Barroso propose de créer des emprunts obligataires européens

(Temps de lecture: 2 - 3 minutes)
0.0 of 5 (0 Votes)

Le soldat Barroso part à l’attaque ! Et en symbiose avec la politique de Herman Van Rompuy nous explique qu’il serait bon d’abandonner nos souverainetés nationales, en mettant notre argent en commun, afin de nous endetter joyeusement tout aussi communément. Les plans du NWO et des Bilderberg n’ont jamais été aussi proches, le bloc Europe arrive… Écoutez son discours vous hypnotisez, c'est dans Les Echos :

barroso.jpg

Le président de la Commission a prononcé un « discours sur l'état de l'Union » devant le Parlement. Il y propose notamment de lancer des emprunts obligataires européens pour financer de grands projets d'infrastructures.

JACQUES DOCQUIERT, Les Echos

DE NOTRE BUREAU DE BRUXELLES.

José Manuel Barroso a ressuscité l'idée de recourir à des emprunts européens pour financer de grands projets d'infrastructures. Le président de la Commission a annoncé, hier devant le Parlement européen à Strasbourg qu'il entendait « proposer la création d'emprunts obligataires européens pour le financement de projets, en collaboration avec la Banque européenne d'investissement ». L'idée n'est pas nouvelle mais n'a jamais reçu l'indispensable soutien des gouvernements des pays de l'Union. Elle avait notamment été proposée par Jacques Delors mais s'était heurtée au veto de l'Allemagne, en dépit du soutien des pays du Benelux. « Mettre en commun son argent au niveau européen permet aux Etats membres de partager les coûts afin d'éviter des doublons et d'obtenir un meilleur retour sur investissement », a expliqué José Manuel Barroso, dans le discours « sur l'état de l'Union » qu'il a prononcé, hier, devant les eurodéputés. Selon lui, cette idée permettrait aux pays en difficulté, comme la Grèce, de trouver les capitaux nécessaires pour soutenir leur économie, les autres Etats membres pouvant réaliser à meilleur coût des grands travaux d'infrastructures nécessaires, notamment, au bon fonctionnement du marché unique européen que Bruxelles souhaite compléter et relancer. Mais, selon, de nombreux observateurs, les difficultés qu'ont rencontrées les Vingt-Sept pourvenir en aide à la Grèce augurent mal d'une décision rapide en ce domaine.

« Cinq défis majeurs »

Dans ce discours programme, baptisé pour la première fois « discours sur l'état de l'Union », Barroso a détaillé ses priorités pour les douze mois à venir. Elles concernent les « cinq défis majeurs » que l'Union doit, selon lui, relever. Il s'agit de combattre la crise et d'améliorer la gouvernance économique, de relancer la croissance pour l'emploi, de construire un espace de liberté, de justice et de sécurité, de lancer les négociations en vue de la modernisation du budget de l'Union et enfin d'assumer la part de responsabilité de l'Europe dans le monde. Le président de la Commission souhaite ainsi reprendre l'initiative alors qu'il fait l'objet de nombreuses critiques pour son immobilisme depuis qu'il a entamé son second mandat. « Vous êtes le président aux abonnés absents d'une Europe qui a pourtant besoin d'un vrai président », lui a ainsi réponduDaniel Cohn-Bendit, le chef de file des Verts européens.


Source :
Les Echos