Big Brother en coulisses : Obama demande l'accès aux historiques Internet des citoyens en secret, et sans l'accord d'un juge

(Temps de lecture: 1 - 2 minutes)
0.0 of 5 (0 Votes)

Un petit message de Piet sur le Forum des loups. Une autre façon de théoriser le "Yes We Can!" d'Obama. Encore des données pour Perfect Citizen le Big Brother de la NSA ;). S'il recueille les données de chaque Américain il va devenir monstrueux ce truc. Echappez-vous ! Google est ton ami, ah non mince... Je sais pas, essayez Altavista ! ;)

20599.jpg

Big Brother en coulisses : Obama Demands Access to Internet Records, in Secret, and Without Court Review

Pendant que Google achète des doubles pages dans la presse allemande pour leur 'vendre' Streetview , et qu'une juge de Madrid vient de les inculper pour 'collecte d'informations privées', le constitutionnaliste-président oeuvre discrètement :

"L'administration HBO cherche à obtenir du Congrès l'autorité qui obligerait les ISP américains à communiquer les archives des activités internet d'un citoyen pour etre utilisées dans le cadre d''enquetes" du FBI, qui seraient ainsi ajoutées aux informations que le FBI peut demander sans l'accord préalable d'un juge.

Sous le prétexte d'obtenir des informations estimées nécessaires dans le cadre d'enquêtes d'espionnage ou sur le terrorisme, les changements proposés à l'ECPA (Electronics Communication Privacy Act) pourraient grandement accroître le volume d''informations privées qui peut être saisi via les NSL (National Security Letters), ces données ne figurant pas dans le champ du 'Patriot Act'.

Ces lettres de cachet sont des 'injonctions'administratives qui peuvent être émises par les agences telles que le FBI, la C.I.A ou le Département de Défense, à la 'discrétion' des agents de tutelles. Ces 'injonctions' ne sont pas sujettes à un examen par une cour ou un tribunal, et leurs 'destinataires' ne sont pas autorisés à rendre public leur réception. De part leur nature secrète, elles sont de fait difficiles à contester et constituent de fait une autre violation de la Constitution US et de ses 1er et 4e amendements... Le professeur de droit constitutionnel Glenn Greenwald souligne que "non seulement HBO a bloqué les réformes, il a pris plusieurs initiatives pour accroitre
un pouvoir de surveillance sans contrôle et sans surveillance..."


Source : Pro At