1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Écoutez, j’ai pu le voir en interview chez Delahousse sur France 2, ce dimanche, et j’ai été agréablement surpris. Le fait qu’il en fasse « un peu trop » quand il visite une entreprise, ou autres, est, je pense, fait exprès. Car, hélas, les politiques comme les médias ont peu de temps pour donner un signal fort. Mais sur le reste, je l’ai trouvé assez réaliste, notamment sur le fait que les banques bloquent l’économie en préférant jouer au casino de Wall Street (avec les milliards que leur donne la BCE), plutôt que d’investir dans l’économie réelle. J’ai aussi noté le fait qu’il avait compris, que la politique « de papa » à travers des partis politiques était finie. Auss,i pourquoi ne pas rêver d’un nouveau monde où les citoyen(ne)s seraient partie prenante des décisions. Je ne parle pas des élections présidentielles, on sait très bien que ce n’est qu’une illusion de démocratie.

Aussi je vous passe ce billet.

f.

Montebourg 09 05 2016 
Arnaud Montebourg

L’ancien ministre de l’économie Arnaud Montebourg s’est dit prêt, dimanche 8 mai, à prendre « des responsabilités », si nécessaire, en vue de l’élection présidentielle de 2017. M. Montebourg fait cette déclaration dans un contexte difficile pour le président François Hollande, décrié jusque dans son camp et malmené dans les sondages d’opinion.

« S’il y a des responsabilités à prendre, dans une période où le pays s’interroge (…), je les prendrai, a déclaré M. Montebourg dans un entretien diffusé sur France 2. Mais c’est une décision difficile à prendre, elle ne se prend pas un an avant une telle échéance. Elle demande réflexion et travail, je n’en suis pas là. » Interrogé sur une possible candidature de sa part, l’ancien ministre, qui travaille désormais dans le secteur privé, a répondu : « Nous n’en sommes pas là, le moment n’est pas venu. »

La France ne va pas « mieux »

M. Montebourg se dit favorable à une primaire à gauche, qu’il qualifie d’« airbag anti-21 avril », en référence au 21 avril 2002, quand la gauche fut éliminée au premier tour de l’élection présidentielle au profit de l’extrême droite.

L’ancien ministre, qui a quitté le gouvernement en août 2014 à cause de désaccords sur la politique économique du chef de l’Etat et de son Premier ministre – un départ qu’il dit ne pas « regretter » –, estime que le projet de réforme du code du travail porté par la ministre Myriam El Khomri est une loi « de moins-disant social ». S’il était député, il ne voterait pas pour ce texte, a-t-il précisé. Le gouvernement n’est pas certain d’avoir la majorité lors du vote de ce projet de loi, le 17 mai à l’Assemblée nationale, et Manuel Valls, le Premier ministre, n’a pas écarté la possibilité de recourir à l’article 49-3 de la Constitution, qui permet l’adoption d’un texte sans vote.

« Le pays n’est pas dans une situation qui nous permette de constater que cela va mieux », a également lancé l’ancien député de Saône-et-Loire, en écho au « ça va mieux » insistant de M. Hollande.

 

Source : Le Monde.fr

Informations complémentaires :

Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Jcm Avatar
Say something here...

You are a guest ( Sign Up ? )

or post as a guest

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Arnaud Montebourg prêt à prendre « des responsabilités » en prévision de la présidentielle