ALGERIE. Un otage français aurait parlé à France 24

(Temps de lecture: 3 - 5 minutes)
0.0 of 5 (0 Votes)

Situation « explosive » en Algérie, hum… Vu les infrastructures et leurs équipements, ça me paraît quand même mal barré… Enfin, on souhaite à tous les otages et aux militaires bonne chance… : ( Les prochaines heures vont être décisives…

prise_otages_algerie_bp_17_01_2013.jpg
Le site gazier de BP à Tigantourine. (BP PETROLEUM COMPANY/AFP)

La situation reste confuse ce jeudi 17 janvier sur le site gazier de Tigantourine, en Algérie, où des assaillants se revendiquant d'Aqmi disent avoir pris en otages 41 Occidentaux et 150 travailleurs locaux. Les forces de l'ordre algériennes ont encerclé le site du centre-est du pays.

Mercredi soir, France 24 a affirmé avoir eu une conversation téléphonique avec un otage français. Ce dernier aurait indiqué selon la chaîne que les otages sont détenus dans un immeuble piégé sur le site et que certains d'entre eux ont été contraints de porter des ceintures d'explosifs afin de dissuader une éventuelle intervention des forces de sécurité.

Cependant, Paris ne confirme pas la présence de ressortissants français parmi les otages.

Le ministre britannique des Affaires étrangères a de son côté confirmé la mort d'un Britannique, qu'il a qualifié de "meurtre de sang-froid". Les autorités algériennes ont également indiqué qu'un Algérien a été tué. 

La base aurait été minée

Des Américains, un Irlandais et un Norvégien sont également pris en otage, d'après Washington, Dublin et la presse norvégienne. Selon l'otage français joint par France 24, des Malaisiens et des Philippins figurent également parmi les personnes détenues.

D'après le "Figaro", qui indique avoir joint l'un des otages, les islamistes auraient "miné la base".

L'attaque a été revendiquée par un groupe islamiste armé, les "Signataires par le sang", en "réaction à la croisade menée par les forces françaises au Mali", selon un communiqué publié par le site mauritanien privé Alakhbar. C'est le nom que l'Algérien Mokhtar Belmokhtar, dit "le borgne", un des chefs historiques d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), récemment destitué, a donné à sa katiba (unité combattante). 

Le groupe réclame "l'arrêt de l'agression au Mali" et la libération d'une centaine d'islamistes algériens. Selon iTélé, des négociations seraient en cours entre les autorités algériennes et les preneurs d'otages.

Sur le même sujet

 

Source : Tempsreel.nouvelobs.com

Informations complémentaires :