il ne le sait pas, pas plus que son avocat, et les deux hommes discutent donc à bâtons rompus. Le 29 janvier, un de leurs échanges est intercepté : Me Herzog avertit son client qu’il a parlé avec «Gilbert». Il s’agit de Gilbert Azibert, magistrat à la Cour de cassation. La plus haute juridiction doit alors se prononcer sur la légalité de la saisie des agendas présidentiels dans le cadre de l’affaire Bettencourt.

Gilbert Azibert explique à Thierry Herzog qu’il a déjeuné avec l’avocat général chargé de prendre des réquisitions dans cette affaire. D’après Azibert, ces réquisitions seront favorables à l’ancien président. Elles le seront en effet. Me Herzog se montre donc confiant, «sauf si le droit finit par l’emporter», lâche-t-il. Le 30 janvier, l’avocat explique à son client que «Gilbert» a eu accès à une note confidentielle du rapporteur de la Cour de cassation, qui penche aussi pour l’annulation de la saisie des agendas. La conséquence de cette décision est énorme pour l’ancien chef de l’Etat : toute mention des rendez-vous inscrits dans ces carnets devra être effacée de la procédure Bettencourt. «Ce qui va faire du boulot à ces bâtards de Bordeaux», commente Herzog, évoquant les juges d’instruction qui avaient mis en examen Nicolas Sarkozy pour abus de faiblesse.

A lire aussi Ecoutes de Sarkozy : si vous avez manqué le début

Un magistrat très zélé

Gilbert Azibert est très coopératif. Le 5 février, toujours d’après une écoute révélée par Mediapart, il a pris un rendez-vous avec un conseiller pour tenter de l’inciter à prendre la bonne décision. Quelques jours plus tard, il annonce qu’il en a rencontré deux autres. Herzog le remercie, et lui assure que Nicolas Sarkozy va le recevoir car il sait «parfaitement» tout ce qu’il fait pour lui. C’est alors que le magistrat évoque ce poste à Monaco qu’il aimerait tant… D’après l’écoute, Nicolas Sarkozy se dit prêt à l’aider. «Tu rigoles, avec ce que tu fais…» lance Herzog à Azibert. Finalement, la Cour de cassation validera la saisie des agendas.

Une conversation fictive pour tromper les juges

Sarkozy et Herzog ne veulent pas que les juges se doutent qu’ils communiquent grâce à un autre téléphone. Ils vont donc imaginer des conversations sur des thèmes convenus à l’avance pour tromper leur vigilance… Sarkozy demande par exemple à son avocat de le rappeler, sur son vrai téléphone, pour «qu’on ait l’impression d’avoir une conversation». Sur quel sujet ? Les agendas Bettencourt… OK, mais «sans triomphalisme», prévient l’avocat.

Une taupe dans l’administration

Autre infraction détectée par les juges grâce aux écoutes : la violation du secret professionnel. D’après les échanges entre Sarkozy et son avocat, le premier est informé que les juges envisagent de perquisitionner son bureau dans le cadre de l’affaire libyenne. L’ancien président demande même à Thierry Herzog «de prendre contact avec [leurs] amis pour qu’ils soient attentifs».

«Je vais quand même appeler mon correspondant ce matin, […] parce qu’ils sont obligés de passer par lui», répond l’avocat. Ce correspondant n’est pas nommé. Les juges chargés de l’enquête pour trafic d’influence soupçonnent également une fuite au sein du conseil de l’ordre du barreau de Paris. Les juges sont en effet obligés de prévenir le bâtonnier lorsqu’ils placent sur écoute un avocat (Nicolas Sarkozy est inscrit au barreau de Paris).

Or, à chaque fois, l’ex-président a été prévenu qu’il était placé sur écoute. Dans l’affaire libyenne, il s’est procuré un nouveau téléphone. Et dans l’enquête pour trafic d’influence, d’après nos informations, la puce «Paul Bismuth» a aussi été grillée, Sarkozy sachant que ce second téléphone était sur écoute. D’où les perquisitions en catastrophe dans le cabinet et au domicile de Thierry Herzog, comme à la Cour de cassation, le 4 mars.

 

 

Source : Liberation.fr

Informations complémentaires :

Crashdebug.fr : Affaire Bettencourt : les écoutes sont de retour...

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Actualités françaises Arrow Nicolas Sarkozy : le mobile du délit