Bientôt une loi pour rendre le vote obligatoire ?

Encore un gros truc bien subtil. Ils n'ont toujours pas admis que si les gens n'allaient pas voter, c'est parce qu'ils ne se retrouvaient dans aucun parti politique qui leur était IMPOSÉ par le système et l'oligarchie, ou alors un vote de colère de type FN. Alors, ceci dit, je le souligne à nouveau, mais vu comment tout le monde fait la promotion du Front national, vous feriez bien de vous poser des questions...

Enfin, je ne sais pas pour vous, mais chez moi c'est systématique, ça doit être des gènes d'âne, parce que quand on me force à aller dans une direction, j'ai pour principe de freiner des quatre fers.

Lol, je ne sais pas d'où je tiens cela (quoique), et ce n'est pas très productif, mais par contre c'est inné...

Amitiés,

f.

Le député EELV François de Rugy relance le débat sur le vote obligatoire à 10 jours des élections départementales, qui devraient enregistrer un taux d’abstention record.

Bien que la mesure ait peu de chances d’être adoptée, le droit de vote obligatoire est donc à nouveau discuté par les députés. Si elle est adoptée, les abstentionnistes qui ne pourront pas justifier d’une raison valable se verront infliger une amende de 35 euros, qui pourra être minorée à 22 euros.

"Pour rétablir le suffrage universel en quelque sorte, il faut sans doute en passer par là, parce que la République, c'est des droits et des devoirs", explique François de Rugy.

L’abstention en progression

Lors des derniers scrutins, l’abstention s’est imposée comme le grand vainqueur : 57% aux élections européennes de 2014, et près de 36% pour les élections municipales la même année, un record. Selon les estimations des spécialistes, elle devrait atteindre 68% aux prochaines élections départementales les 22 et 29 mars prochains.

Un manque d’informations

Parmi les raisons avancées, un tiers des électeurs déclare ne pas avoir entendu parler des élections. Mais les raisons qui poussent à ne pas se déplacer pour voter sont spécifiques à chaque scrutin, et varient en fonction des enjeux. Ainsi, pour les dernières élections européennes, les principaux arguments avancés étaient que leur vote ne changerait rien à leur quotidien, mais aussi l’expression d’un mécontentement envers les politiques.

"Ce serait une absurdité démocratique"

 Stéphane Le Foll a déclaré ne pas être fan de l'idée. "Rendre le vote obligatoire lorsque l'on n'est pas capable nous, et je pense en particulier aux Verts, de s'unir et de rendre obligatoire l'idée toute simple, quand il y a une menace, et celle du Front national existe, de commencer par se rassembler...", a-t-il déclaré le porte-parole du gouvernement au micro de BFMTV.

Le président (UMP) du Sénat Gérard Larcher s'est lui aussi dit opposé au vote obligatoire. "Naturellement, il faut encourager le vote. Mais casser le thermomètre ne révèlera pas une situation améliorée", a-t-il estimé jeudi sur RTL.

Une mesure rare en Europe

En Europe, très peu de pays imposent le vote obligatoire. Hormis une région autrichienne et un canton suisse, seuls la Grèce, la Belgique et le Luxembourg l’imposent aux citoyens. En Grèce, l’abstentionnisme n’est pas sanctionné par une amende, mais le refus de voter engendre des complications pour certaines démarches administratives, telles que l’obtention d’un passeport ou d’un permis de conduire. En revanche, la Belgique et Luxembourg imposent tous deux des sanctions financières aux contrevenants : de 30 à 150 euros en cas de récidive pour la Belgique, et jusqu’à 1000 euros au Luxembourg. Dans les deux cas la loi n'est plus appliquée depuis plusieurs années, et pourtant le taux d'abstention avoisine les 10% aux européennes.

 

Source : Fr.news.yahoo.com

Informations complémentaires :

 

Inscription à la Crashletter quotidienne

Inscrivez vous à la Crashletter pour recevoir à 17h00 tout les nouveaux articles du site.

Archives / Recherche

Sites ami(e)s