Bataille rangée au Caire entre pro et anti-Moubarak

(Temps de lecture: 3 - 6 minutes)
0.0 of 5 (0 Votes)

Toute la journée les affrontements ont fait 500 blessés et ont opposé les pro et anti mobourak, des cocktails molotov ont même menacé des musées du Caire. L'armée a demandé aux manifestants de rentrer chez eux. Mais ils ne semblent pas de cet avis, et les gens continuaient de se faire la chasse ce soir, même si cela se calmait (cf. informations complémentaires). Par ailleurs les connexions internet ont été rétablies. Vous trouverez ci dessous le résumé de la journée.

De violents affrontements ont opposé, mercredi 2 février, partisans et adversaires du président égyptien Hosni Moubarak sur la place Tahrir, dans le centre du Caire, malgré l'appel de l'armée à la fin des manifestations.

L'annonce mardi soir par le "raïs" qu'il ne briguerait pas un sixième mandat présidentiel mais comptait rester au pouvoir jusqu'à la transition en septembre n'a pas suffi à désarmer les manifestants, qui se sont rassemblés dès le matin dans le centre de la capitale.

>> Suivez l'évolution des événements en direct sur LeMonde.fr

Un champ de bataille. La tension a franchi une nouvelle étape avec l'entrée en scène des partisans du président. Montés sur des chevaux et des chameaux, armés de fouets, de bâtons et de pierres, une cinquantaine d'entre eux ont chargé en milieu de journée les manifestants antigouvernementaux sur la place Tahrir.


Protesters hurt in Tahrir Square
envoyé par CNN_International. - L'actualité du moment en vidéo.

Selon la chaîne de télévision Al-Jazira, des soldats ont tiré en l'air pour tenter de disperser les groupes rivaux, mais l'armée a démenti cette information. Un journaliste de Reuters a vu des hommes en civil tirer en l'air.

La bataille a aussi gagné les abords du Musée égyptien, qui abrite des trésors inestimables de l'Antiquité. Les soldats ont formé une chaîne pour protéger l'établissement, mais en fin d'après-midi, deux cocktails Molotov ont atterri dans la cour du musée.

>> Lire : Inquiétude autour des antiquités du Musée égyptien du Caire

A la nuit tombée, des gaz lacrymogènes ont été tirés contre les manifestants anti-Moubarak près de la place, mais leur origine était incertaine.

1474258_3_d312_affrontements-sur-la-place-tahrir-entre.jpg

Des centaines de blessés. Un appelé des forces armées égyptiennes a été tué dans les affrontements, a indiqué la télévision d'Etat, a indiqué le porte-parole du ministre de la santé, Abderrahmane Chahine, à la télévision. Selon lui, 403 personnes ont été blessées, mais des médecins volontaires à la mosquée Ibad Al-Rahmane, près de la place, ont fait état à l'AFP d'au moins 500 blessés. Un reporter de Reuters a vu des dizaines de personnes le visage en sang à la suite des échauffourées.

Sous la pression de leurs adversaires, de nombreux opposants ont fui la place Tahrir. Environ 1 500 partisans de l'opposition, moins que les jours précédents, s'étaient rassemblés dans la matinée sur la place pour exiger le départ immédiat de Hosni Moubarak, 82 ans, au pouvoir depuis près de trente ans. Plusieurs centaines de leurs amis venus du nord de la ville ont tenté de venir en renfort mais ils ont été repoussés par les pro-Moubarak, dont certains sont montés sur des véhicules de l'armée pour leur lancer des pierres.

1474264_3_03da_un-blesse-est-pris-en-charge-place-tahrir.jpg

Policiers en civils. Le ministère de l'intérieur égyptien a démenti les allégations de manifestants anti-gouvernementaux selon lesquelles des policiers en civil seraient impliqués dans des heurts entre partisans et adversaires du président Hosni Moubarak, mais l'opposant et ancien directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) Mohamed ElBaradei, a affirmé avoir des preuves du contraire. Al-Jazira a diffusé dans la journée des images de manifestants brandissant les papiers d'identité arrachés à des partisans du président et témoignant de leur appartenance aux forces de l'ordre.

>> Voir le télézapping du jour : Pro-Moubarak vs anti-Moubarak

Appel au calme. L'armée a demandé aux manifestants de rentrer chez eux. "Les forces armées vous lancent un appel (...). Vous êtes descendus dans la rue pour faire entendre vos exigences et vous seuls êtes en mesure de permettre le retour à la vie normale", a déclaré mercredi matin à la télévision un de ses porte-parole, ajoutant que les demandes des protestataires avaient été entendues. Les militaires avaient jugé "légitimes" lundi les revendications de la population et fait savoir qu'ils ne tireraient pas sur la foule.

Le couvre-feu a été allégé et court désormais de 17 heures à 7 heures. Jusqu'à présent, il était en vigueur de 15 heures à 8 heures. Par ailleurs, les connexions à Internet ont été partiellement rétablies au Caire et dans d'autres villes comme Alexandrie.

>> Lire : Egypte : rétablissement partiel d'Internet

1474268_3_9290_pro-et-anti-moubarak-se-font-face-place-tahrir.jpg

Source : Le Monde.fr

Informations complémentaires :

Romandie.news : Egypte: le vice-président appelle les manifestants à rentrer chez eux
L'Express.fr : La Maison blanche durcit le ton sur l'avenir de Moubarak
Le Point.fr : Les capitales occidentales prêtes à lâcher Moubarak