Attentat de Tripoli : « Un Etat faible, des forces de sécurité embryonnaires » (Patrick Haimzadeh)

(Temps de lecture: 2 - 3 minutes)
0.0 of 5 (0 Votes)

Je ne comprends pas, je croyais qu’on leur avait apporté la démocratie et les cartes bancaires ? (informations complémentaires.

Du reste, s'ils avaient voulu faire des morts, ils n'auraient pas fait sauter l'engin tôt le matin...

attentat_ambassade_libye_23_04_2013.jpg
Attentat à la voiture piégée contre l'Ambassade de France à Tripoli en Libye © Maxppp

"Il y a un Etat faible, des forces de sécurité qui sont embryonnaires et qui ont été dès le départ noyautées par des groupes qui sont issus de la mouvance salafistes", explique Patrick Haimzadeh, spécialiste de la Libye, et ancien diplomate en Libye. "Ils ont une vision anti occidentale et l'intervention au Mali a radicalisé ces positions."

Les autorités libyennes ont assuré qu'elles feraient tout pour arrêter les responsables. "Mais les autorités libyennes n'ont pas les moyens et il faudra encore plusieurs années pour qu'elles arrivent à établir leur souveraineté et le contrôle effectif de leur territoire."

Une intervention en Libye

"Les Libyens sont extrêmement attachés à leur souveraineté et toute intervention, toute présence sécuritaire ou militaire étrangère sera très mal perçue. Même par des gens qui ont une très bonne image de la France. C'est à prendre en considération."

Patrick Haimzadeh est l'auteur de Au cœur de la Libye de Kadhafi, chez JC Lattès.

 

Source : Franceinfo.fr

Informations complémentaires :